Compte rendu de la journée d’étude « Brigandage(s) au carrefour des Empires » (juin 2021)

Compte rendu par Laurent Chircop-Reyes (jeune docteur soutenu du CECMC), de la Journée d’étude « Brigandage(s) au carrefour des Empires : dynamiques locales et enjeux (XIXe-XXe siècles) ».
 
Journée organisée par l’EHESS (CCJ-UMR 8173) et l’Inalco (IFRAE-UMR 8043) le 15 juin 2021 à Paris, Campus Condorcet.
 
La Journée d’étude « Brigandage(s) au carrefour des Empires : dynamiques locales et enjeux (XIXe-XXe siècles) » s’est tenue le 15 juin 2021, au Centre de colloques (salle 3.02) du Campus Condorcet (EHESS), de 9h00 à 17h00. La situation sanitaire a conduit les organisateurs à proposer la possibilité de suivre l’événement en ligne aux auditrices et auditeurs, ainsi qu’aux intervenantes et intervenants de la Journée ne pouvant pas se déplacer. Du point de vue des réseaux impliqués, la Journée est une collaboration entre deux Unités Mixtes de Recherches : le Centre Chine, Corée, Japon (CCJ UMR 8173), de l’EHESS, et l’Institut français de recherches sur l’Asie de l’Est (IFRAE UMR 8043), de l’Inalco. Ces deux laboratoires ont servi de base organisationnelle pour l’événement et contribué à financer celui-ci. Plusieurs structures et organismes de la recherche et de l’enseignement supérieur en ont également fait la communication via leurs sites internet ou carnets de recherche en ligne : la rubrique « Agenda » du Campus Condorcet (EHESS) et de l’Inalco ; le Carnet du Centre Chine (CECMC-CCJ) ; le site de l’IFRAE ; la rubrique « événements » du GIS Asie ; les actualités du Centre d’études français sur la Chine contemporaine (CEFC UMIFRE n° 18) et de l’École Française d’Extrême-Orient (EFEO) ; la rubrique « événements scientifiques » du Carnet de recherche « Transmission, savoirs, savoir-faire et orientations des valeurs sociales » (AMU-IrAsia UMR 7306).
 
La Journée a été coordonnée et animée grâce à la participation d’Isabelle Charleux (EPHE, GSRL) et de Paola Calanca (EFEO, EHESS-CCJ-CECMC). Au total, sept présentations sont venues rythmer les échanges. Parmi les intervenants qui ont participé et communiqué leurs travaux de recherche, dans l’ordre chronologique de la Journée : François Gipouloux (CNRS, EHESS-CCJ-CECMC), Marie-Paule Hille (EHESS, CCJ-CECMC), Laurent Chircop-Reyes (EHESS, CCJ-CECMC, IrAsia), Damien Peladan (EHESS, CCJ-CRC), Grégoire Sastre (EHESS, CCJ-CRJ) et Édouard L’Hérisson (Inalco, IFRAE, IrAsia). Sur neuf intervenants, huit ont participé en présentiel.
 
