《社会主义市场经济(1989-2008):从马克思中国化到新自由主义中国化?》— Économie de marché socialiste 1989-2008 : de la sinisation du marxisme à la sinisation du néo-libéralisme ?

Docteur de l’EHESS, Zhang Kun vient de publier la version chinoise de sa thèse de doctorat, préparée au CECMC sous la direction de Michel Bonnin et soutenue en 2022.

ZHANG Kun 张崑,《社会主义市场经济(1989-2008):从马克思中国化到新自由主义中国化?》 (Shehui zhuyi shichang jingji 1989-2008 : cong makesi zhuyi zhongguohua dao xinziyou zhuyi zhongguohua ?) = Économie de marché socialiste 1989-2008 : de la sinisation du marxisme à la sinisation du néo-libéralisme ?, NY : Bouden House, 2024, 698 p.

► Sommaire sur Google Books

Résumé

En tant qu’ « histoire des réalités sociales », cette thèse traite principalement de l’histoire de la marchéisation de la Chine, et retrace son passage d’un pays agricole pauvre à un pays industriel devenu riche en 20 ans (1989-2008). La thèse passe d’abord en revue le processus historique de l’égalité des conditions des Chinois et le développement correspondant de leur art de s’associer. Dans ce processus, la Chine moderne a répondu à l’exigence historique en ce qui concerne « chacun a sa responsabilité (dans les affaires publiques) ». Mao Zedong a élaboré sa propre méthode de s’associer pour les masses, le « mouvement de masse », dans lequel les gens ordinaires ont des responsabilités mais pas de droits. Mao a également sinisé le marxisme et a établi le système de « l’unité de travail pour le mouvement de masse » basé sur « l’unité alimentaire ». Après la mort de Mao, les autorités chinoises se sont retrouvées dans une profonde détresse économique, contraintes de déréglementer et de laisser les gens se débrouiller seuls. La réforme des prix commencée en 1988 s’est progressivement achevée au début des années 1990. Puis les gens ordinaires se sont tournés vers la poursuite de leurs propres intérêts dans l’espace limité du marché, rompant ainsi avec l’arrangement politique parti-État selon lequel « le Parti (communiste chinois) détermine les intérêts pour les masses », menace sérieuse à la direction du PCC. Au milieu de crises communes, les conservateurs et les réformistes au sein du PCC sont parvenus à un consensus en octobre 1991, à savoir que « le Parti doit fermement détenir le pouvoir de l’État », prémisse de toutes les réformes ultérieures. Désormais, le PCC a progressivement mis en œuvre ses réformes axées sur le marché. Dans la réforme fiscale, le PCC a accumulé des « expériences réussies » d’échange d’intérêts contre des droits, et dans la réforme des entreprises publiques puisque l’essentiel est de « transférer les gens superflus en dehors de l’entreprise » : les entreprises publiques, en tant qu’unités de travail pour le mouvement de masse, qui ont plus d’employés que les simples entreprises, sont le réservoir des « gens superflus ». Une telle réforme provoque un changement majeur dans la structure sociale. Cela a causé qu’un grand nombre de gens ont été contraints de quitter leur unité alimentaire pour se débrouiller par eux-mêmes. La Chine a ainsi été confrontée à une nouvelle crise. Grâce à la globalisation après la guerre froide, la Chine a pu guider des dizaines de millions de « gens superflus » vers le marché, en acceptant l’ordre du marché mature fourni par les États-Unis, processus marqué par son adhésion à l’OMC, et est ensuite devenue l’usine du monde. Cependant, des crises sociales ont également suivi. Pour répondre, les intellectuels publics émergents ont appelé à recourir à la « société civile » et exigé les « droits civiques ». Mais le régime a introduit un concept de quanyi (intérêt équitable) pour remplacer les « droits ». En 2008, alors que le mouvement de masse a eu du mal à poursuivre sa mise en œuvre, le PCC a découvert « l’exemple » spontané parmi les gens ordinaires, et a procédé à une série d’ajustements, reconnaissant que les gens ordinaires ne sont pas seulement des « masses », mais peuvent aussi avoir leurs propres « opinions ». Le régime a depuis entamé une manipulation systématique des « opinions ». Le modèle chinois, dit de l’ « économie de marché socialiste », est formé. La « politique de réforme et d’ouverture » est née de la situation difficile, en particulier financière, dans laquelle le PCC a été pris. Avec la force économique et la confiance politique démontrées par les Jeux olympiques 2008 de Pékin, la « politique de réforme et d’ouverture » a perdu son élan initial. L’ère de la réforme et de l’ouverture est révolue.

