Compte rendu du débat autour du livre de Victor Louzon, L’étreinte de la patrie

Autour du livre de Victor Louzon, L’étreinte de la patrie. Décolonisation, sortie de guerre et violence à Taiwan, 1947 (Éditions de l’EHESS, 2023).

Dialogue avec Hamit Bozarslan (EHESS, CETOBaC), Arnaud Nanta (CNRS, Institut d’Asie Orientale, Lyon) et Coraline Jortay (CNRS, THALIM, associée CECMC)

Modération par Marie-Paule Hille (EHESS,CECMC).

Le 31 janvier dernier, le Centre Chine organisait un échange autour du livre de Victor Louzon paru aux éditions de l’EHESS à la fin 2023. L’objectif de ces rencontres est de faire dialoguer un.e auteur.e avec des spécialistes proches de ses champs de recherche mais aux terrains parfois éloignés. Ce temps de dialogue encourage ainsi une approche comparative et une réflexion interdisciplinaire sur la méthodologie. Il vise à décloisonner les travaux de sciences sociales sur la Chine.

L’ouvrage de Victor Louzon est tiré de sa thèse soutenue en 2016 sous la direction d’Yves Chevrier et porte sur l’Incident du 28 février 1947 (Er’er ba shijian 二二八事件). Il s’agit du soulèvement d’une partie de la population taiwanaise, essentiellement urbaine, contre le pouvoir politique du Parti Nationaliste de la République de Chine (Guomindang 國民黨) qui a obtenu la souveraineté sur l’île avec la défaite japonaise en 1945. Les violences provoquent des milliers de morts[1] et cet événement est devenu le lieu de mémoire fondamental de la société taiwanaise contemporaine. Pour Victor Louzon, celui-ci est essentiel pour comprendre comment la question du rapport à la Chine et au fait colonial s’est posée comme axe polarisant de la politique taiwanaise à partir des années 1980 et de la démocratisation de l’île. Le 28 février est un jour férié et ses symboles commémoratifs sont omniprésents dans l’espace urbain à l’exemple de parcs ou de mémoriaux.

Cette crise sanglante intervient deux ans après la fin de la guerre sino-japonaise (1937-1945) alors que la première moitié du XXème siècle a été marquée par l’expansion impériale japonaise et la construction nationale chinoise sur le continent. L’auteur a choisi d’étudier l’événement par son “amont” pour mieux comprendre dans quel contexte s’est déployée cette violence. Revenant sur son parcours scientifique marqué par l’influence de l’anthropologie historique de la violence, issue notamment des travaux de Stéphane Audouin-Rouzeau, il part du présupposé que la violence n’est pas un invariant dépourvu d’historicité. Au contraire, les pratiques de violences obéissent à des répertoires historiquement construits et surtout transmis. Le contingent militaire envoyé par les nationalistes afin de réprimer le soulèvement est constitué de soldats qui sortent d’au moins dix ans de conflit permanent (guerre civile contre les communistes, guerre sino-japonaise). Cet événement a lieu dans des sociétés en sortie de guerre, hautement militarisées pour lesquelles le conflit est un quotidien depuis des années. Cela peut partiellement expliquer la disproportion de l’opération de “pacification” et le déchaînement des violences militaires contre des civils. De l’autre côté, de nombreux Taiwanais ont servi dans l’armée impériale japonaise en Asie orientale et sont aussi habitués à un quotidien militarisé. Victor Louzon mentionne aussi les travaux de sociologie politique de Michel Dobry montrant que la violence d’une crise a des dynamiques endogènes qui ne sont pas réductibles à ses causes. L’idée centrale du livre est de partir de cet événement pour faire la genèse de la violence dans le cadre d’un repartage d’empire. 