Les aspects scientifiques et techniques de l’organisation ont été préparés et assurés depuis début janvier 2021 jusqu’au 15 juin 2021 par Laurent Chircop-Reyes et Édouard L’Hérisson. L’idée de prendre le brigandage comme thématique centrale de la Journée émane à l’origine de réflexions menées sur plusieurs mois en amont pendant les ateliers de travail organisés par l’équipe de l’axe de recherche « Transmission, savoirs, savoir-faire et valeurs sociales » (IrAsia, mentionné plus haut). Le travail collectif pour l’organisation de la Journée s’est déroulé en trois étapes. La première (janvier-février-mars) a consisté à constituer l’argumentaire, la problématique et procéder à une sélection de références bibliographiques pertinentes quant à la thématique concernée. Au cours de la deuxième étape (avril-mai), il a été question d’inviter les  intervenantes et les intervenants à participer, et de discuter, avec celles et ceux ayant répondu à l’invitation, du contenu de leurs présentations respectives qui seraient potentiellement le plus en cohérence avec la problématique élaborée. Enfin, la troisième étape (juin) a été dédiée à la finalisation de l’affiche de communication de l’événement (illustration, titre, etc.), à la préparation sur le plan logistique de la rencontre en présentiel (réservation de salle, déjeuner, etc.), et à la communication de l’événement. L’aide et le soutien des institutions et laboratoires de tutelle  susmentionnés ont été très précieux. Pour l’EHESS-CCJ : Valérie Gelézeau (dir.), Marie-Paule Hille (dir. Centre Chine), Soulia Bentouhami (ingénieur d’études, gestion administrative), Sica Acapo (chargée de communication), Laura Vernon (chargée de gestion financière) et Monique Abud (ingénieur d’études, édition, resp. des fonds documentaire et site internet) ; pour l’Inalco-IFRAE : Estelle Bauer (dir.) et Oriane Frisa (assistante de gestion). Leur participation a été d’une grande aide à la fois pour les questions administratives et de gestions financières et la communication événementielle.
 
Sur le plan scientifique, la Journée a combiné deux disciplines en particulier : l’histoire et l’anthropologie. La combinaison de ces deux approches a nettement enrichi les échanges autour de la question des sources primaires, archives officielles et non officielles, récits écrits ou oraux — rares et difficiles à interpréter et analyser pour la thématique du brigandage —, ainsi que des terminologies vernaculaires du brigandage en Asie de l’Est, et des différentes catégories sociales (politiques, religieuses, économiques, guerrières, etc.) impliquées.
 
La réflexion autour du brigandage et des différentes formes que peuvent prendre ses pratiques au cours de l’histoire moderne et contemporaine des sociétés asiatiques a été, dans une perspective comparative, ouverte par François Gipouloux avec une présentation portant sur le risque et son évaluation. F. Gipouloux a abordé la question de l’assurance maritime et son rôle dans le développement du commerce au loin, et dans  quelles mesures celle-ci a influencé la croissance économique des nations maritimes au début de la période moderne. Le cas de certaines institutions en lien avec cette croissance économique et les échanges marchands internationaux, comme les coffee houses et les tripots, a également été abordé. Différentes catégories de risques, inhérentes au commerce à longue distance, et les solutions mises en œuvre par les marchands ont notamment été soulignées. F. Gipouloux a fait une description minutieuse des pratiques maritimes comme la rédaction de contrats, le règlement des différends et l’élaboration d’une législation spécifique ayant entraîné la formalisation du droit maritime, avant de détailler que, lorsque les mers étaient particulièrement dangereuses en raison de la présence de navires ennemis, les marchands pouvaient aussi faire appel aux pirates et solliciter leur protection moyennant finances.
 
Marie-Paule Hille a ensuite présenté une étude de cas, celle du saccage de la bourgade de Taozhou par les troupes de Bai Lang en 1914. Son exposé, composé de données ethnographiques et historiques riches et détaillées, a inscrit le brigandage dans le contexte politique et socio-économique de la province du Gansu pour essayer de comprendre comment ce phénomène constitue un des principaux fléaux en régions rurales chinoises, en particulier à la veille du déclin impérial. M.-P. Hille a exposé tout d’abord comment les luttes de pouvoir politique, la corruption administrative et la raréfaction des ressources ont pu participer aux exactions de brigands — celui de Bai Lang sur Taozhou. La présentation a fourni un examen précis quant à la nature de ces exactions — d’une violence extrême — commises par les troupes de Bai Lang et la  requalification locale de leurs modes opératoires, et la manière dont ceux-ci sont confrontés aux résistances locales. Enfin, M-P Hille a conclu sa présentation en évoquant les principales conséquences à long terme de cet événement sur les recompositions sociales, les différents conflits religieux locaux et la vie socioéconomique de la région.
 
