Flexible kinship: shaping transnational families among the Chinese in Tahiti

Trémon, Anne-Christine. Flexible kinship : shaping transnational families among the Chinese in Tahiti. Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 23, n° 1 (March 2017), pp. 42–60. DOI:10.1111/1467-9655.12543.

Abstract

This article examines the practices of ‘flexible kinship’ used by Chinese migrants in colonial Tahiti. ‘Flexible kinship’ draws attention to the strategic uses that are made of kinship in the context of migration and diaspora: the adjustments to cultural, political, and legal borders that lead to changes in family forms and in the relations between kin. Using a multi-generational perspective, I examine how families were shaped by successive changes and reversals in legal-political and economic events and conjunctures over the long twentieth century. I argue for the importance of addressing transnational border-crossing practices that involve not just a spatial extension of networks but also legal strategies within the host locality. I further show that if it is true that the Confucian hierarchical order has conditioned transnational practices of flexible kinship, then this hierarchy has not only bent to the circumstances, it has to a great extent been weakened. Finally, I argue that the history of familial adjustments has shaped a habitus that maximizes economic and legal security, especially among women.

Résumé

Cet article examine les pratiques de  « parenté flexible  » déployées par les migrants Chinois dans le Tahiti colonial. « Parenté flexible » souligne les emplois stratégiques de la parenté dans un contexte de migration et de diaspora: les ajustements à des frontières culturelles, politiques et juridiques qui mènent à des changements dans les formes familiales et les relations entre parents. Recourant à une perspective multi-générationnelle, l’article examine comment les familles ont été modelées par des changements et retournements de conjonctures politico-légales et économiques sur le long XXe siècle. L’auteure souligne l’importance des pratiques transnationales de traversée des frontières qui n’impliquent pas simplement une extension spatiale des réseaux mais aussi des stratégies juridiques dans le pays d’accueil. Elle montre également que si l’ordre hiérarchique confucéen a conditionné les pratiques transnationales de parenté flexible, cette hiérarchie a été adaptée aux circonstances, voire a été largement altérée. Enfin, l’auteure avance que l’histoire des ajustements familiaux a forgé un habitus qui tend vers la maximisation de la sécurité économique et juridique, en particulier parmi les femmes.

Lire l’article (Article en libre accès)

Page personnelle d’Anne-Christine Trémon


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *