La pratique ethnographique : questionnements théoriques et méthodologiques

Responsables

Mercredi de 11 h à 13 h (amphithéâtre François-Furet, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 7 mars 2018 au 13 juin 2018 (pas de séance le 11 avril). La séance du 6 juin se déroulera en salle 13 (105 bd Raspail 75006 Paris)

Comment produit-on des connaissances en anthropologie ? Jusqu’à quel point l’expérience du terrain est-elle soumise à des règles, et comment ces dernières influencent-elles le processus de connaissance ? Quels sont les procédés par lesquels les données recueillies lors d’une enquête ethnographique deviennent un texte scientifique ? Quelle place accorder à la subjectivité de l’ethnographe dans la conduite de l’enquête et dans l’analyse ?

Ce séminaire propose d’interroger la pratique ethnographique dans ses dimensions à la fois épistémologiques et méthodologiques. Plutôt que d’établir une caractérisation unique et prescriptive de cette pratique, les interventions basées sur des comptes rendus d’expérience témoigneront de la diversité et de la spécificité des questions que chaque terrain d’enquête soulève lors de sa réalisation concrète. Il s’agira ainsi d’examiner le processus par lequel l’ethnographe élabore une méthodologie ad hoc à partir de son engagement sur le terrain. On s’interrogera aussi sur les modalités de l’implication subjective et sur les postures assignées et revendiquées par le chercheur dont le genre, l’âge, la position par rapport à la société étudiée sont autant d’éléments qui façonnent l’enquête. La manière dont ces positionnements évoluent dans la durée, les enjeux de la restitution et les effets de la publication des résultats de l’enquête seront également abordés. On soulignera enfin la dimension interdisciplinaire des questionnements que l’anthropologie partage avec les autres sciences sociales, telle que la relation entre les différents types de sources, la question de la représentativité des données recueillies, les études de cas, les critères de validité, la relation entre pratique de terrain et formulation théorique. Tout en accordant une place aux questionnements les plus classiques de la discipline concernant la valeur de l’expérience, de la démarche réflexive et de la relation ethnographique dans le processus d’acquisition des connaissances, le séminaire s’intéressera également aux divers dispositifs d’acquisition de données auxquels l’ethnographe peut être amené à faire usage (photographie, vidéo, enregistrement audio) ainsi que les innovations méthodologiques vers lesquelles l’anthropologie des dernières décennies s’est orientée, par exemple, à propos de l’enquête multi-située ou de l’ethnographie d’internet.

Plus d’informations sur le séminaire

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts