Maëlle Calandra à TerA : Les déplacés du volcan d’Ambae

La semaine du 25 janvier le seminaire “Territoires affectés  : explorations ethnographiques et anthropologiques” accueillera Maëlle Calandra, docteure en anthropologie, actuellement postdoctorante au LAPSCO.

Pour ce seconde salon-forum du séminaire TerA Podcasté du thème 5 nous poursuivrons notre réflexion sur les déplacements forcés en contexte de catastrophe. Maëlle Calandra présentera un nouveau terrain d’enquête mené sur l’île d’Ambae au Vanuatu, région qu’elle étudie depuis une dizaine d’année sous l’angle de l’anthropologie des catastrophes.

Florence Padovani (sociologue & géographe CFC, Beijing) et Alice Corbet (Anthropologue, LAM) seront discutantes.

Les déplacés du volcan d’Ambae (Vanuatu): étude et enjeux d’une réinstallation après un déplacement forcé 

En septembre 2017, le volcan de l’île d’Ambae (Vanuatu) est entré en éruption après un siècle de dormance. Ce volcan est considéré comme le plus dangereux de la région, en raison des 60 million de m³ d’eau qui sont retenus dans sa caldera et de la densité de la population qui se trouve à proximité de son cratère. La crise volcanique qui s’est amplifiée durant plusieurs mois, a atteint son paroxysme en juillet 2018. L’île a alors été entièrement recouverte d’un manteau de cendres asphyxiant la végétation, effondrant les toitures et polluant les cours d’eau. Les villages côtiers ont été plongés dans l’obscurité et des coulées de boue ont anéanti un village. À cette période, le volcan a dégagé 400 000 tonnes de SO2 dans la troposphère et la stratosphère – faisant de cette éruption, la plus importante de l’année 2018. En réponse à cette crise, le gouvernement vanuatais a déclaré l’Etat d’urgence absolu sur Ambae et a déplacé, en l’espace de 15 jours, l’ensemble de la population vers des camps d’évacuation temporaires érigés sur des îles voisines. Depuis, avec le soutien logistique et financier de l’aide internationale, le gouvernement développe un programme de réinstallation définitif sur l’île de Maewo, lequel est vivement contesté par les Ambaéens.
La crise sanitaire actuelle ayant limité le travail ethnographique, je profiterai de l’espace offert par ce séminaire pour présenter les enjeux ethnographiques soulevés par cette enquête multiscalaire. Je détaillerai également les objectifs de ce travail pluridisciplinaire et soumettrai les questions qu’il me semble important d’aborder : dans un premier temps le déracinement et le réenracinement des personnes déplacées – i.e les pratiques, techniques et représentations développées par les familles déplacées pour s’installer durablement en terre « étrangère », ainsi que les relations qui se nouent entre elles dans la zone de relogement à Maewo, mais aussi avec la population hôte, avec les personnes éventuellement restées sur Ambae et enfin, avec les acteurs de l’aide humanitaire. Dans un second temps il s’agira d’explorer les capacités d’agir des déplacés et leurs marges de manœuvre dans cette situation de contrainte, la peur de la perte d’identité, ainsi que les questions de souveraineté.

Paul Jones (2018)

Présentation de Maëlle Calandra

Maëlle Calandra est postdoctorante en anthropologie à l’Université de Clermont-Ferrand, sous contrat I-Site CAP 20-25 Challenge 4, Laboratoire de Psychologie Sociale et Cognitive (LAPSCO – CNRS UMR 6024 – UCA). Elle est également membre associée du Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie (CREDO – CNRS UMR 7308 – AMU – EHESS). Depuis 2017, elle est titulaire d’un doctorat en anthropologie sociale (EHESS) co-dirigé par Philippe Descola et Pierre Lemonnier. Ses recherches portent sur les régions insulaires, notamment en Océanie et s’inscrivent dans le champ des catastrophes et de la gouvernance humanitaire.  Récemment, elle a engagé un travail interdisciplinaire avec la volcanologie et la géographie sur les dispositifs de prise en charge des déplacés de l’île d’Ambae, au Vanuatu, à la suite de l’éruption majeure du Manaro Voui ayant entraîné le déplacement massif et définitif de la population, vers d’autres îles de l’archipel.

Participation au salon-forum

Compte tenu du contexte sanitaire, le séminaire conserve la forme habituelle prise depuis le mois de mai. Les podcasts sont rendus accessibles aux inscrits qui peuvent ensuite interagir (par écrit) dans le forum privé de discussion en ligne ouvert pour l’occasion.

Le podcast et le lien vers le salon-forum de discussion sera diffusé aux inscrits le lundi 25 janvier 2021 et une discussion interactive en direct sera prévue le samedi 30 janvier de 10h-12h.

Le forum de discussion restera accessible pendant plusieurs semaines pour celles et ceux qui souhaiteraient poursuivre la discussion.

Pour vous inscrire, contactez l’organisatrice du séminaire, Katiana Le Mentec : katianalementec[at]protonmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search