Renverser ciel et terre. La tragédie de la Révolution culturelle. Chine, 1966-1976

Bianco, Lucien. [Compte rendu de] Yang, Jisheng. Renverser ciel et terre : la tragédie de la Révolution culturelle, 1966-1976. Traduit du chinois par Louis Vincenolles. Paris : Éditions du Seuil, 2020, 912 p. (Coll. « Documents ») ISBN : 978-2-0213-3118-9.

Traduction de : 杨继绳. 天地翻覆 : 中国文化大革命史. 香港 : 天地圖書, 2016.

Compte rendu par Lucien Bianco

Sur la famine du Grand bond aucune œuvre n’est comparable à Stèles de Yang Jisheng. Sur l’autre tragédie dont l’Histoire n’exonérera pas non plus Mao, je conseillerais de recourir au même auteur, traduit en français par le même sinologue- en collaboration avec Sylvie Gentil et Chantal Chen-Andro pour Stèles. Je ne prétends pas pour autant recommander une lecture continûment agréable. Elle est parfois lassante à force de décortiquer les calculs, manœuvres et mensonges de dirigeants et hauts cadres du Parti, elle devient souvent éprouvante quand elle énumère tortures, massacres et autres horreurs dispensées sans compter d’un bout à l’autre du pays-continent. Mais c’est précisément un premier mérite de ce grand livre que de décrire la révolution culturelle telle qu’elle s’est déroulée : luttes au sommet d’une part, sans négliger des aperçus sur la psychologie de Mao, Zhou Enlai, Lin Biao ou Chen Boda, horreurs endurées par les « masses » sur le terrain. Le récit minutieux s’appuie sur une documentation inégalée, de nombreuses interviews complétant les sources récentes en règle générale moins réticentes. Il ne se contente pas de couvrir d’un bout à l’autre la décennie 1966-1976 (la calamité ne pouvait cesser tant que Mao, si impotent fût-il devenu, n’avait pas rejoint Marx), il s’interrompt à l’occasion pour consacrer des chapitres plus thématiques à l’armée, aux organisations de masse ou à la purge –un euphémisme- des intellectuels. Derrière l’historien, qui relate et décrit, percent assez souvent le témoin, voire le sujet d’un empire totalitaire qui émeut lorsqu’il laisse entrevoir ses propres expériences et émotions, et montre à quel point il a depuis des lustres rejeté tout ce qu’on lui a inculqué durant ses années de formation, marxisme et autres « vérités » globales.

Voilà qui nous fait passer de l’intérêt humain -nous n’avons pas fini de sonder cette expérience totalitaire dont nous avons eu la chance d’être exemptés- à l’analyse intellectuelle de la révolution culturelle, parsemée dans les 800 pages de récit (très abrégées : l’original chinois est beaucoup plus long) et condensée dans les 90 pages (introduction et prélude) qui ouvrent le livre. J’essaie de la résumer : si la révolution culturelle doit permettre à Mao de reconquérir la suprématie absolue que Grand Bond et famine ont plus qu’entamée, il était loin d’avoir été complètement « mis sur la touche » : « si cela avait été le cas, aurait-il pu envers et contre tous déclencher la Révolution culturelle » ?  (p.19) Autant que d’indociles lieutenants Mao redoute un risque de restauration du capitalisme qu’il espère prévenir en déclenchant une « révolution permanente sous la dictature du prolétariat » : elle demeure selon lui nécessaire « même après la prise du pouvoir par le PCC et la destruction de la propriété privée » (pp. 26-27). Les rancœurs personnelles de Mao confortent les conclusions qu’il tire de la domination de l’oligarchie bureaucratique –on est toujours tenté d’ajouter « après la sienne propre »- au cours des seize ou dix-sept premières années du régime. « Le fer de lance » de la révolution culturelle est donc « pointé sur les cadres dirigeants » (p. 27), mais Mao est bien obligé de recourir à eux (ou leurs confrères –et rivaux- bureaucrates) pour rétablir l’ordre qu’il a lui-même sapé : « le processus de la Révolution culturelle est un processus de lutte à répétition entre l’anarchie et l’autorité de l’administration, qui s’est terminé par la victoire de la seconde » (p. 36). Et donc par l’échec de la révolution culturelle, condamnée par cet inéluctable processus presque autant que par ses propres contradictions.

Cette interprétation de Yang n’est guère éloignée de celles que nous (sinologues occidentaux) avons pu être tentés d’avancer à distance. Il en va de même quand il compare dans le prélude aussi bien la campagne de rectification contre les droitiers de 1957 que le mouvement d’éducation socialiste de 1962-1965 à des « répétitions générales de la révolution culturelle » (p.50). Nous sommes de même en terrain familier lorsque Yang souligne l’importance de la Conférence des 7.000 qui dévoile en janvier 1962 de graves dissensions au sommet du Parti, ainsi que la rage malaisément contenue de Mao lors de l’audition du rapport oral de Liu Shaoqi (pp. 61-62). Mais nous entrons précisément ici dans ce qui fait l’intérêt considérable de ce livre : son étude richement documentée et finement analysée nous donne le sentiment de parvenir enfin à comprendre ou revivre maint sujet ou épisode dont nous avions découvert ou soupçonné l’existence à travers des sources brèves ou allusives. Cela vaut pour le système antérieur (les dix-sept années précédentes) décrit dans le prélude comme la racine –une des racines- de la révolution culturelle, c’est encore plus vrai pour la révolution culturelle elle-même : en ce qui me concerne, comment comparer ce que j’avais laborieusement accumulé depuis des années au sujet de la lutte entre les deux cliques au 2ème Plenum du 9ème Comité Central d’août-septembre 1970 et l’exposé détaillé et lumineux présenté ici dans le chapitre XXI (pp. 551-579) ? Sans le moindre effort tout devient clair, convaincant, éloquent. Autant pour les bagarres au sommet ; il en va de même pour les horreurs sur le terrain telles que les décrit par exemple le chapitre XVI (pp. 433-57) ou la persécution d’intellectuels non conformistes –ou simplement « victimes de l’absurdité » (pp. 476-477 et l’ensemble du chapitre XVII). Après le traitement de l’affaire Lin Biao, sa fuite et sa mort, le livre compte encore deux cents pages –durant les années 1970 j’imaginais un peu vite que la révolution culturelle n’avait duré que de 1966 à 1969 !

Précieux pour nous, ce livre risque d’effrayer certains lecteurs rebutés par une telle profusion de détails et de noms peu familiers. Mais c’est un livre qui fera date, indispensable à la compréhension de la révolution culturelle et du système qui lui a donné naissance.

Lucien Bianco (directeur d’études retraité, EHESS, membre du CECMC)

Plus d’informations sur l’ouvrage :

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search