Anne-Christine Trémon – Suppression des villages et patrimonialisation à Shenzhen

La semaine prochaine le séminaire “Territoires affectés  : explorations ethnographiques et anthropologiques” poursuit son exploration du thème 4 “Destruction, table rase et reconstruction”. Après avoir examiné des études de cas à Java (Adeline Martinez) et en Californie (Elise Boutié), nous retournons vers le terrain chinois. Nous accueillerons Anne-Christine Trémon (anthropologue à l’Université de Lausanne) qui présentera une recherche en cours réalisée à Shenzhen. Sa communication est intitulée : La suppression des villages et leur patrimonialisation à Shenzhen : résilience, résistance, et revalorisation du passé rural dans le contexte de l’urbanisation « civilisatrice » chinoise.

Nous échangerons en présence de plusieurs discutants invités :
Caroline Bodolec (Anthropologue, CNRS/CCJ/CECMC)
Florence Padovani
(Sociologue & géographe CFC, Beijing et chercheuse associée au CECMC)
Alain Musset
(Géographe, EHESS)
Isabelle Backouche
(Histoire urbaine, EHESS)

La suppression des villages et leur patrimonialisation à Shenzhen : résilience, résistance, et revalorisation du passé rural dans le contexte de l’urbanisation « civilisatrice » chinoise

En Chine, des dizaines de milliers de villages ruraux ont été transformés en quartiers urbains. Ce phénomène est particulièrement marqué à Shenzhen, ville située au nord de Hong Kong, qui a connu une croissance fulgurante et qui est devenue la « première ville chinoise sans villages ». Ainsi, l’ancien village de Fort-les-Pins, sur lequel s’est concentré mon enquête, est non seulement fondu dans l’agglomération urbaine, mais n’existe plus sur le plan administratif. Il présente néanmoins certaines caractéristiques liées à son passé rural qui lui valent le label stigmatisant de « village-dans-la-ville » (chengzhongcun).  

Une idéologie civilisatrice de l’urbanisation comme vecteur de modernisation a accompagné la création de Shenzhen et plus largement l’urbanisation chinoise de l’ère des réformes. Les anciens villages ruraux sont considérés comme non civilisés, désordonnés et arriérés. Ils doivent être « effacés » et sont à ce titre, une fois administrativement urbanisés, la cible de projets de rénovation urbaine. Cependant, le cas de l’ancien village de Fort-les-Pins montre que la dichotomie idéologique qui oppose l’urbain au rural est, dans la pratique, plus complexe et paradoxale qu’il n’y paraît. Elle évolue également au gré de la conjoncture politique et des rapports entre les villageois d’origine et l’État. Je décrirai d’abord comment Shenzhen s’est construite en s’appuyant sur les villages qui étaient contenus dans son périmètre et dont les autorités ont ensuite cherché à supprimer les vestiges. Je montrerai ensuite comment, malgré son urbanisation, le village de Fort-les-Pins a subsisté sous plusieurs aspects, notamment grâce à des tactiques de patrimonialisation. La rénovation urbaine du village qui est en cours implique, paradoxalement, une revalorisation patrimoniale, non seulement de certains vestiges villageois, mais aussi des valeurs morales associées au passé rural. Il se pourrait dès lors que les villages soient plus résilients qu’il n’y paraît.

Fort-les-Pins, anciennes et nouvelles maisons, (A-C Trémon)

Présentation de Anne-Christine Trémon

Anne-Christine Trémon est maîtresse d’enseignement et de recherche (MER) à l’Université de Lausanne, directrice du Laboratoire d’anthropologie sociale et culturelle (LACS). Docteure en anthropologie sociale de l’EHESS (2005), elle a soutenu une Habilitation à diriger les recherches à l’université Paris Nanterre (2018). Ses enquêtes successives composent une ethnographie multisituée de la diaspora chinoise, auxquelles elle a consacré deux monographies, Chinois en Polynésie française. Migration, métissage, diaspora (2010) et Pour la cause de l’ancêtre. Relation diasporique et transformations d’un village globalisé, Shenzhen, Chine (2019), parues aux éditions de la Société d’ethnologie, ainsi qu’un ouvrage collectif, Mobilités et mobilisations chinoises en France (Terra HN, 2020). Elle a également co-dirigé un dossier de la revue Gradhiva (2012) sur le patrimoine et les musées en Chine, et un ouvrage sur les slogans néolibéraux et leur subversion (Routledge, 2018). Ses recherches actuelles portent sur les processus d’urbanisation en Chine sous l’angle des biens communs/publics et des circuits de la valeur. Elle a publié des articles à propos du village dont il est question dans sa communication dans les revues Civilisations, Quaderni Storici, Focaal, Journal of Global and Historical Anthropology. Pour une présentation plus détaillée de ses axes de recherche, voir la page unisciences de l’université de Lausanne. Ses publications sont également accessibles depuis sa page academia.

Participation au salon-forum

Le séminaire conserve la forme habituelle prise depuis un an : Les inscrits recevront l’accès au podcast le vendredi 7 mai 2021. Ils l’écoutent au moment qui leur convient le mieux, et se connectent quand ils veulent sur le forum de discussion framapad (par écrit donc, une plateforme qui ne nécessite ni inscription, ni logiciel d’installation et qui respecte nos données privées) afin de proposer leurs questions, remarques et reflexions stimulées par le podcast. Le forum sera disponible dès le vendredi et ce pour plusieurs mois.

Celles et ceux disponibles le mercredi 12 mai de 10h-12h pourront venir assister et/ou participer à la discussion interactive en direct sur le forum de discussion, en compagnie de Anne-Christine Trémon et des discutants invités.

Pour s’inscrire : écrivez à katianalementec[at]protonmail.com en vous présentant!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search