Après une discussion générale des participants autour de la situation particulière au Gansu, Laurent Chircop-Reyes a proposé, pour la dernière présentation de la matinée, d’introduire les principales formes de brigandage répertoriées, à ce jour, aux confins de la province du Shanxi. La recherche s’appuie sur plusieurs archives impériales et des récits datant de la dynastie Qing (1644-1912) au début de la période républicaine (1912-1949). Des données de terrain portant sur des entretiens ethnographiques auprès de descendants d’escorteurs de marchands ont également été intégrées au propos. L’exposé s’est concentré essentiellement sur les pratiques du brigandage à l’œuvre dans les provinces en bordure du Shanxi, mais aussi en Mongolie-Intérieure, au Hebei, et dans une partie de la Mandchourie (région actuelle du Dongbei). La présentation s’est découpée en trois parties : la première a consisté en une vue d’ensemble des principaux facteurs environnementaux qui ont participé aux formes de brigandage, et en particulier les caractéristiques géographiques et administratives faisant du Shanxi une région sujette aux pillages. La deuxième et la troisième partie ont porté l’attention sur la question de l’organisation sociale du brigandage et de différentes pratiques à l’œuvre dans ces espaces. Quelques exemples de terminologies vernaculaires et des catégories qui sont utilisées pour parler des brigands dans les récits des marchands et de leurs escorteurs ont principalement servi de sources pour cette partie.
 
Après une pause déjeuner, la session de l’après-midi a repris en commençant avec une présentation de Damien Peladan sur les politiques adoptées respectivement par la Chine et dans la péninsule coréenne afin de gérer la piraterie japonaise au tournant des XIVe-XVe siècles.  L’approche historique développée a été transnationale, croisant les perspectives des trois régions engagées grâce à la mobilisation de sources historiques issues de ces dernières. L’exposé a détaillé le contexte politique japonais de l’époque, puis a proposé une mise en perspective des mesures adoptées par la Chine et la Corée. D. Peladan a notamment mis en lumière la fragmentation du pouvoir japonais de l’époque entre la Cour du Nord (basée à Kyōto) et la Cour du Sud (basée à Yoshino) et ses répercussions sur les politiques chinoise et coréenne de lutte contre la piraterie. En effet, tandis que la dynastie des Ming (1368-1644) traite avec la Cour du Sud, le Koryǒ (1270-1392) se rapproche quant à lui de la Cour du Nord. L’intervention, sous-tendue par une étude détaillée des circulations en mer de Chine et de l’implication complexe des différents représentants japonais, a démontré combien les stratégies diplomatiques en réponse à un même problème – la piraterie – peuvent varier et, dans le cas précis de la relation triangulaire Chine-Corée-Japon, combien la politique de gestion adoptée par la Corée du Chǒson (1392-1910) a été  plus efficace que celle mise en place par la Chine à la même époque.
 
Grégoire Sastre a ensuite présenté les activités des « agents d’influence non institutionnels » japonais actifs sur le continent asiatique à partir de la fin du XIXe siècle et collaborant régulièrement avec des groupes locaux catégorisés en tant que brigands. Il a notamment inscrit ces acteurs informels, à l’interface du militaire et du civil, dans une réflexion historique plus large sur la question de l’illégalité en contexte transnational.  Suivant une méthodologie biographique, G. Sastre a présenté plusieurs figures clefs comme Arao Sei (1859-1896) et Uchida Ryōhei (1873-1937) qui ont été motrices dans l’expansion japonaise formelle comme informelle sur place, aussi bien à travers leurs activités de collecte de renseignements avant la guerre russo-japonaise, que dans leur implication au cours de cette dernière, notamment dans la formation de la milice mandchoue (Manshū gigun), troupe de guérilla composée de brigands locaux. L’exposé a en particulier soulevé la difficulté de saisir les agissements de ces acteurs interstitiels, difficulté davantage renforcée par la rareté des sources, qui débordent les cadres légaux des territoires dans lesquels ils se produisent (collecte d’informations en Chine en dépit de l’illégalité de la pratique, utilisation du droit d’extraterritorialité japonaise pour se protéger, etc.).
 
