Sciences et savoirs de l’Asie orientale dans la mondialisation (XVIe-XXe siècles)

Reprise du séminaire Sciences et savoirs de l’Asie orientale dans la mondialisation (XVIe-XXe siècles), lundi 15 novembre 2021.

Responsables

Contact : Catherine Jami (catherine.jami@ehess.fr)

1er, 3e et 5e lundis du mois de 10h30 à 12h30, du 15 novembre 2021 au 30 mai 2022
Campus Condorcet, EHESS (salle 25A)
2 cours des Humanités, 93300 Aubervilliers.

Présentation du séminaire

Les historiens des sciences et des techniques sont de plus en plus nombreux à s’interroger sur les implications pour leur discipline des historiographies relevant de l’« histoire mondiale », de l’« histoire globale », ou des « histoires croisées ». Les recherches sur les savoirs scientifiques, techniques et médicaux fondées sur des sources provenant d’Asie orientale, que ce soient des sources écrites dans les langues savantes et vernaculaires ou les sources visuelles et matérielles, ont beaucoup à apporter à cette réflexion ; elles ouvrent notamment de nouvelles perspectives sur ce qu’on appelle désormais la mondialisation des savoirs. Pour dépasser les narrations construites en suivant les trajectoires de l’expansion européenne, le séminaire abordera plusieurs moments et plusieurs domaines des savoirs pour montrer comment, en travaillant sur des sources primaires, un ancrage local peut enrichir l’histoire de cette mondialisation. Cette année encore, plusieurs séances seront consacrées en particulier aux transferts d’objets et de techniques entre l’Europe et l’Asie orientale entre le XVIe et le XIXe siècle, et notamment à certains travaux menés dans le cadre du projet EnamelFC

Programme 2021-2022

15 novembre 2021 : Catherine Jami (CNRS, CCJ), Présentation du séminaire

29 novembre 2021 : Zhao Bing (CNRS, CRCAO), Global Chinese ceramics: Archaeological data from Arabia and Africa  (end 8th- early 16th century)

6 décembre 2021 : Wu Huiyi (CNRS, CAK), Microanalyse des interactions savantes entre la Chine et l’Europe (XVIe-XVIIIe siècle): l’état des lieux et chantiers ouverts

17 janvier 2022 : Françoise Wang (CNRS, CRCAO), Les archives du Yonghe gong

31 janvier 2022 : Catherine Cardinal (Université de Clermont-Auvergne), Un exemple de la manifestation du goût européen : les montres émaillées dites « chinoises »

7 février 2022 : Fabien Simon (Université de Paris, ICT/ANR IndesLing), « Ceux des élèves qui auront montré le plus d’aptitude pourront être désignés pour l’étude des langues chinoise et japonaise » : imprimer les langues orientales à Paris, fin XVIIIe-début XIXe siècle

21 février 2022 : Eliette Soulier (Université Sorbonne Nouvelle, LECEMO-CRES), Perceptions espagnoles des savoirs chinois (XVIIe-XVIIIe siècles)

7 mars 2022 : Pierre-Emmanuel Bachelet (Aix-Marseille Université), Entre tradition érudite et savoir pratique, les cartes nautiques japonaises de l’époque Edo

21 mars 2022 : Marie de Rugy (Sciences Po Strasbourg), Des cartes vietnamiennes en situation coloniale

4 avril 2022 : Dror Weil (Université de Cambridge), Excavating Medicine: The Oral, Aural and Graphical Layers in the Transmission of Medical Experience between the Islamicate World and China

16 mai 2022 : Tsai Yu-yueh (Institut de Sociologie, Academia Sinica, Taipei), From Strategic scientific essentialism to De-essentialism: Genetic Science and the Name Rectification Movement of the Thao Aboriginal Movement in Taiwan

30 mai 2022 : Travaux d’étudiant.es

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.