Tom Wen à TerA : En cultivant la bonne eau

Pour le nouveau salon-forum du séminaire “Territoires affectés  : explorations ethnographiques et anthropologiques” nous replongerons dans le thème 5 pour prolonger nos reflexions sur les déplacements de population en contexte d’espaces affectés. Tandis que les séances précédentes s’étaient centrées sur les déplacements en contexte catastrophiques, notamment des éruptions volcaniques en Indonésie (Adeline Martinez) et au Vanuatu (Maëlle Calandra), la semaine prochaine nous voyagerons jusqu’aux Ameriques, au Brésil, pour examiner le cas d’un déplacement forcé induit par la construction d’un barrage.

Tom Wen (M2 anthropo, Lyon Lumière) présentera une partie de son enquête de Master réalisée auprès d’une population déplacée autoritairement dans les années 1980 pour faire place au barrage d’Itaipu et bénéficiant aujourd’hui d’un programme socio-environnemental participatif.
Nous échangerons en présence d’une équipe paritaire de discutants :
Deux anthropologues du Brésil ayant enquêté sur des situations de construction de barrages :
Aline Hémond (Professeure en anthropologie, Université de Picardie Jules Verne, EA Habiter le monde)
Márcia Grisotti (associate professor, Departement de sociologie et de sciences politiques, Federal University of Santa Catarina, Florianopolis, Brésil)
Ainsi que Joël Cabalion, indianiste et socio-anthropologue à l’université François Rabelais, Tours, spécaliste des déplacements de population liés à des barrages en contexte indien.
et Mathieu Berger, professeur de sciences politiques et sociales à l’université catholique de Louvain explorant notamment les questions de démocratie participative.

En cultivant la bonne eau : étude du déplacement forcé des communautés indigènes à la suite de l’édification du barrage d’Itaipu dans la région hydrographique du Parana

La construction du barrage d’Itaipu par l’entreprise Itaipu Binacional (IB) au milieu des années 1970 sous la dictature militaire a entraîné de graves conséquences écologiques, sociales, et politiques dans la région hydrographique du Paraná, dans le sud-ouest du Brésil. En 1982, la formation du lac artificiel permettant l’alimentation des turbines hydrauliques a poussé plus de 40 0000 habitants à abandonner leur ville ou village, dont les communautés autochtones d’áva et mbyá, contraintes de renoncer à leur terre sans compensation.
Cependant, la finalisation de l’édifice s’est accompagnée d’importants changements sociaux et environnementaux apportés par le programme Cultivando Água Boa (CAB), initié en 2003 par IB. Ce programme socio-environnemental se caractérise par sa méthode participative et l’instauration d’une nouvelle configuration territoriale. En effet, des unités géographiques ont été pensées et planifiées par les agents développement et techniciens d’IB selon la logique naturelle de la division des cours d’eaux. Les actions de ce projet de développement s’exercent au sein de ces espaces nouvellement définis. Plusieurs communautés déplacées coexistent dans ces territoires et le programme CAB est animé par une volonté d’inclure ces populations dans ses activités à travers une méthode de gestion qui se veut participative. Pourtant, de nombreux conflits et incompréhensions existent au sein des comités de gestion, rendant les échanges entre les participants et l’aboutissement de certains projets difficile.
J’aimerais profiter de ce séminaire pour présenter les spécificités organisationnelles du programme CAB. Dans un second temps, j’aborderai le déplacement ainsi que la division des communautés indigènes suite à l’édification du barrage d’Itaipu. Enfin, dans une dernière partie, j’exposerai plusieurs cas ethnographiques révélateurs des rapports entres les « développeurs » et les « développés ».

Barrage d’Itaipu (Tom Wen, 2016)

Présentation de Tom Wen

Tom Wen est étudiant en master 2 d’anthropologie à l’université Lyon 2 Lumière. Après avoir passé une année à l’Universidade Federal Fluminese (UFF) à Niterói, il se découvre un intérêt particulier pour les populations indigènes du Brésil. Son travail porte sur les impacts des déplacements forcés sur les communautés áva-guaraní de la zone hydrographique du Paraná 3 et s’inscrit dans le champ de l’anthropologie politique et du développement. Ses recherches sont dirigées par Jorge P. Santiago, professeur en anthropologie à l’Université Lyon 2 Lumière (UMR 5600 – EVS) et co-dirigées par Tiphaine Duriez, maîtresse de conférence en anthropologie à l’Université Lyon 2 Lumière (LADEC). Depuis peu, il est engagé en qualité de stagiaire encadré par Année-Laure Collard (INRAE) et Verocina Mitroi (Cirad), au sein d’une équipe interdisciplinaire de l’UMR G-EAU (Montpellier), qui se consacre à l’étude de la gestion de l’eau durant les épisodes de sécheresse dans le nord-ouest brésilien.

Participation au salon-forum

Le séminaire conserve la forme habituelle prise depuis un an : Les inscrits recevront l’accès au podcast le lundi 12 avril 2021. Ils l’écoutent au moment qui leur convient le mieux, et se connectent quand ils veulent sur le forum de discussion framapad (par écrit donc, une plateforme qui ne nécessite ni inscription ni logiciel d’installation et qui respecte la vie privée) afin de proposer leurs questions, conseils, remarques et reflexions stimulés par le podcast. Le forum sera disponible dès le lundi et ce pour plusieurs mois.

Celles et ceux disponibles le jeudi 15 avril de 14h à 16h (exceptionnellement la discussion aura lieu l’après-midi car nous serons en direct avec Brésil) pourront venir assister et/ou participer à une discussion interactive en direct sur le forum de discussion, en compagnie de Tom Wen et de nos discutants invités pour ce salon-forum : Aline Hémond, Márcia Grisotti, Joël Cabalion et Mathieu Berger.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search