Après la présentation de l’ouvrage, la discussion a été entamée par Hamit Bozarslan, spécialiste des révolutions arabes et de la violence au Moyen-Orient. Il évoque le fait de situer l’événement à la fois comme prolongation de l’histoire coloniale mais aussi comme prolongation des violences de guerre. À ce sujet, les travaux des historiens Robert Gerwarth et John Horne sur la Première Guerre mondiale et ceux Keith Lowe ou Timothy Snyder sur la Seconde Guerre mondiale[2] ont montré que ces conflits étaient loin de s’être achevés avec l’armistice et que la militarisation de la société qu’ils ont générée a perduré de nombreuses années. La question des ontologies de la nation chinoise et de la nation taiwanaise doit pour lui être posée, au sens où la répression des nationalistes est conçue comme un moment de rétablissement de la pureté ontologique chinoise dite « corrompue » par cinquante années de colonisation japonaise. On trouve pour lui un discours qui peut, par exemple, tout à fait s’appliquer à la guerre menée par la Russie de Vladimir Poutine en Ukraine. Hamit Bozarslan opère enfin d’autres comparaisons historiques avec des massacres coloniaux durant la sortie de guerre, comme celui de Sétif en Algérie ou celui de Madagascar également en 1947, mais souligne que le contexte de recolonisation ou “d’étreinte de la patrie” spécifique à Taiwan constitue une différence importante.

Répondant à ces réflexions, Victor Louzon confirme qu’il s’agit bien de « refaire des Chinois ». La répression est par ailleurs couplée à une politique extrêmement brutale et rapide de “déjaponisation” de l’île qui provoque le déclassement des élites taiwanaises, auxquelles il est interdit de parler le japonais. Il faut cependant souligner que cette conception de la nation ontologiquement pure émerge tardivement et que Taiwan n’a longtemps pas été une préoccupation centrale des élites chinoises. L’auteur évoque également une continuité dans le rapport du parti nationaliste puis du parti communiste avec Taiwan et aussi Hong Kong. Il s’agit d’un ethno-nationalisme qui se confond avec la demande chinoise d’allégeance à un régime autoritaire. Mais, en face, les anciens territoires coloniaux (britannique pour Hong-Kong et japonais pour Taiwan) se servent justement de ce passé comme ressource culturelle pour le défier, ce qui nourrit en retour les discours chinois sur l’intoxication par la colonisation.

L’historien Arnaud Nanta, spécialiste de l’histoire de l’anthropologie et des savoirs coloniaux japonais à Taiwan et en Corée, poursuit la discussion en évoquant les comparaisons entre les structures du système colonial japonais et la loi martiale de 1947 à 1987 sous le régime du Kuomintang. L’Incident sert de prétexte. S’il s’agit tout d’abord de reprendre le contrôle sur l’île en mobilisant des moyens disproportionnés, il est dans un deuxième temps question de chercher les leaders des émeutes pour procéder à une purge. Le passé colonial japonais est décrit comme un poison à extirper et la récente guerre sino-japonaise sur le continent nourrit un fantasme sur le niveau de résistance supposé des Taiwanais. L’événement traduit aussi la tolérance du pouvoir par rapport à la violence déployée afin de privilégier l’efficacité politique. Pour Arnaud Nanta, on ne peut pas présenter ce massacre comme une armée régulière affrontant des insurgés. Malgré les violences des émeutiers, ce sont bien des soldats lâchés contre une population civile vaguement armée. Par ailleurs, selon lui, à part la Corée, la plupart des colonies impériales japonaises ont fait l’objet d’une recolonisation, c’est aussi le cas de l’île de Sakhaline par exemple. Victor Louzon souligne que l’arrivée des nationalistes a été accueillie par des scènes de liesse et que le discours structuré sur la recolonisation est beaucoup plus tardif, même si des comparaisons entre le gouverneur chinois Chen Yi 陳儀envoyé à Taiwan en 1945 et l’administration coloniale japonaise se trouvent régulièrement dans les sources.

Les réflexions initiées par Arnaud Nanta à partir du film de Hou Hsiao Hsien La Cité des douleurs (Beiqing chengshi 悲情城市,1989) sur le plurilinguisme et les grandes difficultés de communication entre les différents acteurs conduisent la discussion vers l’intervention de Coraline Jortay, spécialiste d’histoire linguistique et traductrice de la littérature taiwanaise. En effet, les continentaux et les insulaires parlent à peine la même langue et ne se comprennent souvent pas. Les différents parlers chinois du Nord, le minnan, le japonais et le taiwanais se mélangent et construisent une barrière linguistique avec les nouveaux arrivants. De fait, l’ouvrage est traversé par la question des paysages sonores de l’île en 1947. Coraline Jortay souligne le rôle essentiel de la radio et des chants militaires dans les soulèvements. La langue a modelé l’événement et apparaît comme un facteur discriminant pour les émeutiers. La scène présente dans le film de Hou Hsiao-Hsien, où le personnage principal sourd et muet est questionné par des individus à la recherche de continentaux à passer à tabac est à cet égard très emblématique. En s’adressant à une personne dans l’espace public, un train ou un bus par exemple, on pouvait très vite discerner l’origine linguistique de celle-ci et évaluer sa place. Par ailleurs, la radio est utilisée comme facteur de mobilisation et fonctionne en japonais mais la langue change lorsqu’elle est contrôlée à tour de rôle par les militaires chinois ou par les Taiwanais. À tous les niveaux la politique nationaliste de rééducation linguistique sera féroce dès les débuts de la loi martiale. Il s’agit d’effacer les symboles culturels japonais de l’île. À ce sujet mentionnons l’ouvrage Touring China de Mo Yajun récemment paru aux presses de l’université de Cornell. Le dernier chapitre est consacré à la manière dont les nationalistes ont rapidement réécrit les guides de voyages et redessiné la carte des lieux de mémoire taiwanais en évacuant par exemple les temples shintos.

L’ouvrage de Victor Louzon est un jalon important dans l’historiographie francophone de Taiwan, il vient combler un vide dans cette langue et s’adresse à un large public. Le premier chapitre retraçant une histoire de Taiwan sur le temps long depuis la chute des Ming, à travers notamment le prisme des conflits villageois (xiedou 械鬥) constituera une excellente entrée pour quiconque souhaite s’intéresser au passé de l’île. Ce travail de longue haleine à la méthodologie complexe et mobilisant un immense corpus de données a été rendu possible grâce au processus de démocratisation de Taiwan. Il a conduit à l’ouverture d’un grand nombre d’archives, notamment orales, qui sont désormais facilement accessibles. On l’aura compris, cette séquence fait l’objet d’intenses luttes mémorielles. En plus de son approche initiale qui cherche à comprendre l’événement en amont, Victor Louzon a fourni un effort supplémentaire particulièrement éclairant. L’épilogue retrace la façon dont ce massacre commis par les troupes nationalistes a été étudié par l’historiographie japonaise, taiwanaise « bleue » (nationaliste) et « verte » (démocrate). Il contribue à historiciser la mémoire et la politisation de cette crise depuis les années 1950 pour mieux le relier à notre présent. Cet échange approfondi a permis d’évoquer de nombreux problèmes posés par l’analyse du 28 février 1947, mais le livre traite également d’autres sujets comme la place du genre, la stratification sociale du soulèvement ou les enjeux de l’histoire orale.


[1] 18000 morts selon les hypothèses les plus hautes, mais les chiffres exacts ne sont pas connus.

[2] Voir par exemple : Keith Lowe, Savage Continent : Europe in the Aftermath of World War II, St. Martin’s Press, 2012 (traduit en français en 2015 sous le titre de L’Europe barbare) ; Robert Gerwarth, John Horne (ed.), War in Peace. Paramilitary Violence in Europe after the Great War, Oxford University Press, 2012 ; Timothy Snyder, The Reconstruction of Nations: Poland, Ukraine, Lithuania, Belarus, 1569-1999, Yale University Press, 2003. Ce dernier décrit notamment la violence des déplacements forcés des populations polonaises après la Seconde Guerre mondiale, jusqu’en 1947.



Citer ce billet
Raphaël Louvet (2024, 23 février). Compte rendu du débat autour du livre de Victor Louzon, L’étreinte de la patrie. Carnets du Centre Chine (CNRS/EHESS). Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vw7p

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search