Properties without owners — Biens sans maîtres

Properties without owners : Inheritance in abeyance and vacant succession in comparative perspective during the early modern period (China, Korea, Japan and Europe) — Biens sans maîtres : hérédité jacente et succession vacante à l’époque moderne dans une perspective comparative (Chine, Corée, Japon, Europe).

Journée d’étude organisée par Luca Gabbiani (EFEO-CECMC) et Alessandro Buono (CRH_LaDéHis) dans le cadre du Global Inheritances Project.

Date

  • Vendredi 10 novembre 2017, à 9 h

Lieu

  • FMSH – Salle des Conseils A3-35
    54 bd Raspail – 75006 Paris

Présentation

Properties without owners. Inheritance in abeyance and vacant succession in comparative perspective during the early modern period (China, Korea, Japan and Europe)

The study of the strategies used by family institutions to ensure the continuity and survival of the lineage name, estate, memory of ancestors and so on is both a social history and anthropology topos. But what happens when a household representative/administrator was temporarily or permanently lacking (whether because of temporary absence, incapacity, criminal failure or because no appointment had been made) whose duty was it to take on the financial, social, religious and other obligations expected of individual members and the domestic institution as a whole? In a house-based society interest in perpetuating corporate households went beyond the family institutions themselves. Such bodies actually performed a fundamentally important role in the constitutional and socio-political order of the Res publica and were the base unit in social and economic reproduction.

Following a previous seminar “When the Household Fails” (20th January 2017), this workshop one proposes to analyse, in a comparative Euro-Asiatic perspective, these safeguard mechanism and the institutions set up to deal with the issue of the failure of domestic institutions, focusing attention on the intergenerational transmission of assets, rights and obligations. In particular the proposed focus of attention is the management of so-called inheritance in abeyance (what European civil law calls hereditas iances, literally ‘lying inheritance’, i.e. estates which remain temporarily without an owner in expectation that the legitimate heir claimed his rights) and vacant successions (what European civil law calls bona vacantia, ‘stray goods’, estates with no owner as a result of the extinction of the inheritance succession). The fundamental hypothesis to be debated is that various societies in different time frames and geographical areas have had to face up to what was a shared problem: ensuring that no patrimony should remain without an owner for the purposes of guaranteeing the performance of reciprocal obligations and safeguarding social and economic relations.

Biens sans maîtres. Hérédité jacente et succession vacante à l’époque moderne dans une perspective comparative (Chine, Corée, Japon, Europe)

L’étude des stratégies utilisées par les institutions familiales pour assurer la continuité et la pérennité du nom de la maison, de son patrimoine, de la mémoire des défunts, etc. est un des topos de l’histoire sociale comme de l’anthropologie. Mais que se passe-t-il lorsque la maison se trouve privée, temporairement ou de façon permanente, de « représentant / administrateur » (soit parce que temporairement absent, incapable ou frauduleusement défaillant soit parce qu’inexistant) à qui revient la charge des obligations économiques, sociales, religieuses, etc., qui relèvent des membres du corps et de l’institution domestique dans son ensemble ? Dans une société à maisons l’intérêt de la perpétuation des corporations familiales dépasse ces mêmes institutions. Ces corps revêtent en réalité un rôle fondamental dans l’ordre constitutionnel et sociopolitique de la Res publica, et sont l’unité de base de la production et reproduction sociale et économique.

À la suite de la journée d’études “Quand la Famille Faillit” (20 janvier 2017) cette seconde journée d’étude se propose se propose d’analyser, dans une perspective comparative Euro-Asiatique, les dispositifs de tutelle et les institutions préposées à affronter le problème de la faillite de l’institution domestique, en focalisant l’attention sur le moment de la transmission intergénérationnelle des biens, droits et obligations. Elle se propose en particulier de concentrer l’attention sur la gestion de ce que l’on appelle les héritages jacents (les patrimoines qui restent temporairement sans propriétaire en attendant que l’héritier légitime en revendique la possession) et les héritages ou biens vacants (les patrimoines restés sans propriétaire par l’extinction des lignées de succession). L’hypothèse de base qui est soumise à discussion est que différentes sociétés, dans le temps et l’espace, ont dû affronter un même problème : garantir qu’aucun patrimoine ne reste sans propriétaire afin d’assurer l’accomplissement des obligations réciproques et de protéger les relations sociales et économiques.

Programme


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *