{TerA} Une pandémie de rêves : Anthropologie des territoires oniriques

Le moins que l’on puisse dire est que les rêves ne constituent pas un objet de recherche dans les situations de catastrophes, de bouleversements territoriaux et d’espaces affectés. Pourtant, les données ethnographiques en révèlent le potentiel heuristique.

A titre d’exemple : Un jour d’octobre 2015, je rencontrais dans la nouvelle ville de Beichuan (Chine) un jeune homme, Deng, qui me rapporta comment ses deux parents avait été ensevelis lors du tremblement de terre de Wenchuan en 2008 qui dévasta la ville de Beichuan (la moitié de la population périt). Deng était alors étudiant en premier année à Chengdu et n’avait pas vécu l’événement sur place. Il ne retourna plus jamais dans la vieille ville détruite, aujourd’hui patrimonialisée et figée en état de destruction pour les touristes. Il se refuse à y retourner un jour, c’est très important pour lui. Deng ne veut pas voir le paysage de ruine de son ancien lieu de vie. Il n’est pas question pour lui de nourrir mentalement la défiguration de sa ville, tant chérie, celle qu’il désigne encore comme son “port naturel” (港湾, gangwan). Son souhait est de cultiver la memoire du paysage urbain de son enfance, un temps béni où ses amis et ses parents étaient en vie. Deng m’expliqua que sa mémoire de l’ancienne ville de Beichuan, dans son état précédant le séisme, est entretenue et conservée vivante grâce aux rêves qu’il a encore régulièrement.

Les rêves, au même titre que les récits, les photographes et les vidéo, peuvent constituer pour certaines personnes des plateformes pour – entre autre – se reconnecter et poursuivre leur relation avec des espaces disparus ou transformés à jamais. En contexte d’espaces affectés les rêves (et les cauchemars!) constituent un objet d’étude riche et encore largement inexploré. Le prochain salon-forum du séminaire Territoires affectés  : explorations ethnographiques et anthropologiques initiera la reflexion sur le sujet à partir d’une situation que vous vivons toutes et tous depuis un an. Depuis l’arrivé du coronavirus provoquant une épidémie mondialisée, les rapports que nous entretenons avec nos espaces sont affectés par les restrictions d’accès mais aussi la limitation de nos mobilités. Plusieurs salons-forum du thème 3 “Quand la contamination affecte nos rapports à l’espace” du séminaire ont exploré ce sujet. La semaine prochaine nous poursuivons notre réflexion sur ce questionnement avec Sophie Gleizes (masterante en anthropologie à l’EHESS) et Amélie Barbier (doctorante en anthropologie à l’EPHE) qui ont enquêté sur l’activité onirique des français pendant les deux premiers confinements. Il s’agit d’un projet de recherche dirigé par Charles Stépanoff (EPHE) au Laboratoire d’anthropologie sociale.

Une pandémie de rêves : Anthropologie des territoires oniriques en période de confinements

Depuis le mois de mars 2020, la situation sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 a entraîné une crise économique et sociale à l’échelle mondiale. Au cours du premier confinement en France, nous avons observé un intérêt collectif inhabituel pour les rêves, dans les conversations informelles, sur les réseaux sociaux et dans les médias. L’arrêt des activités professionnelles et l’immobilisation à domicile semblent avoir aménagé un espace de réflexion et de partage autour de l’activité onirique ; de plus, de nouveaux acteurs, objets et thèmes du quotidien (masques, virus, contamination, …) ont fait leur apparition dans les récits de rêves. Pour beaucoup de personnes, le rêve a été pendant les confinements et le couvre-feu le seul moment d’évasion hors d’un univers cantonné à l’espace domestique ; il a pu constituer un moyen de renouer des liens coupés par la distanciation sociale obligée, ou de reparcourir des lieux et des espaces interdits. Comment les contraintes spatiales et sociales affectent-elles nos territoires oniriques ? Au-delà des espaces diurnes, les mesures sanitaires transforment-elles nos espaces mentaux nocturnes ? Notre enquête explore les lieux rêvés de différents informateurs afin d’esquisser un portrait onirique collectif de la société française, reflet des préoccupations contemporaines d’une population bouleversée dans son rapport aux mondes visibles et invisibles.

Sophie Gleizes et Amélie Barbier

Sophie a travaillé avec du matériel onirique dans le cadre du Lighthouse project, mené par l’écrivain Lancelot Hamelin et le metteur en scène Duncan Evennou, entre la Villa Médicis et le théâtre des Amandiers à Nanterre en 2016-2017. Il s’agissait de recueillir tous les mois pendant la campagne d’élection présidentielle des récits de rêves dans les rues de Nanterre, afin de constituer des archives oniriques, à partir desquelles des performances théâtrales et des installations ont été créées. Sa recherche de master en anthropologie porte sur les perceptions et les réponses locales à des bouleversements environnementaux dans la toundra boisée de Yamal-Nenets en Russie. Si ce travail ne se concentre pas spécifiquement sur les rêves, la question de l’imagination et de la mémoire est un fil rouge dans les projets qu’elle a menés jusqu’à présent.

Amélie a réalisé un court-métrage sur les rêves d’un homme aveugle réfugié à Paris, Dreams of a blind man. Ce film retrace son long voyage à pied depuis l’Iran à travers ses images mentales, rêves et souvenirs. Il a été réalisé en 2017 à partir d’une enquête dans l’Association Valentin Haüy à Paris. Actuellement Amélie commence une thèse d’anthropologie à l’EPHE, qui porte sur les rêves et les perceptions de l’environnement dans un village du District Koriak en Extrême-Orient russe. Ce projet de thèse est aussi un projet de film collaboratif. Elle cherche à privilégier une approche écologique des rêves, pour comprendre les théories oniriques locales et saisir l’influence des songes sur les relations sociales avec le visible et l’invisible, ainsi que sur les perceptions d’un territoire en plein bouleversement climatique et politique.

Participation au salon-forum

Le séminaire conserve la forme habituelle prise depuis un an : Les inscrits recevront l’accès au podcast le lundi 29 mars 2021. Ils l’écoutent au moment qui leur convient, et se connectent quand ils veulent sur le forum de discussion framapad (par écrit donc, une plateforme qui ne nécessite ni inscription ni logiciel d’installation et qui respecte la vie privée) afin de proposer leurs questions, conseils, remarques et reflexions stimulés par le podcast. Le forum sera disponible dès le lundi et ce pour plusieurs mois.

Celles et ceux disponibles le vendredi 2 avril de 10h à 12h pourront venir assister et/ou participer à une discussion interactive en direct sur le forum de discussion, en compagnie de nos discutants invités pour ce salon-forum :

Cédric Audoan, doctorant en anthropologie au Laboratoire d’Anthropologie Sociale et Culturelle (LASC) / Faculté des Sciences Sociales (FaSS), à l’Université de Liège. Sa thèse pour sur la place du rêve dans les transformations sociales, géographiques et cosmologiques de la forêt pour les Kasua (Papouasie Nouvelle-Guinée)

Arianna Cecconi, docteure en anthropologie, MdC associée à mi temps à l’Ensam (Marseille) et chercheuse dans le cadre du projet « Recherche-Action Interdisciplinaire sur la transmission du Sommeil de la mère à son enfant »

Pour vous inscrire, contactez l’organisatrice du séminaire en vous présentant :
Katiana Le Mentec : katianalementec[at]protonmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search