Webinaire « Anthropologie du Yunnan (Chine) »

Ethno-Anthropologie du Yunnan (Chine)

Webinaire de l’UMR Chine Corée Japon (Centre d’études de la Chine moderne et contemporaine) organisé par Aurélie Névot (CNRS)

Nota bene : ce webinaire ne fait pas partie des « enseignements » de l’EHESS et à ce titre il n’est pas validable par les étudiants de l’EHESS.

Lien de connexion : https://webinaire.ehess.fr/b/nev-uje-3vm

Argumentaire

Le Yunnan est une province localisée dans le sud-ouest de la Chine, confinée entre les marches tibétaines, le Myanmar (Birmanie), le Laos et le Vietnam. Situé au croisement de différentes aires culturelles, ce territoire rassemble le plus grand nombre de « nationalités minoritaires » de Chine classées dans les années 1950 par le régime communiste sous vingt-cinq exo-ethnonymes qui ne recouvrent pas forcément les découpages ethniques opérés par les populations locales elles-mêmes. Cette mosaïque de population est en réalité encore plus diversifiée avec ses multiples langues et écritures, ses pratiques religieuses (majoritairement chamaniques), ses systèmes de parenté, ses organisations politiques autochtones, ses réseaux d’alliance, ses migrations, sans compter les mythologies locales fort variées. Le Yunnan constitue dès lors un champ de recherche extrêmement fertile pour les ethnologues, les historiens et les linguistes, et les recherches y sont en plein essor, comme les nombreuses publications sur le sujet ont pu le prouver depuis une vingtaine d’années.

Créé en 2020, ce séminaire a pour projet d’initier et de former à l’ethno-anthropologie du Yunnan à partir de monographies et d’approches comparatives dans une perspective interdisciplinaire. Il est ouvert à tous les étudiants intéressés par l’anthropologie chinoise et des Hautes terres d’Asie du sud-est, par l’anthropologie religieuse, l’anthropologie de l’écriture, l’anthropologie politique, l’anthropologie du tourisme et de la patrimonialisation, la linguistique. L’histoire de l’ethnologie du Yunnan de même que l’histoire du Yunnan seront également au cœur de la réflexion. L’ambition est d’ouvrir de nouvelles perspectives en maintenant continûment un rapport étroit avec les données ethnographiques. En promouvant l’étude des populations yunnanaises, il s’agit de prêter à l’ethnographie sa valeur critique et heuristique. Plus largement, ce séminaire envisage d’apporter une perspective alternative sur l’anthropologie de la Chine et d’enrichir la connaissance des mondes chinois et de l’Asie.

Programme de janvier à juin 2022

Jeudi 20 janvier, de 10h à 13h : Christine Mathieu : « Méthode et objectif d’une enquête ethnohistorique du passé naxi »
Résumé :
La méthode ethno-historique est comparative et holistique, ayant recours à toutes données à sa portée (historiques, ethnographiques, linguistiques, géographiques, esthétiques, artistiques, musicales, culinaires, etc.). Bien que son orientation soit essentiellement emic, la recherche ethno-historique n’a ni l’ambition ni la prétention de construire ou de reconstruire la mémoire historique et collective, mais de contribuer potentiellement à son enrichissement dans un domaine de discussions et d’échange de connaissances. Le projet de l’ethnohistoire est avant tout un projet concret, axé sur le recouvrement et les explications de faits ethnographiques, mythologiques, institutionnels et historiques. Néanmoins, l’ethnohistoire offre de riches possibilités de dialogue et d’échanges dans le domaine théorique de l’anthropologie, car si la théorie anthropologique lui apporte des possibilités d’interprétation, l’ethno-histoire, en rendant compte positivement du passé et de l’évolution des structures sociales et des systèmes de pensée, renvoie à l’anthropologie la possibilité d’élargir ses propres paradigmes. L’enquête ethno-historique du passé naxi, qui est le sujet de la discussion proposé, explore les liens entre les rites, les mythes, les systèmes de pensée, les systèmes de parenté (synchroniques et diachroniques), l’histoire orale et les faits inscrits dans l’histoire écrite. Elle aboutit sur une mise en lumière de la construction des « mémoires collectives » et de leurs rôles dans les procédés de transformation qui ont contribué au développement des sociétés na, de leur cohésion interne à leur intégration dans la sphère culturelle et institutionnelle de l’État chinois.

Jeudi 17 février, de 16h à 19h : Stéphane Gros : « Quelques notions pour l’anthropologie comparative le long de la bordure sino-tibétaine »

Jeudi 17 mars, de 12h à 14h : Sylvie Beaud : « Parcours autour du théâtre de Guan Suo »

Jeudi 28 avril, de 13h à 16h : Alexis Michaud et Maxime Fily : « Documentation des langues et traditions orales des Na : outils et méthodes linguistiques, enjeux ethnographiques et sociaux »
Résumé :
La documentation de sauvegarde des parlers et traditions orales des Na (Mosuo) revêt un caractère d’urgence sans cesse croissante. Linguistes et ethnologues/anthropologues/sociologues paraissent avoir beaucoup à gagner d’une coordination accrue de leurs travaux. Les compétences et savoir-faire paraissent en effet complémentaires, et les méthodes compatibles, au prix d’un léger effort d’ajustement. Ainsi, s’agissant des outils, l’orthographe standardisée développée pour le na par Roselle Dobbs et ses collaborateurs & collaboratrices offre une référence commune pour la transcription des mots en langue na, moins ambiguë que la romanisation (Pinyin) d’équivalents de ces mots en mandarin. Au plan technique, l’hébergement de documents dans la collection Pangloss ouvre de nouvelles possibilités d’exploration, grâce à leur annotation structurée. Réciproquement, les éclairages ethnologiques, ethnohistorique, anthropologiques et sociologiques ouvrent à l’entreprise documentaire des pistes indispensables pour une exploration véritablement approfondie. 

L’exposé proposera à la discussion quelques idées en vue d’un travail pluridisciplinaire de moyen terme pour l’enrichissement progressif (et cumulatif) des ressources documentaires (corpus électroniques annotés).

Jeudi 19 mai, de 13h à 16h : Pascale-Marie Milan : « Terminologies de parenté et pratiques relationnelles chez les Na »

Jeudi 16 juin, de 13h à 16h : Emmanuelle Laurent : « Ancêtres au village de Wumu : cultes et devenirs »

Crédit photo : Aurélie Névot

Crédit photo : Aurélie Névot



Citer ce billet
Monique Abud (2021, 14 décembre). Webinaire « Anthropologie du Yunnan (Chine) ». Carnets du Centre Chine (CNRS/EHESS). Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mhac

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search