Habiter une ville. Le cas du quartier d’architecture occidentale de Thames Town en périphérie de Shanghai

Martin Minost, doctorant à l’EHESS (CCJ-CECMC), soutient sa thèse « Habiter une ville nouvelle en Chine. Le cas du quartier d’architecture occidentale de Thames Town en périphérie de Shanghai » mardi 30 novembre 2021 à 14h30. La thèse a été préparée sous la direction conjointe de Valérie Gelézeau (EHESS) et de Katiana Le Mentec (CNRS).

Composition du jury  

  • Mme Valérie Gelézeau (Directrice de thèse), EHESS
  • Mme Katiana Le Mentec (Co-Directrice), CNRS
  • Mme Caroline Bodolec, CNRS
  • Mme Sophie Chevalier, Université de Picardie Jules Verne
  • M. Yankel Fijalkow, ENSA Paris – Val de Seine
  • M. Daniel Pinson, Aix-Marseille Université
  • Mme Caroline De Saint-Pierre, ENSA Paris-Malaquais

Résumé

Depuis le tournant du millénaire, la Chine connaît un processus d’urbanisation accélérée sans précédent. La croissance urbaine est soutenue, entre autres programmes, par le développement des périphéries des villes dont le paysage incorpore, à grande échelle et en très grandes quantités, des zones résidentielles à l’aspect architectural inspiré de modèles occidentaux. Perçus uniquement au travers de leur forme spatiale, ces quartiers ont fait l’objet d’analyses biaisées et ethnocentrées, les décrivant comme des manifestations d’un urbanisme postmoderne fondé sur le collage architectural spectaculaire et la consommation d’images. Cette thèse de doctorat propose une analyse différente des quartiers aux atmosphères imitées en s’appuyant sur une ethnographie des modes d’habiter des habitants de Thames Town, à l’architecture anglaise, localisé dans la ville nouvelle de Songjiang, en périphérie de Shanghai. Au contraire des études limitées à la forme architecturale du quartier, l’analyse des expériences de mobilité et d’appropriation d’un espace vécu à la marge révèle la dimension libératrice des modalités de l’habitation, comprise comme le processus de fabrication du chez-soi et le logement, fruit de l’acte d’habiter. S’inscrivant dans le domaine de l’anthropologie de l’espace, cette recherche permet d’interroger, à partir du point de vue des résidents, les transformations du rapport à l’espace et l’habitation ainsi que les représentations culturelles croisées entre la Chine et l’Occident pour certains milieux aisés de la Chine urbaine du 21e siècle.

Annonce sur le site de l’EHESS.

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search