Chine France – Europe Asie, itinéraires de concepts | 中法 – 欧亚, 概念的路线

À l’occasion du nouvel an chinois, les éditions Rue d’Ulm donnent un accès libre à un des ouvrages importants issus des échanges scientifiques entre l’École Normale Supérieure et l’Université Fudan de Shanghai : Chine France – Europe Asie. Itinéraires de concepts. Dirigé par Michel Espagne et Li Hongtu, l’ouvrage est paru en 2018.

Les liens de téléchargement suivant sont valables jusqu’au 4 mars 2021 :

Contributions de deux membres associés du CECMC :

  • Wu Huiyi, « La trajectoire paradoxale des traductions jésuites sur la philosophie naturelle néoconfucéenne (XVIIe-XVIIIe siècles) »
  • Yang Zhen, « Relations entre intellectuels et pouvoir politique à travers le Bulletin de l’université l’Aurore (1916-1929). À partir d’une image de François Villon construite par la revue »

Présentation

L’histoire des concepts, bien ancrée dans le paysage récent des sciences humaines, est aussi un outil précieux pour l’étude des imbrications transnationales, notamment celle des liens entre l’Europe et l’Asie. Loin de considérer que la traduction aboutit à une déperdition du sens des textes ou des concepts qui structurent la réflexion historique dans les sciences humaines, on s’accorde plutôt à penser en effet que leur circulation d’une langue et surtout d’un contexte culturel à l’autre peut aboutir à un enrichissement de leur sens, à un déplacement créateur de nouveaux contenus sémantiques. 

Les réappropriations chinoises de textes littéraires ou philosophiques européens comme les réappropriations européennes d’œuvres chinoises promettent de livrer de nouvelles interprétations. Bien des notions sont passées d’Allemagne en France puis de France au Japon avant d’être adoptées en Chine d’une manière très transformée. L’histoire intellectuelle chinoise est de façon générale jalonnée de grandes entreprises traductrices. Ces reformulations se situent pleinement dans la continuité de reformulations non moins créatrices de sens nouveau dans le contexte européen. Elles trouvent un évident parallèle dans la circulation d’objets porteurs de sens, notamment des objets d’art.  

Étudier les formes de réappropriations qui s’opèrent entre l’Europe et l’Asie, entre la France et la Chine, c’est poser les jalons d’une philologie et d’une histoire intellectuelle de l’avenir, établir un cadre de débat entre les sciences humaines européennes et asiatiques autour des notions centrales essentielles à la compréhension de tout passage.
Avec la collaboration de Julie Gary et Romain Lefebvre. 

Sommaire

Histoire et déplacements sémantiques 

  • Li Hongtu, Lectures erronées du traducteur et production de textes. A propos de la traduction en chinois de l’essai On Liberty de J.S. Mill par Ma Junwu (1903) 
  • Michel Espagne, Histoire des concepts et transferts culturels 
  • Georges Depeyrot, Julien Cavero et Agnès Tricoche, Shanghai, la Chine et le reste du monde. Rôle des contacts maritimes (dun XIXe – début XXe siècle) 
  • Ji Zhe, Interprétations de la laïcité française en Chine au début du XXe siècle 
  • Sun Peidong, Le soleil se lève aussi. Stratification des lectures personnelles des jeunes instruits pendant la révolution culturelle 
  • Chu Xiaoquan, De quoi la « révolution culturelle » est-elle le nom ? 

Se représenter l’espace 

  • Anca Dan et Lai Rui, Qui a inventé la carte ? Quelques remarques sur les plus anciennes représentations des espaces d’Occident et d’Orient 
  • Pascale Rabault-Feuerhahn, La langue comme objet de transfert culturel. Ou comment les études orientales affectent les langues qu’elles étudient, et réciproquement 
  • Béatrice Joyeux-Prunel, La fabrication du canon moderniste. Un phénomène circulatoire d’accumulation symbolique (1850-1960) 
  • Léa Saint-Raymond, La création sémantique de la valeur. Les ventes aux enchères d’objets chinois à Paris (1858-1939) 

Classiques, missions et traductions 

  • Li Tiangang, Origine, éditions et influence du Traité sur quelques points de la religion des Chinois  
  • Benoît Vermander, Rhétorique biblique, rhétorique chinoise. La possibilité d’une « rhétorique comparée » 
  • Zhang Ke, La formation du concept d’« humanisme confucéen » 
  • Wu Huiyi, La trajectoire paradoxale des traductions jésuites sur la philosophie naturelle néoconfucéenne (XVIIe-XVIIIe siècles) 
  • Wang Xinsheng, Dialogue entre le Jésus du Coran et celui de la Bible 

Translations philosophiques et anthropologiques 

  • Claude Imbert, La philosophie à l’épreuve de la traduction 
  • Xie Jing, De Mauss à Lévi-Strauss. La traduction et la philosophie sociale 
  • Xu Yingjin, Contribution à l’esthétique de Kuki Shuzo selon une perspective wittgensteinienne. Utilisation de la théorie de l’iki comme point focal 
  • Jean-Claude Monod, Impulsions allemandes, effets en retour et difficultés de la traduction. Quelques aperçus sur l’histoire de la réception française de la phénoménologie 
  • Mathias Girel, William James et Charles Renouvier. Liberté, phénoménisme et « vampirisme philosophique » 
  • Yu Zhejun,  Vers une rationalité de la coexistence 
  • Servanne Jollivet, L’Orient philosophique. Réflexions sur un concept clé de l’imaginaire européen 
  • Wang Jing, Les réinventions d’une tradition festive. Le Nouvel An « chinois » à l’heure du village global 

Transferts esthétiques 

  • Yang Zhen, Relations entre intellectuels et pouvoir politique à travers le Bulletin de l’université l’Aurore (1916-1929). A partir d’une image de François Villon construite par la revue 
  • Xiao Yingying, Du courant de conscience au courant de langage. Comment la subjectivité fluide émerge dans le langage 
  • Mandana Covindassamy, Circulation du concet de mimesis  
  • Julie Gary, « La musique est sans joie ni tristesse ». L’esthétique apathique de Ji Kang : significations et implications 
  • Laetitia Zecchini, Penser le modernisme à partir de l’Inde. Traduction et braconnage, recyclage et renouvellement 
  • Chen Jie, Évolution des rapports entre Richelieu et le monde des lettres 
  • Sophie Basch, Simon Leys face à Pierre Loti : théâtre d’un malentendu 
  • Marie Dollé, La référence à la Chine dans Stèles de Victor Segalen 
  • Huang Bei, Des idéogrammes chinois aux « idéogrammes occidentaux ». Création poétique du signe chez Paul Claudel 
  • Zhang Nan, La littérature mondiale et les mondes littéraires. Une perspective moderniste sur le cosmopolitisme esthétique

 

Par ailleurs, dans le cadre du partenariat ENS-Fudan est prévue une nouvelle série de conférences données par des professeurs de l’Université Fudan :

  • le 16 mars, Chen Jie interviendra sur le thème « Le premier tiers du xviie siècle : vers une nouvelle ère du théâtre français »
  • le 25 mai, Wang Chunming analysera « Le paradoxe du don. Sartre et Bataille lecteurs de Mauss ».
  • le 8 juin, Yang Zhen (associé CECMC) donnera une conférence sur « Souffler une vitalité chez le poète décadent : la traduction par Lu Xun des Fenêtres et sa place dans la lecture chinoise de Baudelaire au XXe siècle » .

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search