La présence chinoise au Cameroun et ses influences sur le système de santé, par F. Wassouni

Compte rendu de  Lucia Candelise de la conférence du 22 mars 2012, de François Wassouni  dans le cadre du séminaire « Patrimoine culturel immatériel en Chine : formation, tradition, transmission ». François Wassouni, docteur en histoire « L’artisanat du cuir dans l’Extrême-Nord du Cameroun du XIXè siècle à 2007 », est enseignant au Département des Beaux-Arts et des Sciences du Patrimoine de l’Institut Supérieur du Sahel (ISS) de l’Université de Maroua, Cameroun, invité à l’EHESS par Jean-Paul Colleyn du CEAF et Larissa Zakharova du CERCEC interviendra sur le thème : Présence chinoise au Cameroun et ses influences sur les systèmes de santé.

François Wassouni, docteur en histoire (« L’artisanat du cuir dans l’Extrême-Nord du Cameroun du XIXè siècle à 2007 »), est enseignant au Département des Beaux-Arts et des Sciences du Patrimoine de l’Institut Supérieur du Sahel (ISS) de l’Université de Maroua, Cameroun. Il a été  invité à l’EHESS par Jean-Paul Colleyn du CEAF et Larissa Zakharova du CERCEC .

(…) Cet exposé très riche dans ses contenus et dans ses différentes approches au sujet, pointait tout particulièrement l’augmentation, dans les dernières décennies, de la présence chinoise sur le territoire camerounais et les conséquences de cette immigration dans le domaine de la santé.
Se définissant sur trois étapes, de l’émergence de la Chine dans le paysage social du Cameroun marque une forte évolution du contexte social et économique du pays :

  • Dans une première étape, entre 1960 et 1973, on assiste aux premières négociations entre la Chine et le Cameroun. C’est une phase pendant laquelle les interventions chinoises sur le territoire étaient perçues avec méfiance par les camerounais.
  • Courant une deuxième période, entre 1973 et 1983, de nombreux accords commencent à être signés
  • Et enfin la troisième phase, entre 1983 et nos jours, voit la Chine devenir la solution à la crise économique et aussi le principal investisseur au Cameroun. Cela étant accompagné par un taux immigration chinoise. (…)
    Texte intégral du compte-rendu sur le Carnet de l’ANR EsCA (Espaces de la culture chinoise en Afrique)

 

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search