À la suite de G. Sastre, qui a fourni une analyse du versant concret de l’impérialisme japonais sur le terrain mandchou, Édouard L’Hérisson a quant à lui présenté le versant imaginaire de ce phénomène. Après un bref aperçu général du lien entre expansion japonaise et brigandage, il a inscrit le motif du brigand au sein d’une mythopoïèse mandchoue qui se développe en parallèle de l’expansion japonaise sur place. Dans un premier temps, il a présenté la figure du bazoku (brigand à cheval) peuplant l’imaginaire littéraire à partir du milieu des années 1910, notamment à travers l’exemple de l’expédition du cofondateur du nouveau mouvement religieux Ōmoto en Mongolie. Il a ensuite mis en perspective ce premier avatar du brigand avec le hizoku (bandit), terme qui désigne les factions locales résistant à l’implantation japonaise sur place et qui est fortement mobilisé dans la propagande des années 1930-1940, en particulier dans la promotion du village d’Iyasaka, colonie paysanne implantée en 1933 au sud de Jiamusi. E. L’Hérisson conclut que le brigand incarne une figure de l’altérité tantôt positive (le bazoku, moderne, en tant que héros romanesque), tantôt négative (le hizoku, antimoderne, en tant que frein à la civilisation). Il avance finalement que le bazoku, véritable construction japonaise, dépasse l’altérité pour devenir une métaphore de l’adaptation des pionniers japonais à l’espace mandchou-mongol.
 
Pour conclure, aucun incident technique (ou autres) n’est venu entraver la tenue de cette Journée ni les échanges, lesquels semblent avoir tout à fait satisfait les organisateurs et les participants. Environ une vingtaine d’auditrices et d’auditeurs ont pu suivre l’événement en distanciel sur toute la Journée (en visioconférence – conformément aux règles sanitaires en vigueur à ce moment).
 
La Journée se voulait être une rencontre préliminaire sur le thème du brigandage en Asie du Nord-Est. Elle visait à susciter des réflexions comparatives entre les différentes formes du brigandage dans ces régions et des phénomènes connexes dans d’autres aires régionales au tournant du XXe siècle. L’objectif a été de poser les jalons pour l’organisation d’un événement de plus grande ampleur sur cette thématique à l’horizon 2023, sous la forme d’un colloque réunissant des expertes et des experts internationaux. Les échanges, dans la continuité de la JE,  seront idéalement nourris par des chercheuses et des chercheurs travaillant sur les régions de l’Asie du Nord-Est et du Sud-Est, et bienvenus seront les exposés portant sur d’autres régions plus occidentales — où ont été connectés les réseaux asiatiques étudiés pendant la JE —, comme celles de l’Asie centrale, du Moyen et du Proche-Orient, de la Méditerranée et de l’Europe de l’Ouest et de l’Est. Outre l’élargissement spatial,  l’idée serait de réfléchir également sur la période contemporaine en étirant les limites du cadre temporel des périodes prémodernes et modernes à aujourd’hui. Les questions de sécurité seront au cœur du débat, incluant, si possible, prioritairement les formes de brigandage, qui a semblé être pour les participants de la JE un sujet méritant d’être davantage exploré, mais aussi celles du banditisme et de la piraterie. Des thématiques sous-jacentes à la sécurité, dans une perspective holiste, serviront également de toile de fond pour permettre de monter en généralité et d’éclairer des phénomènes historiques autant que des problèmes globaux urgents en cours et à venir dans les prochaines années comme, par exemple, la mobilité humaine, les migrations environnementales et de travail, les mutations socioculturelles locales et l’émergence de différents réseaux criminels liés aux crises climatiques, sanitaires et économiques.
 
Enfin, cette Journée, aussi studieuse que conviviale après une période éprouvante de restrictions, a laissé une impression positive partagée, semble-t-il, par l’ensemble des participants. Les échanges ont également suscité l’idée d’un projet de publication collective des présentations, sous la forme, éventuellement, d’un numéro spécial qui pourrait être proposé à une revue académique française spécialisée sur l’Asie de l’Est.
Laurent Chircop-Reyes

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search