Ouvrier culinaire et artisan de la nation. Une anthropologie politique du métier de cuisinier en Chine

Aël Théry, doctorante à l’EHESS (CCJ-CECMC), a le plaisir d’annoncer la soutenance de sa thèse en anthropologie sociale et ethnologie, « Ouvrier culinaire et artisan de la nation : une anthropologie politique du métier de cuisinier en Chine », mardi 23 novembre à 14h. La thèse a été préparée sous la direction conjointe d’Isabelle Thireau (EHESS) et Sandrine Ruhlmann (CNRS). En raison de la situation sanitaire, la soutenance aura  lieu en ligne. Si vous souhaitez y assister, veuillez envoyer un mail à l’adresse : ael.thery@ehess.fr. ou ael.thery@ehess.fr.

Composition du jury  

  • Nicolas ADELL, Maître de conférences en anthropologie à l’Université de Toulouse II-Le Mirail (rapporteur)
  • Francesca BRAY, Professeure à l’Université d’Édimburgh
  • Sandrine RUHLMANN, chargée de recherche CNRS (directrice de la thèse)
  • Françoise SABBAN, Directrice d’études à l’EHESS (retraitée en activité)
  • Isabelle THIREAU, Directrice d’étude EHESS, directrice de recherche CNRS (directrice de la thèse)
  • Anne-Christine TREMON, Maître d’enseignement et de recherche à la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne (rapporteur).

Résumé de la thèse

Cette thèse d’anthropologie sociale consacrée à l’étude du métier de cuisinier en Chine s’appuie sur une ethnographie de plusieurs espaces de production culinaire en contexte professionnel urbain, dans les régions du Guangxi et du Guangdong. Depuis l’ouverture économique post-maoïste de la fin des années 1970 et avec l’essor de la consommation, le monde professionnel et les savoir-faire associés, jusqu’alors majoritairement tributaires de l’État, se transforment. L’accroissement de l’exigence en formation, la régulation des pratiques sanitaires, l’organisation en associations professionnelles, la systématisation des savoirs, etc., sont autant d’éléments qui façonnent le métier de cuisinier en Chine aujourd’hui. L’enquête de terrain a permis de retracer les chemins de la formation, du travail et de la créativité des cuisiniers rencontrés, pris dans le maillage d’un système productif qui prend appui sur la collaboration et la complémentarité. Cette enquête restitue également des trajectoires professionnelles plus ou moins mobiles selon la structure, privée ou publique, moyenne et haut de gamme, ainsi que les revendications associées à des styles de cuisine spécifiques. Alors que la frugalité, le labeur et la créativité font partie de la rhétorique du Parti communiste chinois relative à la construction d’une nation forte, les artisans œuvrent à leur manière à l’élaboration de sens qui leur sont justes. Sous l’angle politique sont ainsi étudiées les questions du travail, de la technique et de la transmission, de la création de nouveaux savoir-faire, de la revendication d’identités et de la négociation comme de l’invention d’un nouvel ordre technique et gustatif, mais aussi d’un nouvel ordre social, sur fond d’enjeux contemporains de normes sécuritaires et alimentaires.

Annonce sur le site de l’EHESS.

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search