Autour de la traduction du livre de Cao Naiqian intitulé «La nuit quand tu me manques, j’peux rien faire»

Rencontre organisée par la Librairie Le Phénix, le lundi 26 mars à partir de 18 h, autour de l’ouvrage Cao Naoqian, La nuit quand tu me manques, j’peux rien faire  : Panorama du village des Wen, trad. du chinois par Françoise Bottero et Fu Jie. Annotations des traducteurs, Paris, Gallimard, 2011, 336 p. (Collection Bleu de Chine)

Aux  lectures d’extraits de l’œuvre de Cao Naiqian 曹乃谦 par les traductrices Fu Jie et Françoise Bottero   (en français et en chinois) succédera une réflexion ainsi qu’un échange autour du thème «l’altération d’une langue verte et poétique et la traduction» avec Annie Bergeret Curien.

Cet ouvrage est traduit pour la première fois en français et édité par la collection « Bleu de Chine » (Gallimard). Animée par sa fondatrice, Geneviève Imbot-Bichet, cette collection a pour objectif de faire découvrir les nouveaux talents littéraires de la Chine contemporaine, par le biais de ses intellectuels et artistes les plus audacieux.  Elle a publié récemment des traductions d’auteurs chinois renommés comme  La Berge de Su Tong (traduit par François Sastourmé), La Philosophie du porc de Liu Xiaobo (Prix Nobel de la paix 2010), le Goût de la pluie de Shi Zhecun ou La Nuit quand tu me manques, j’peux rien faire de Cao Naiqian.

Le traducteur suédois Malmqvist a qualifié avec humour le romancier Cao Naiqian de véritable cul terreux  (xiang ba lao 乡巴佬 ). Né en 1949  dans le village de  Xiamayu 下马峪 au Shanxi 山西.  Il a été enlevé peu après  sa naissance, a grandi dans la ville de Datong,  mais il a passé toutes ses vacances à la campagne chez ses grands parents adoptifs. Pendant la révolution culturelle, ses études ont été interrompues. Il a travaillé dans les mines de sa province.  En raison de ses talents musicaux, il est devenu musicien dans « l’équipe d’artistes pour la propagande » (文艺宣传队). Et en 1972, il a quitté la mine pour le métier de policier, profession qu’il exerce encore  aujourd’hui.
Sa vocation littéraire a commencé tardivement et un peu par hasard,  sur un pari avec des amis dont les gages donnés étaient une invitation au restaurant contre la publication d’une nouvelle qu’il écrirait.   C’est ainsi que «La nuit quand tu me manques…» a été conçu.
Or cet ouvrage dévoile le talent exceptionnel de l’écrivain. Il est composé d’une série de nouvelles dans lesquelles le destin et les intrigues des personnages se croisent. Dans ce panorama du village des Wen, Cao Naiqian affirme sa volonté de dépeindre les deux besoins essentiels de l’être humain : nourriture et sexualité.  Comme le dit très bien David Fontaine   «Quand l’homme n’a presque rien, il lui reste sa faim et son désir»
1.
Dans une langue particulièrement laconique, Cao Naiqian manie avec audace dialogues théâtraux et termes dialectaux. Il peint les paysans chinois du Nord  de la Chine dans les années 70 qui vivent dans une commune populaire, où le régime communiste et les mœurs traditionnelles ont engendré une pauvreté et des rapports sociaux d’une extrême rudesse. Mais son humour et sa tendresse pour les paysans, nous font passer du rire aux larmes.

Présentation de Fu Jie 2

  1. Critique de l’ouvrage par D. Fontaine, parue dans Le Canard enchainé, et reproduit sur Chin’Electrodoc http://chinelectrodoc.hypotheses.org/3100 []
  2. Fu Jie remercie   le responsable  du blog Routouadong  pour la photo de la campagne du Hebei http://blog.sina.com.cn/routouadong []

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.