Une visite à Chukhama, au pays natal de l’auteur tibétain Nagtsang Nülo

 

Nagtsang Nülo (Nags tshang nus blo)1 est devenu célèbre suite à la publication, en 2007, d’un livre intitulé « Joies et peines de l’enfant Nagtsang ». L’ouvrage, qui est très vite devenu un best-seller du marché littéraire tibétophone, constitue un témoignage historique sans précédent sur les années 1950 dans le nord-est du plateau tibétain (Amdo2 ).

Chukhama, De Heering Xénia

Ce récit d’enfance autobiographique, couvrant la période 1948-1959, est un des premiers ouvrages publiés en République populaire de Chine à raconter en détail les changements radicaux, les révoltes, la répression armée, y compris la violence exercée à l’encontre des civils, et la famine qui eurent lieu en Amdo en 1958-593. Ces événements historiques qui jusqu’à une période très récente n’étaient que rarement, voire jamais, abordés en public, sont ici décrits tels qu’ils furent vus, vécus et compris par l’enfant âgé de dix ans qu’était alors Nülo. La promesse que l’auteur formule sa préface est de raconter les événements « exactement tels qu’[il] les a vus », en décrivant uniquement les choses telles qu’enfant, il les a « vues, entendues et pensées ». Le récit de Nülo parvient à rester très proche, très fidèle au point de vue de l’enfant, qui n’appartient pas à un camp ou à l’autre, et qui ne sait pas encore comment l’histoire va finir. Cette caractéristique fait de Joies et peines de l’enfant Nagtsang non seulement un ouvrage très innovant dans le contexte de la littérature contemporaine tibétaine, mais aussi un très précieux document historiographique.

Couverture Joies et peines de l'enfant Nagtsang

Couverture Joies et peines de l’enfant Nagtsang

La présence dans le texte de dialectes pastoraux de l’Amdo, mis par écrit « tels quels » dans les dialogues, est une des caractéristiques les plus originales de l’ouvrage au regard des pratiques qui dominent dans la littérature tibétaine. Elle témoigne sans doute également du souci de réalisme et d’authenticité animant l’auteur. Il faut souligner aussi combien ce choix d’écriture a été déterminant dans la formation de l’aire de réception du livre, mettant le texte à la portée d’Amdowas peu familiers des spécificités du tibétain littéraire, tout en le rendant difficile voire impossible à lire pour les Tibétains originaires d’autres régions4.

La revue téléchargeable en ligne Latse Library Newsletter a publié une présentation critique accompagnée d’un extrait de Joies et peines de l’enfant Nagtsang traduit en anglais par Lauran Hartley. On peut lire également la très belle préface de l’écrivain et poétesse sino-tibétaine Woeser (‘Od zer/Weise) à la traduction chinoise de l’ouvrage, parue à Taiwan en 2011 . Celle-ci est disponible en chinois sur le blog de Woeser, mais aussi  en anglais, grâce à une traduction réalisée par High Peaks Pure Earth .

Les quelques photographies qui suivent ont été prises le 25 août 2012, lorsque je me suis rendue pour la première fois à Chukhama, accompagnée par le neveu de Nagtsang Nülo Phyag rdor. Une description détaillée de chaque photographie est disponible sur MediHAL (cliquer sur la photo pour suivre le lien).

Vue du Rma chu à proximité de Chukhama, 1., De Heering Xénia

Vue du Rma chu (Fleuve Jaune) à proximité de Chukhama, 2., De Heering Xénia

Rma chu (Fleuve Jaune) à proximité de Chukhama, 3., De Heering Xénia

« Mon vrai pays natal, écrit Nus blo, [se trouve] dans l’est du Tibet, Pays des neiges, sur le versant méridional de [la montagne sacrée] A myes Rma chen Spom ra5, à la droite du haut Shar dung ri, c’est Rma sde Chukhama, le village qui se trouve à la première des dix-huit boucles du long Rma chu, ou encore le village que l’on appelle Khyo kho Chukhama.»6

U rgyan bar zhi, De Heering Xénia

Rgya zor, De Heering Xénia

Le pays natal de Nagtsang Nülo fait aujourd’hui partie du district de Rma chu (玛曲县), dans la Préfecture autonome tibétaine du Sud du Gansu, Kan lho en tibétain (甘南藏族自治州). D’après l’encyclopédie en ligne Baidu Baike, Chukhama se situe à 105 kilomètres du chef-lieu de district Rma chu ; l’altitude moyenne y est de 3410 mètres au-dessus du niveau de la mer, la température annuelle moyenne de 2 °C, et Chukhama connaît 245 jours de gel par an.

Chukhama, De Heering Xénia

D’après le site Zhongguo Gannan, le monastère de Chukhama Bkra shis Chos gling, fondé en 1922, comptait en 1985 deux cent soixante-dix moines, qui étudiaient le bouddhisme aussi bien que la médecine et l’astrologie. Lors de ma visite en août 2012, on m’a dit que le monastère comptait à présent 311 moines.

Hall d'assemblée ('du khang) du monastère de Tashi Chöling à Chukhama, De Heering Xénia

Mchod rten Dkar bo dge mtshan 'od 'bar., De Heering Xénia

Monastère de Chukhama, les maisons des moines., De Heering Xénia

À Chukhama, j’ai eu la chance de rencontrer plusieurs personnes que Nülo mentionne dans son récit : ses cousins Tshe dpal, Rab bstan et Dge bkra, ainsi que Tshe kho, un ex-moine qui a quitté Chukhama avec Nagtsang Nülo, ’Ja’ pe, leur père Nagtsang Dur kho et huit autres moines et laïcs suite à l’arrivée de l’Armée populaire de libération à Chukhama à l’automne 1958. Parti dans l’espoir de rejoindre Lhassa, le groupe sera arrêté dans la région de Chu dmar leb (chi.: Qumalai), où lorsque Dur kho et deux de leurs compagnons sont tués par l’APL, les autres, y compris Nülo, alors âgé de dix ans, sont faits prisonniers. Tshe dpal, l’oncle paternel de Phyag rdor et cousin (côté paternel) de Nagtsang Nülo, est aujourd’hui âgé de 71 ans.

A Chukhama: trois cousins, un neveu et un ami de Nagtsang Nülo., De Heering Xénia

A Chukhama: trois cousins de Nagtsang Nülo et Tshe kho., De Heering Xénia

Les frères Nagtsang, Nülo et Japé., De Heering Xénia

 

Pour citer ce billet

 Référence électronique

Xénia de Heering, « Une visite à Chukhama, au pays natal de l’auteur tibétain Nagtsang Nülo », Carnets du Centre Chine. Mis en ligne le 16 avril 2013. URL : http://cecmc.hypotheses.org/10770

Licence Creative Commons
Carnets du Centre Chine de http://cecmc.hypotheses.org/ est publié sous licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.

  1. A l’exception de Nagtsang, Nülo et Chukhama, tous les termes tibétains sont translittérés selon le système de Wylie. []
  2. Cette région dont la superficie représente, grosso modo, deux fois celle de la France, occupe le nord-est du plateau tibétain. []
  3. L’histoire de l’Amdo dans ces années reste à écrire. Voir à ce sujet deux essais : Françoise Robin, « La révolte en Amdo en 1958 », in L’histoire du Tibet du XVIIe au XXIe siècle : Compte rendu de la journée de conférences au Sénat le 3 mars 2012, Rapport de groupe interparlementaire d’amitié n°104, 18 juin 2012, Site du Sénat [en ligne], ainsi que Elliot Sperling, « The Body Count » [Le décompte des morts], site de l’association Rangzen [en ligne] []
  4. À l’oral, les différentes langues tibétiques sont mutuellement peu compréhensibles, voire inintelligibles. Le tibétain littéraire, dérivé et encore relativement proche du tibétain classique des textes religieux, est en revanche commun à l’ensemble de l’aire linguistique tibétaine. Celle-ci, principalement située en RPC, est divisée entre cinq pays (RPC, Inde, Népal, Bhoutan, Pakistan) et s’étend sur près de 2 400 000 km² (Voir à ce sujet Nicolas Tournadre, « L’aire linguistique tibétaine et ses divers dialectes », in Daniel Petit (ed.), Lalies 25, Paris, Éd. Rue d’Ulm, 2005, p. 7-56.) D’après le recensement de 2010, la population tibétaine en RPC (6 282 187 personnes) est répartie comme suit : 43% dans la Région autonome du Tibet, 24% dans le Sichuan, 22% dans le Qinghai, 8% dans le Gansu, 2% dans le Yunnan. []
  5. Dans la lecture tibétaine du paysage, les montagnes sacrées sont à la fois la demeure et la manifestation de divinités, bouddhiques comme mondaines. Au sujet des montagnes sacrées et de la lecture tibétaine du paysage, voir Fernand Meyer, « Des dieux, des montagnes et des hommes. La lecture tibétaine du paysage. », Études rurales, No.107-108, juillet-décembre 1987, p.107-127 (résumé en ligne). []
  6. Nags tshang Nus blo (Nags tshang nus ldan blo bzang), Nags tshang zhi lu’i skyid sdug [Joies et peines de l’enfant Nagst tshang], Xining, Qinghai Xining Yinshua chang, 2007, p. 13-14 (traduction X. de Heering). []

Xénia de Heering

Doctorante en sociologie à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris.

More Posts - Website

Xénia de Heering

Doctorante en sociologie à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris.

2 réponses

  1. 11 janvier 2015

    […] Heering, X. 2013. « Une visite à Chukhama, au pays natal de l’auteur tibétain Nagtsang Nülo », Carnets du Centre Chine. Mis en ligne le 16 avril […]

  2. 26 mai 2015

    […] Xénia de Heering, « Une visite à Chukhama, au pays natal de l’auteur tibétain Nagtsang Nülo », Carnets du Centre Chine. Mis en ligne le 16 avril 2013. URL : http://cecmc.hypotheses.org/10770 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.