Présentation en chinois

本书专注于当代中国市场化的历史,追溯中国从一个贫穷的农业国家到一个“富裕的”工业国家的巨变的20年(1989-2008)。

作者首先回顾了中国历史中趋于个体化的“身份平等的历史进程”及个体之间重新结合的“人们相互结合的艺术”的发展:从“文王之化”时代的“人”、“民”两分社会结构中,平民以各种方式追求成为教化社会中的“人”,历经数千年,最终,平民从孔子时代“天下有道、庶人不议”的被排除在公共事务之外,到近代“天下兴亡、匹夫有责”的被要求参与公共事务,实现了“人”、“民”合一的历史进程,为“人民主权”提供了来自西方与中国自身传统的双重合法性。

在以“匹夫有责”为标志的“平民有责任参与公共事务”已经确立,但有责无权、一盘散沙般的“群众”又没有有序参与的具体方法的时候,马列主义的以平民“无产阶级”为基础的理论为中国平民参与公共事务提供了切中历史要害的启发。毛泽东为“群众”设计了他自己的“人们相互结合的艺术”,即毛式“群众运动”,于是,有责无权的“群众”得以被动员起来。毛泽东建立了以“伙食单位”为基础的“群众运动的单位”制度,把动员起来的“群众”通过各自的“单位”组织和管控起来。毛泽东进一步发明了“党风”等一系列风论概念,以传统的风气之论实现了马克思主义的中国化,发展出毛主义意识形态。然而,以毛的整“风”、“群众运动”的方式搞经济建设并不成功。毛去世后,中国当局发现自己陷入了严重的经济困境,于是被迫对内放松管制,让底层平民自谋生路、自生自灭,对外促进出口换取外汇,后来形成了以对内放开、对外开放为实质的“改革开放”政策。

1988年开始的价格闯关改革,到90年代初逐步完成,平民在有限的市场空间内转向追求自身“利益”,打破了“党为人民谋利益”的政治安排。随之而来的,是脱离了党的领导的、自主追逐“利益”的市民对中共领导地位构成结构性的严重威胁。

 1991年10月,中共内部的保守势力和改革势力在共同危机中达成“党必须牢牢掌握国家政权”的共识,这是后来所有改革的前提。基于此,92年的市场转向,资源分配交给市场的同时,利益分配却牢牢掌握在政权手中。随后在这个架构下,展开了中国的市场化改革。94年税制改革,以“利益”换“权利”成为市场化改革的基本经验。之后国企改革要“把多余的人转出”国企,其中,作为群众运动的单位的国企,比作为市场化运作的企业的国企所多出来的人,是为“多余的人”。国企改革改变了社会结构,带来新的社会危机。处于险境中的中国政府通过“与国际接轨”,引入西方成熟的市场规则,把大量逐利的个体引入到市场秩序当中,产生了强大发展动力。1997年东南亚金融危机后,朱镕基政府为摆脱危机影响而被迫举债进行大规模基础设施投资建设,却意外巧遇冷战后新的全球化进程带来的全球性产业大转移,迅速改善的基础设施使中国成为其中最大的受益者,并在加入WTO后迅速发展成世界工厂。与此同时,获得了“利益”的平民开始要求“权利”。可是,要“权利”官方不答应,只给“利益”平民不答应,结果,官民博弈中,双方在“权益”——比照“权利”申索的“利益”——处达成平衡。最终,关键字“权益”取代“利益”被写入2003年具有党国宪法地位的十六届三中全会决议文件之中。中共以“权益”替换了“权利”,改变了财产权等一系列基本权利的内涵,对新自由主义进行了中国化,填充了其“社会主义市场经济”的内容。

然而,以社会为代价的十年市场化改革带来了严重的社会后果,一方面民间公民“维权”运动风生水起,另一方面,政治持续加大“维稳”力度以应对。不过,从03年中共决议文件引入“权益”概念来看,中国的公民维权运动,早在努力之初,就已经被釜底抽薪了,维权不知不觉成了维护“权益”,等到当事双方都得到了想要的东西,维权人士却发现自己要维护的“权利”却不在各方博弈之中。最终,维权人士无法培养出自己坚实且不断成长的社会基础,在与政权的“维稳”较量中越来越难以支撑下去。同样,以微观经济学为特征的新自由主义并不区分仅在宏观内涵上有差异的“权利”和“权益”,这使得中国既可以基于新自由主义的“界定财产权”去接轨美国推动的新自由主义的全球化市场,又可以排除携带了西方“秩序”内涵的“权利”观念。

意识形态方面,以98年长江洪水救灾为官方重新获得动员能力的谷底反弹转折点,到08年汶川地震救灾中温家宝写下的“多难兴邦”,标志了传统的救灾政治在“中华民族伟大复兴”的名义下为官方意识形态所完全吸收。相对于西方“城邦政治”的政治话语体系,“治水/救灾政治”意味着一套全然不同的政治语言。

中共的“改革开放”政策起于财政困境,对内放开、对外开放带了经济的增长与繁荣,但对政权来说却是失控。面对社会的失控,政权以“改革”的方式去适应了社会变化,使其自身得以维持。 2008年,北京奥运宣告中国走出了财政困境,“改革开放”失去了其原初动力。 以“东亚依附模式”为特征的“改革开放”的时代结束了,有着一定独立性的“社会主义市场经济”的时代开始了。



Citer ce billet
Monique Abud (2024, 30 avril). 《社会主义市场经济(1989-2008):从马克思中国化到新自由主义中国化?》— Économie de marché socialiste 1989-2008 : de la sinisation du marxisme à la sinisation du néo-libéralisme ? Carnets du Centre Chine (CNRS/EHESS). Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10s63

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search