Politiques du logement, conflits familiaux et pratiques judiciaires : le cas du marché du logement à Shanghai au début du XXIe siècle

Wang Na 王娜, doctorante au CECMC, soutient sa thèse intitulée : « Politiques du logement, conflits familiaux et pratiques judiciaires ; le cas du marché du logement à Shanghai au début du XXIe siècle ».

Jury

  • Mme Tania Angeloff (rapporteure), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mme Agnès Gramain, Université de Lorraine
  • Mme Ellen Hertz (rapporteure), Université de Neuchâtel (Suisse)
  • M. Thierry Pairault (co-directeur de thèse), CNRS
  • Mme Isabelle Thireau, EHESS
  • Mme Florence Weber (co-directrice de thèse), ENS

Date

  • Lundi 21 novembre 2016, à 14h00

Lieu

  • EHESS – Bâtiment Le France (salle 015)
    190-198 avenue de France – 75013 Paris

Résumé

Le prix de l’immobilier a beaucoup augmenté depuis les années 2000 dans les grandes villes chinoises, particulièrement à Shanghai. Le nombre de procès familiaux et conjugaux relatifs au patrimoine immobilier et à son partage juste s’est accru régulièrement ces dernières années. Basée sur des dossiers judiciaires et des enquêtes du terrain menées au sein d’un tribunal et d’un cabinet d’avocat à Shanghai en 2013 et 2014, cette thèse porte sur l’étude des pratiques et des conflits relatifs au patrimoine immobilier dans la redistribution immobilière au sein de la famille et du couple à l’occasion d’évènements liés au logement sous l’impact des politiques de logement d’État et d’évènements familiaux. Nous examinons la question de la régulation par l’État des conflits familiaux ainsi que la restructuration des relations familiales face aux structures de genre, de classe et dans le cadre institutionnel du rapport entre État, marché et famille. Nous constatons que l’État produit et institutionnalise les politiques de logement, et joue par-là un rôle central dans la genèse et la régulation des conflits familiaux, notamment lors d’évènements du logement sous l’impact des politiques de logement d’État. Nous revenons sur le fait que l’État, le marché et la famille sont tous impliqués aussi bien dans les politiques de l’État que dans les pratiques des individus et des familles relatives au logement. Nous montrons ainsi leurs effets sur les rapports patrimoniaux et les liens familiaux, ainsi que sur la production des inégalités d’accès au logement et sur la ségrégation sociale entre les différentes classes dans la ville de Shanghai dans les premières décennies du XXIe siècle.


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *