Vers une histoire des jeux de hasard en Chine, le cas du fantan

Responsable

1er, 3e et 5e lundis du mois de 13 h à 15 h, du 30 octobre 2017 au 4 juin 2018

Le séminaire va se pencher plus spécialement cette année sur les dernières décennies de l’histoire du fantan. Elles semblent annoncer une disparition inéluctable. Alors qu’il était toujours largement pratiqué au Guangdong jusqu’en 1949, la politique de prohibition des jeux de hasard menée par le Parti communiste provoque la rapide disparition du fantan dans cette province. Il ne survit plus que dans l’enclave portugaise de Macao. Parallèlement, la pratique du fantan disparait rapidement des communautés de Cantonais d’Outre-mer. À partir des années 1970, le fantan perd son statut de jeu dominant à Macao, au profit du baccara. Depuis 2002, le nombre de tables de fantan continue de diminuer en dépit d’un contexte général de forte croissance du secteur des casinos à Macao. Les observations autour des dernières tables de fantan qui subsistent aujourd’hui montrent que ses joueurs sont âgés.

L’objectif du séminaire sera de tenter d’expliquer les différentes étapes de ce déclin tout en remettant en cause l’idée répandue qu’un « âge d’or » du fantan correspondant à la première moitié du vingtième siècle aurait pris brusquement fin en raison d’un volontarisme politique inédit à partir de 1949.

Salle 10, 105 bd Raspail – 75006 Paris

Plus d’informations sur le séminaire

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts