Emmanuel Jourda (1972-2024)

Emmanuel Jourda (1972-2024)

Emmanuel Jourda, chercheur associé au CECMC-CCJ, est décédé le 18 juin 2024 des suites d’une longue maladie qui l’a emporté bien trop tôt. Spécialiste reconnu de l’histoire politique du monde chinois, ses travaux pionniers sur le Front uni sont régulièrement cités dans la presse pour éclairer les politiques d’influence actuelles du régime de Pékin. À la manière du général Jacques Guillermaz, fondateur de ce qui deviendrait le Centre Chine, Emmanuel fait partie de ces rares sinologues parvenus à mener des recherches de premier plan tout en poursuivant une carrière exigeante, comme officier de la police nationale en l’occurrence.

Après un mémoire de maîtrise à l’Inalco en 2002 sur l’« Incident du 28 février 1947 » à Taïwan, puis un mémoire de DEA à l’EHESS deux ans plus tard sur « Le monde de Zheng Chenggong », Emmanuel soutient en 2012 une thèse intitulée « Les usages postrévolutionnaires d’un canon orthodoxe : le Front Uni et l’invention politique de l’après-révolution en Chine, 1978-2008 » sous la direction d’Yves Chevrier. Il y montre comment la politique de Front uni, employée par le PCC pour élargir la base de ses soutiens lors de ses mues successives – son éclosion dans les années 1920, puis sa transformation en parti-État dans les années 1940-50 – joue un rôle crucial dans son devenir post-maoïste. À la fois idéologie et organisation, explique-t-il, le Front uni est réactivé durant la période des réformes pour justifier et réaliser la sortie de révolution au profit d’un Parti qui prétend désormais représenter la nation chinoise tout entière. Dans ce travail novateur, Emmanuel conjugue une réflexion conceptuelle de haute volée avec une lecture attentive des sources chinoises.

Emmanuel publie, par la suite, une dizaine d’articles dans lesquels s’affirme son goût pour les marges géographiques, politiques et sociales de la « grande Chine ». Fin connaisseur du crime organisé qu’il a combattu en tant que policier, il s’intéresse notamment aux Triades dont il explore les processus de légitimation par l’histoire puisée dans la tradition des sociétés secrètes, et l’appui qu’elles apportent au PCC pour étendre son autorité dans le cadre du Front uni. Il offre ainsi un éclairage historique au rôle actuel de ces acteurs interlopes dans la répression violente des manifestants hongkongais et dans la stratégie irrédentiste de Pékin à Taïwan. Ces travaux contribuent, par ailleurs, au champ des études coloniales en analysant le regard porté par les agents coloniaux européens sur ces « francs-maçons chinois » en Asie du Sud-Est. Parmi toutes les périphéries du monde chinois, Emmanuel garde un attachement tout particulier à Taïwan. Renouant avec son mémoire de maîtrise, il livre une étude originale de la dynastie éphémère fondée par Zheng Chenggong, dit Koxinga, au XVIIe siècle. Apporter du nouveau sur cette figure célèbre entre toutes relevait de la gageure. Emmanuel relève le défi en proposant une comparaison audacieuse entre les « Koxingans » et les Pippinides qui éclaire leurs louvoiements entre loyalisme Ming et tentation dynastiques.

Ces derniers mois, Emmanuel se consacrait à sortir de l’oubli la figure d’un prédécesseur, le lieutenant-colonel Benoît Favre (1874-1934), directeur de l’Institut franco-chinois de Lyon de 1926 à 1929 et auteur d’un ouvrage sur les sociétés secrètes. Jusqu’au bout, Emmanuel a poursuivi son métier d’historien.

Ses collègues et amis Yves Chevrier, Xiaohong Xiao-Planes, Françoise Mengin, Monique Abud, Judith Bout, Paul Charon, Jérôme Doyon, Félix Jun Ma et David Serfass s’associent à la douleur de sa famille. Un hommage ultérieur lui sera rendu.  

Texte de David Serfass, Yves Chevrier, Xiaohong Xiao-Planes et Judith Bout

Travaux

« Fondements et portée politique du 28 février 1947 », Mémoire de maîtrise : Inalco, 2002.

« Le monde de Zheng Chenggong, histoire d’un mythe politique », Mémoire de DEA : EHESS, Paris, 2004.

« Les usages postrévolutionnaires d’un canon orthodoxe : le Front Uni et l’invention politique de l’après-révolution en Chine, 1978-2008 », Thèse de doctorat : EHESS, sous la direction d’Yves Chevrier, 2012.

« Les Koxingans : Légitimistes Ming en mers de Chine ou Pippinides thalassocratiques ? », Études chinoises, vol. 36, n°2, 2017, p. 83-117.
https://www.persee.fr/doc/etchi_0755-5857_2017_num_36_2_1606

« Le Parti communiste chinois, le Front Uni et les triades : patriotisme, business et crime organisé », Sociétés politiques comparées, n°47, janvier-avril 2019, 27 p.
https://fasopo.org/node/276

« L’Union des Béliers : l’émergence d’une ONG internationale soutenue par le Parti-État », Perspectives chinoises, 2019, n°2, p. 53-60.
https://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/9670
« The Ram Union: Emergence of an International NGO Supported by the Party-State ». China Perspectives, 2019, n°2, p. 47-55. 
https://journals.openedition.org/chinaperspectives/9150  

« Inventions et récupérations du mythe politique des sociétés secrètes, de la révolution de 1911 à Hong Kong 2020 », Études chinoises, vol. 38, n°1-2, 2019, p. 97-167.

avec Pasquale Pasquino, « Représentation et société en Chine », in Manuela Albertone et Michel Troper (dir), La Représentation politique. Anthologie, Paris : Classiques Garnier, 2021, p. 423-436.

« Regards missionnaires croisés face à l’écosystème chinois dans la péninsule malaise du XIXe siècle », in Hélène Vu Thanh (dir.), Les Missions religieuses à l’épreuve des empires coloniaux, XVIe – XXe siècle, Paris : Éditions Hémisphères / Maisonneuve & Larose, 2022.

« La double problématique des “francs-maçons chinois” dans le pourtour de la mer de Chine méridionale, 1825-1925 », in Eric Saunier (dir.), La Franc-maçonnerie dans les colonies : De l’Atlantique à la mer de Chine (XVIIIe-XXe siècle), Paris : Éditions Hémisphères / Maisonneuve & Larose, 2022.

« Koxinga », Historia, n°911, novembre 2022.

« Mao et les bandits : L’enrôlement des brigands et des sociétés secrètes dans la révolution chinoise (1919-1954) », Sociétés politiques comparées, n°60, mai-août 2023, 59 p.
https://fasopo.org/node/349

« De la complication à penser le politique dans une Chine communiste postrévolutionnaire », in Sylvain Pasquier (dir.), Avec Lefort, après Lefort : Prendre en charge l’expérience de notre temps, Caen : Presses universitaires de Caen, 2023, p. 63-76.
https://books.openedition.org/puc/20621

« The United Front: The Magic Weapon of the Chinese Communist Party’s Metamorphoses », in Jérôme Doyon et Chloé Froissart (dir.), The Chinese Communist Party: A 100-Years Trajectory, Canberra : ANU Press, 2024, p. 155-179. 
https://press-files.anu.edu.au/downloads/press/n11724/pdf/ch06.pdf

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Monique Abud (27 juin 2024). Emmanuel Jourda (1972-2024). Carnets du Centre Chine (CNRS/EHESS). Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11wcj


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search