Elise Boutié à TerA : quand la ville brûle, l’église évangéliste devient force politique

La semaine du 8 février le seminaire “Territoires affectés  : explorations ethnographiques et anthropologiques” accueillera Elise Boutié, doctorante en anthropologie à l’EHESS.

Avec ce nouveau salon-forum nous reviendrons explorer le thème 4 du séminaire, portant sur les « Destructions, Table rases, Reconstructions ». Elise Boutié présentera son travail doctoral réalisé dans une petite ville californienne affectée par les feux de forêt en 2018.

Trois discutants nous rejoindrons:
Lisa Schipper (Environmental Social Science Research Fellow, Oxford University Centre for the Environment)
Claudia Merli (Anthropologue, Associate Professor at the Department of Cultural Anthropology and Ethnology, Uppsala University – Suede).
Yannick Fer (Sociologue au Centre Maurice Halbwachs)

Exceptionnellement le podcast sera diffusé en deux langues : français et anglais

 « Dieu n’était pas endormi à la barre » : Croyance(s) et catastrophe, quand la ville brûle, l’église évangéliste devient force politique

Le 8 novembre 2018 la ville de Paradise (27000 habitant.es) construite dans la dense forêt de conifères de Californie du Nord, disparaît dans l’incendie le plus meurtrier de l’histoire des États-Unis. Près d’un million d’arbres sont considérés morts, plus de 19000 structures humaines sont détruites et 85 vies humaines emportées. J’arrive à Paradise en juin 2019 pour commencer ce qui sera mon terrain de thèse. Je trouve un paysage calciné et des humains en état de choc. Mais tandis que les conseils municipaux sont désertés, que les conseiller.ère.s municipaux semblent dépassé.e.s face à l’ampleur de la tâche devant laquelle iels se trouvent, la plus grande église évangéliste de la ville, elle, gagne des fidèles et s’impose comme un acteur social et politique incontournable.

Elise Boutié et ses sujets de recherche

Issue du cinéma documentaire, Elise Boutié est aujourd’hui doctorante en anthropologie sociale à l’EHESS, sous la direction de Birgit Müller. Ses recherches, menées essentiellement en Californie, portent sur la façon dont les transformations de l’environnement forcent les collectifs humains à se réadapter à un paysage qu’ils croyaient contrôler. Son travail de master était consacré à l’étude des effets de la privatisation de l’eau dans un désert californien où l’usage et la rareté de cette ressource posent aujourd’hui la question de sa gestion sous l’angle du bien commun. Sa thèse s’intéresse désormais aux feux de forêt et à la catastrophe qu’ils peuvent engendrer. En partant d’une enquête de terrain menée en Californie du nord, dans la ville de Paradise, il s’agit pour elle de s’intéresser à la façon dont les habitants de cette ville de 30 000 âmes située dans une forêt de conifère et détruite par un méga-feu le 8 novembre 2018, sont affectés et réagissent à la perte de leur habitat familier. Des collectifs écologistes aux membres de l’église évangéliste, en passant par les populations les plus vulnérables son travail pose la question de la justice environnementale dans le contexte néo-libéral états-unien et emprunte autant à l’anthropologie politique de l’environnement qu’à l’anthropologie de la catastrophe.

Quelques publications récentes:
2021 (à paraître)  « Paradis perdu et peur des flammes », Jef Klak « Terre de feu ».
2020    « Un monde pollué en partage » dans «Un monde toxique ? » sous la direction de Birgit   Müller et Michel Naepels, Paris, Presses universitaires de France (« Monde Commun », 5).

Dernière communication :
Juin 2020        « Quand le désastre refuse d’être rattaché au catastrophisme », Colloque « Catastrophismes ! Peurs collectives et idéologies au XXI ème siècle », Université de Nîmes.

Participation au salon-forum

Le séminaire conserve la forme habituelle prise depuis le mois de mai 2020.
Les inscrits reçoivent l’accès au podcast le lundi. Ils l’écoutent dans leur salon au calme, au moment qui leur convient et se connectent quand ils veulent sur le forum de discussion (disponible dès le lundi et ce pour plusieurs mois) afin de proposer leurs conseils, remarques et reflexions stimulés par le podcast.
Celles et ceux disponibles le jeudi 11 février 2020 de 10h à 12h pourront venir assister et participer (anonymement ou non) à une discussion interactive en direct avec Elise et les discutants, sur framapad (par écrit donc, une plateforme qui ne nécessite ni inscription ni logiciel s’installation)

Pour vous inscrire, contactez l’organisatrice du séminaire en vous présentant : Katiana Le Mentec : katianalementec[at]protonmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search