Le jésuite et le polygraphe de Yangzhou à la recherche de la longue vie

L’un des ouvrages qui contribuèrent le plus, dans l’Europe des Lumières, à la diffusion d’un certain savoir sur la Chine fut, sans nul doute, la Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’empire de la Chine et de la Tartarie chinoise, compilée par le P. Du Halde. Parue en 1735, la Description comportait quatre tomes très richement présentés ; une édition pirate fut disponible à La Haye dès 1736[1]. Le père jésuite Jean-Baptiste Du Halde, qui n’était pas sinisant, effectua le travail éditorial à partir de textes de vingt-sept contributeurs jésuites missionnaires et proposa vingt-et-une traductions, sur des sujets très variés.

Isabelle Landry-Deron, dans son ouvrage sur la Description, donne un inventaire des traductions et identifie les sources chinoises (Landry-Deron, 2002, p. 193-247). Cependant, trois ouvrages n’avaient pu être jusqu’à présent repérés. C’est le cas du dernier texte médical traduit dans la Description sous le titre « Tchang Seng, ou l’art de se procurer une vie saine et longue ». Du Halde le présente de la façon suivante :

« Je finis cet article de la Médecine Chinoise, par l’extrait d’un ouvrage qu’a traduit le P. Dentrecolles, dont l’Auteur ne paraît pas trop favorable aux Médecins de sa Nation. Après avoir longtems étudié les meilleurs livres de Médecine, pour se procurer le soulagement qu’il cherchait, il prétend avoir trouvé le secret de se passer du secours des Médecins & de leurs remèdes.[2] »

J’ai pu établir que le texte dont des extraits sont traduits est l’œuvre d’un auteur du début des Qing, Shi Chengjin 石成金(zi Tianji 天基), une sorte de polygraphe à la production littéraire très abondante et variée. Shi Chengjin (ca 1660-1739) vécut à Yangzhou 揚州, située sur la rive occidentale du Grand Canal, l’une des villes les plus prospères pendant la dynastie des Qing en raison principalement du commerce du sel.

La vie de Shi Chengjin est assez peu documentée[3]. Il appartenait à une famille de propriétaires terriens, et s’il eut le loisir d’écrire de nombreux ouvrages, il n’occupa, semble-t-il, aucune fonction officielle, et ne fut jamais candidat à des examens. Il se considérait lui-même comme faisant partie de la gentry de relativement bas-étage. Il aborda presque tous les genres littéraires, allant d’études sur les Classiques confucéens, de commentaires sur les sutras bouddhistes jusqu’à des collections de proverbes ou des traités abordant des considérations éthiques sur des sujets de la vie quotidienne. Parmi ses ouvrages, on peut citer un recueil d’histoires drôles, Xiao de hao 笑得好 (Atteindre le bon en riant), une sorte d’encyclopédie domestique, le Chuanjia bao 傳家寳 (Trésor à transmettre de père en fils) et un ensemble de courtes histoires sur la vie à Yangzhou, Yangzhou jinshi 揚州近事 (Affaires récentes à Yangzhou). Il fut très certainement un auteur influent et connu de son temps, et il n’hésitait pas à affirmer que ses œuvres circulaient à travers tout l’Empire. Dans sa ville même, Shi Chengjin avait noué suffisamment de relations avec l’élite locale pour que l’une des préfaces (datée de 1707) à son Chuanjiabao fût signée par Zuo Bifan 左必蕃, préfet de Yangzhou de 1702 à 1707.  Il faut signaler aussi qu’il possédait une imprimerie familiale spécialisée dans la publication de ses propres écrits.

C’est ce personnage aux intérêts très divers qui fut aussi l’auteur de très nombreuses pages relatives à la médecine et à l’art de se maintenir en bonne santé, et dont l’un des ouvrages est celui qui fut traduit en partie dans la Description par le P. Dentrecolles. Le traité en question a pour titre Changsheng bijue 長生秘訣 (Méthodes secrètes pour prolonger la vie), parue en 1697 (date de la préface). Il comporte une préface, une partie sur le cœur et la pensée (xinsi bu 心思部), une sur les affaires de la chambre à coucher (fangshi bu 房事部), une sur le boire et le manger (yinshi bu 飮食部), une sur les faits et gestes de la vie quotidienne (qiju bu 起居部), une sur la longue vie et les loisirs ; viennent ensuite des préceptes sous forme de chansons, puis deux parties, enfin, sur les médicaments et sur diverses recettes diététiques. Shi Chengjin est l’auteur aussi de nombreux autres textes où il aborde des questions médicales. Six d’entre eux furent réunis en 1709 sous le titre Shi Chengjin yishu liuzhong 石成金醫書六種 (Six livres médicaux de Shi Chengjin).

Si l’on se réfère à la composition du texte original, on constate que plusieurs parties n’ont pas été traduites par Dentrecolles : la partie concernant les pratiques de la chambre à coucher, ainsi que de nombreux passages relatifs à la prise de médicaments et à des recettes pharmaceutiques.

Je reviens plus en détail sur l’ouvrage et la traduction dans un article à paraître en 2012, « L’art de se procurer une vie longue et saine. Les missionnaires jésuites traducteurs de textes médicaux chinois ».

Frédéric Obringer

CECMC, UMR 8173

Pour citer ce billet

    • Frédéric Obringer, « Le jésuite et le polygraphe de Yangzhou à la recherche de la longue vie », Carnets du Centre Chine. Mis en ligne le 2 mars 2012. URL : http://cecmc.hypotheses.org/6169`

Ce billet fait partie du programme éditorial de l’axe de recherche du CECMC « Circulation interactive des savoirs Chine-Occident et la constitution du savoir sinologique ».


[1] Sur cet ouvrage, voir Isabelle Landry-Deron, 2002, La Preuve par la Chine. La « Description » de J.-B Du Halde, jésuite, 1735, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

[2] Desc. 3, p. 507, (éd. 1735) p. 629 (éd. 1736).

[3] Altenburger, Roland, 2009, « Early Qing Yangzhou in Shi Chengjin’s Vernacular Vignettes », in Olivova, Lucie, et Børdhal, Vibeke (Ed.), 2009, Lifestyle and Entertainment in Yangzhou, Copenhague, NIAS Press, p. 149-176

 


Frédéric Obringer

CNRS. Directeur du laboratoire (UMR 8173) Chine, Corée, Japon (CNRS-EHESS)

More Posts - Website

Frédéric Obringer

CNRS. Directeur du laboratoire (UMR 8173) Chine, Corée, Japon (CNRS-EHESS)

1 réponse

  1. 21 novembre 2012

    […] Frédéric Obringer, « Le jésuite et le polygraphe de Yangzhou à la recherche de la longue vie », Carnets du Centre Chine. Mis en ligne le 2 mars 2012. http://cecmc.hypotheses.org/6169 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.