Enquêtes sur des moments de basculements révolutionnaires en Chine contemporaine

Responsables

  • Xénia de Heering, doctorante à l’EHESS ( CCJ )
  • Marie-Paule Hille, maîtresse de conférences de l’EHESS ( CCJ ) (Cette enseignante est référent pour cette UE)
  • Isabelle Thireau, directrice d’études de l’EHESS, directrice de recherche au CNRS ( CCJ )
  • Christine Vidal, maître de conférences à l’Université Lille-III ( CCJ )

3e vendredi du mois de 15 h à 18 h, du 17 novembre 2017 au 15 juin 2018

La compréhension de la révolution communiste chinoise connaît aujourd’hui de nouveaux développements, en Chine et hors de Chine. Les origines, le déroulement, les formes qu’elle emprunte tout au long de la seconde moitié du XXème siècle font l’objet de nouvelles appréciations. Tout en s’inscrivant dans ce renouveau historiographique, notre séminaire interdisciplinaire entend contribuer à la compréhension de moments de basculements révolutionnaires, ou de mise en œuvre d’un projet totalitaire, en analysant comment ces événements ont été vus, pensés, éprouvés, en cours d’action ou après-coup.

Le séminaire ouvrira cette année une réflexion collective sur les tournants qui ont affecté la vie d’individus ou de communautés des années 1950 aux années 1980 et dont on perçoit encore les traces aujourd’hui, en République populaire de Chine. À partir d’enquêtes de sciences sociales en cours, menées dans des espaces géographiques et des milieux sociaux variés, nous essaierons de comprendre comment les signes de ces basculements ont été perçus dans la chronologie propre à l’existence des acteurs et à l’histoire de leur localité. Comment une situation qualifiée d’inhabituelle, d’exceptionnelle ou radicalement incomprise, finit-elle par s’imposer, devenir familière et à quel prix ? Une attention particulière sera accordée aux matériaux mobilisés, à leur nature (journaux personnels, archives judiciaires, récits autobiographiques, rapports d’enquête, entretiens), à ce qu’ils donnent à voir et comment, et au public qu’ils visent. Ainsi, le séminaire sera aussi l’occasion d’ouvrir la discussion sur les défis méthodologiques et analytiques que ces matériaux lancent au chercheur.

Nous mènerons une réflexion commune autour de quatre dossiers. Xénia de Heering, à partir d’une autobiographie écrite par un Tibétain et publiée en Chine en 2007, proposera une réflexion sur le basculement qui a affecté le nord-est du Plateau tibétain (régions tibétaines du Qinghai et du Gansu) à la fin des années 1950. Que peut nous apprendre le récit détaillé de l’expérience d’un enfant, alors âgé de dix ans, sur ce qui est alors décrit, dans son entourage, comme un « grand renversement d’époque » ? Que révèlent les réceptions de l’ouvrage quant aux traces et compréhensions de ce basculement aujourd’hui ? Marie-Paule Hille, à partir de rapports d’enquête des équipes de travail datant des années 1950 et 1960, de documents internes et d’un travail d’histoire orale, s’intéressera à la mise en œuvre de la réforme agraire au sein d’une communauté musulmane du Gansu qui avait adopté un mode de vie et de production collectifs durant la période républicaine. Que nous apprend cette communauté sur l’adaptabilité nécessaire des cadres du parti face à des situations locales particulières ? Isabelle Thireau explorera les journées des 14 et 15 janvier 1949 qui voient l’entrée des troupes communistes dans la ville de Tianjin. Elle examinera les récits qui ont été faits de ces deux jours, notamment par l’auteur d’un journal privé dans l’ignorance des expériences à venir, comme les échanges récents entre les auditeurs d’une émission de radio, tous témoins de ces heures singulières. Christine Vidal se concentrera sur le journal qu’a tenu l’éditeur, historien et essayiste Song Yunbin (1897-1979) entre 1949 et 1966. Elle s’attachera à montrer ce que ce document écrit au jour le jour donne à voir du regard porté par son auteur sur les événements et transformations dont il est témoin ou partie prenante. Elle s’interrogera en particulier sur les façons dont l’auteur se définit, sur leurs évolutions et sur les impacts des formes d’assignation et de catégorisation dont elles témoignent.

Salle AS1_23, 54 bd Raspail – 75006 Paris

Plus d’informations sur le séminaire

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts