Projet éditorial de l’axe «Savoirs techniques et patrimoine culturel immatériel en Chine»

Mariage au Shaanbei, 2008

Un projet éditorial lié au séminaire

Depuis la rentrée universitaire 2009, l’axe de recherche du CECMC « Savoirs techniques et patrimoine culturel immatériel Chine (XVIe-XXIe siècle: formation, tradition, transmission) » organise un séminaire bi-mensuel.

Nous y réfléchissons à la portée de cette nouvelle notion créée par l’UNESCO. Les principes de la Convention de 2003 ont été progressivement intégrés dans l’appareil administratif chinois et ses conséquences sur le terrain sont nombreuses.

En effet, suivant les recommandations de l’UNESCO, la Chine s’est engagée dans un inventaire de ses pratiques culturelles et sociales. Certaines d’entre elles ont été choisies pour figurer sur des listes du Patrimoine culturel immatériel feiwuzhi wenhua yichan minglu 非物质文化遗产名录.

Plusieurs niveaux de listes existent actuellement: niveau municipal, niveau provincial et niveau national. Les pratiques y sont présentées, décrites et valorisées. Certains éléments de la liste nationale sont régulièrement proposés pour entrer dans les deux listes internationales de l’UNESCO : la Liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité et la Liste du Patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente.

La Chine est, actuellement, le pays le plus représenté sur les listes de l’UNESCO (29 sur 232 dossiers sur la Liste représentative et 7 sur 27 pour la Liste de Sauvegarde urgente).

Lors de nos séminaires, des dossiers des différentes listes nationales et internationales sont observés attentivement et replacés dans une perspective historique et anthropologique. Les impacts locaux ainsi que les enjeux politiques sous-jacents sont également étudiés.

Au vu de la richesse des contenus et des échanges, les organisateurs du séminaire ont souhaité publier ces interventions. Celles-ci comportant de nombreuses images, des vidéos, des liens vers des sites internet etc., la publication sur le blog scientifique du CECMC est alors apparu comme évidente. Les doctorants et les chercheurs pourraient tous prendre facilement l’outil en mains et communiquer autour de leur recherche en cours. Les Carnets du Centre Chine pourraient servir de support de vitrine de l’actualité du Centre autour du patrimoine immatériel.

Intérieur d'une découpeuse de papier, Shaanbei, 2009

Des billets, pas des articles de recherche

En collaboration avec Jacqueline Nivard, responsable de la valorisation scientifique du CECMC et rédactrice des Carnets du Centre Chine, nous avons décidé de mettre en place un projet éditorial associant les chercheurs, les collègues extérieurs et surtout les étudiants (doctorants et masterants).

Les billets de recherche ne sont pas des articles, mais constitue un état de la réflexion en marche et ouvre un espace de discussion1. C’est un moyen simple et rapide de communiquer sur des recherches en cours, de présenter un aspect particulier d’un travail de terrain ou une réflexion en mouvement.

On ne peut y développer son argumentaire comme dans un article mais le billet peut être la première étape avant la rédaction d’un travail plus long pour une revue scientifique.

Pour autant, ces billets sont des publications et peuvent être ajoutés à la liste de publication grâce à son numéro ISSN.

La rédaction de ces billets est une opportunité pour communiquer avec des outils encore peu familiers dans notre communauté. La saisir permet de répondre à la demande croissante d’information en ligne  en France comme à l’étranger. C’est un lieu pour faire connaître à tous ce qui se fait dans notre centre, comme peut l’être la création d’exposition virtuelle : voir pour exemple Caroline Bodolec, Œuvres de Feng Shanyun.

Les photos de terrain utilisées pour les Carnets du Centre seront systématiquement déposées dans MediHAL afin de constituer une collection Chine pour notre Centre. Les photos de ce billet ont été prises par Caroline Bodolec.

Rédaction et contenu des billets

 

Labyrinthe de lumière, Shaanbei, 2011

La rédaction de ces billets permet d’apprendre à écrire dans un format bien particulier propre aux carnets de recherche sur internet.  Ecrire pour un blog nécessite de prendre en compte la longueur du billet. Il est préférable de pouvoir lire la page du texte à l’écran et il faut donc être synthétique. .

 

La présence d’images (fixes et animées), partie prenante de l’argumentation, oblige à réfléchir autrement le développement de sa pensée.

Pour l’instant, nous avons prévu de publier trois types de billets

  • Les interventions dans le séminaire sur le Patrimoine culturel immatériel.
  • Les observations de pratiques culturelles et sociales faisant partir du Patrimoine culturel immatériel de Chine et issus des terrain des chercheurs et des étudiants
  • Les résumés de publications importantes pour notre réflexion

Le projet est ouvert à tous, chercheurs et étudiants d’autres axes et d’autres centres, qui souhaiteraient y participer. Toute collaboration est bienvenue !!

Pour apprendre à faire tout cela et réfléchir collectivement à partir des billets en cours de rédaction, une réunion éditoriale a lieu tous les 2ème et 4ème jeudi du mois, de 15h à 16h, salle de réunion du CECMC, 6ème étage, noyau B, 190 avenue de France, 75013 Paris. Contact: bodolec@ehess.fr

Fabrication de raviolis, tableau en tissu, Shaanbei, 2006

Un billet a déjà été publié par Frédéric Obringer,  un second le sera prochainement par Wang Huayan, doctorante au CECMC  sur le thème «École et temps.  La société locale en Chine de 1300 à 1400», directeur de thèse : Christian Lamouroux [Histoire] .

  • Frédéric Obringer, « Le jésuite et le polygraphe de Yangzhou à la recherche de la longue vie », Carnets du Centre Chine. Mis en ligne le 2 mars 2012. http://cecmc.hypotheses.org/6169
  • Wang Huayan, « Fête des bannières à l’ouest de Pékin », Carnets du Centre Chine. Mis en ligne prochainement.
  1. Pierre Mounier, « Quelques pistes pour mieux comprendre les blogs scientifiques et faire progresser son carnet » et «Ouvrir l’atelier de l’historien. Médias sociaux et carnets de recherche en ligne», Homo Numericus, 11 septembre 2011 []

Caroline Bodolec

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine UMR 8173 Chine, Corée, Japon Chargée de recherche CNRS Ethnologie

More Posts


Caroline Bodolec

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine UMR 8173 Chine, Corée, Japon Chargée de recherche CNRS Ethnologie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search