Le régime de travail en Chine, Ting-sheng Lin

Lin Ting-Sheng, chercheur au Centre d’Études des politiques étrangères et de sécurité (CEPES) et membre du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) vient de publier aux éditions manuscrits  un ouvrage sur le travail en Chine à partir de sa thèse soutenue en 2002 à l’EHESS sous la direction de Michel Cartier (Le régime de travail en Chine. Enquêtes dans les usines taiwanaises en Chine côtière).

Résumé

Dans la Chine d’aujourd’hui, de nombreux ouvriers quittent les provinces intérieures de Hunan, Sichuan et Jianxi pour venir chercher du travail dans les villes du littoral, plus riches et plus attractives. Dans cet essai très complet, Ting-Sheng Lin présente une analyse sociologique des migrants qui travaillent dans les usines taiwanaises implantées en Chine. Son étude se focalise sur les raisons de leur migration, leur statut dans les régions côtières où ils viennent travailler, leurs conditions de travail et l?examen de leur conscience sociale. Spécialiste du monde du travail en Chine, Ting-Sheng Lin propose ici la synthèse des enquêtes de terrain qu?il a réalisées entre 1996 et 1999 dans les provinces de Guangdong et Jiangsu.

Extrait de l’ouvrage

Le réseau interpersonnel des ouvriers migrants favorise également la persistance de la mentalité du travail précaire. Pour les ouvriers de base, ce travail dans les provinces côtières n’est pas stable ; ils l’appellent travail provisoire (dagong), et non « métier » ou « profession » (zhiye, shiye). L’apparition de cette appellation-interprétation est générée par deux aspects : premièrement, les ouvriers de base manquent de confiance en eux-mêmes, en leur capacité de travail ; deuxièmement, cette image de soi est consolidée par les discriminations qu’ils ont subies de la part des autres (citadins, cadres taiwanais, etc.). En conséquence, même si la visée de départ était de changer de statut ou d’échapper aux contraintes imposées (femmes), ce travail provisoire est seulement un moyen d’obtenir plus de revenus que dans l’agriculture. Et dans cette situation, le réconfort psychologique apporté par le réseau reste essentiel pour les ouvriers de base. Par ailleurs, dagong est aussi un terme qui reflète une relation salariale, indiquant la précarité de cet emploi et sa gestion inhumaine. Plus les ouvriers de base s’adaptent mal à la production industrielle, et plus ils se tournent vers leur réseau, et leur conscience du travail précaire est renforcée. Quant aux cadres, ils ont tendance à souligner l’importance de ce travail et non à se plaindre des difficultés d’adaptation. Cela indique qu’ils ont réussi à intégrer, à « assimiler » les difficultés initiales d’adaptation et qu’ils les ont plutôt converties en sentiment d’accomplissement. Ils essayent d’intérioriser la discipline et les normes de la production industrielle ; leur démarche provient d’une interprétation tout à fait différente de celle des ouvriers de base. Pour les cadres chinois, il existe probablement deux critères d’évaluation du travail, tout comme pour les ouvriers de base – celui du temps de travail et celui du volume d’effort demandé – mais leurs définitions sont différentes de celles des ouvriers de base. Ces différences proviennent de mentalités différentes, car les cadres chinois n’ont pas le même sens du travail précaire. Cela indique notamment une rupture avec le mode de vie agricole. Les ouvriers de base mesurent le temps du travail industriel à partir du temps « naturel » propre à l’agriculture, ils évaluent également l’intensité du travail et le volume d’effort demandé dans l’industrie en se referant au travail agricole, à la force physique naturelle. C’est la raison pour laquelle, les ouvriers de base ne peuvent pas comprendre la pression énorme du mode de production industrielle dans la division internationale du travail. C’est aussi pour cette raison qu’ils considèrent que le travail dans les usines des provinces côtières est relativement moins pénible physiquement que le travail agricole, et que le salaire mensuel est plus élevé qu’à la compagne. Ils ont donc envie de tenter leur chance. Quant aux cadres, ils considèrent déjà leur propre force de travail comme une marchandise, et ont conscience d’échanger cette force contre des marchandises, et ils n’hésitent pas non plus à l’exprimer. Ils s’adaptent bien à la logique marchande.

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search