La Chine mondialisée : diasporas et appropriations intellectuelles, culturelles et techniques

La Chine mondialisée : diasporas et appropriations intellectuelles, culturelles et techniques

Journée d’étude organisée par Catherine Jami (CNRS, CCJ-CECMC) et Xavier Paulès (EHESS, CCJ-CECMC), lundi 23 novembre 2020 à partir de 9h00.

Initialement prévue en présentiel, et compte tenu de la nouvelle période de confinement, la journée d’étude sera entièrement en visioconférence. 

Lien BigBlueButton pour accéder à la visioconférence: https://webinaire.ehess.fr/b/pau-eez-haq

La journée sera enregistrée et l’enregistrement sera disponible dès le 24 novembre en suivant le même lien.

Argumentaire

Les études sur la diaspora chinoise sont surabondantes et issues de communautés scientifiques diverses. Elles ont longtemps été et continuent d’être inspirée par un cadre national, voire nationaliste. On peut, au risque de schématiser à l’extrême, distinguer quatre directions principales et non exclusives les unes des autres. Les études menées dans les pays d’implantation des Huaqiao ont privilégié la problématique de l’intégration à la communauté nationale. L’opposition sojourner/settler a ainsi été énormément travaillée, notamment aux États-Unis. Les études menées en Chine et à Taiwan, elles, ont été marquées au contraire par le thème de la fidélité à la communauté nationale de départ (exaltation du patriotisme des Huaqiao). En lien partiel avec cet angle d’approche (problématique de la re-sinification initiée par Denys Lombard), un autre ensemble d’études ont examiné comment les communautés s’organisent et se structurent (écoles, associations, presse, cultes). Enfin, nombreuses ont été les recherches qui se sont penchées, souvent avec une tendance à l’hagiographie, sur des figures individuelles, comme des entrepreneurs ou des pédagogues, ayant connu les plus brillantes réussites.  

Dans ce paysage, force est de constater que la question des circulations entre les communautés de Chinois d’Outre-mer et les sociétés qui les accueillent, elle, a fait l’objet d’une attention bien moindre. Pourtant, ce qui est là en jeu n’est pas mince. Il s’agit de la capacité de la Chine, par l’intermédiaire de cette diaspora, d’exercer une influence à l’extérieur de ses frontières dans le domaine intellectuel, culturel, technique et matériel. C’est à cette facette trop peu travaillée du phénomène diasporique que la journée d’étude La Chine mondialisée : diasporas et appropriations intellectuelles, culturelles et techniques entend se consacrer.

Cette journée rassemblera une douzaine de chercheurs francophones dont une partie seulement sont des spécialistes des études diasporiques. Notre ambition est de faire un tour d’horizon de la façon dont cette diaspora propage ses langues, ses idées et ses modes de vie. Qu’est-ce qui circule ? Est-il légitime de dire que ces savoirs et ces pratiques ressortissent de LA culture chinoise ou bien est-il plus pertinent de les subsumer sous des cultures que l’on peut qualifier de régionales (cantonais, hakka, teochew, hokkien, etc.) ? Quels sont les acteurs et les modalités de ses différentes transmissions ? Comment, enfin, situer ces appropriations dans la longue durée, notamment dans l’histoire des phénomènes de circulation des savoirs ? Et en particulier, dans quelle mesure l’extension sans précédent de la diaspora qui se produit au cours de la seconde moitié du XIXe siècle et des premières décennies du XXe de la diaspora les modifie-t-elle qualitativement et quantitativement ? 

Programme

 Matinée

Présidente de séance : Natalia Muchnik (EHESS)

9h00: Ouverture

9h20 Wu Huiyi (Needham Research Institute, Cambridge), Observations préliminaires sur une collection de minéraux chinois au Muséum national d’histoire naturelle de Paris

10h00 Pauline d’Abrigeon (Fondation Baur, Genève), L’appropriation intellectuelle des porcelaines chinoises à travers les sciences naturelles dans les travaux d’Albert Jacquemart (1808-1875)

10h40-11h00 Pause

11h00 Claudine Salmon (CASE, CNRS), Transferts culturels chinois et politique : le cas de la médecine chinoise en Indonésie

11h40 Lucia Candelise (CCJ, EHESS), Circulation d’objets, remèdes et savoirs médicaux de la Chine en Afrique. Reconfiguration du pluralisme médical au Cameroun

12h20 Julie Pincot (EHESS), L’appropriation du kung-fu en France dans les années 1960-1980: diaspora sino-vietnamienne et pratiquants français dans la transmission et la réinvention d’une pratique chinoise

13h00-14h20 Pause déjeuner

Après-midi

Présidente de séance: Nancy Green (EHESS)

14h20 Pablo Blitstein (CRH, EHESS), Figures du despote. L’expérience mexicaine de Kang Youwei et les avatars d’une conception tutélaire de l’autorité politique (début du XXe siècle)

15h00 Eric Guerassimoff (CESMA, Université de Paris, en délég. à l’IFRAE), Dialogue franco-chinois à propos de deux projets d’immigration de coolies pour la « mise en valeur »‘ du Tonkin et du Cambodge au cours des premières années du XXe siècle : quelques éléments de réflexion à propos des échanges relatifs au choix du contrat et du régime de travail

15h40-16h00 Pause

16h00 Grégory Mikaelian (CASE, CNRS/EHESS/INaLCO), Jalons pour une histoire longue de l’usage d’un modèle chinois par les élites cambodgiennes (XIIe-XXIe siècles)

16h40 Xavier Paulès (CCJ, EHESS), Les études consacrées à l’histoire des huaqiao menées en Chine depuis 1978, un essai de synthèse

17h20-17h50 Conclusion

Résumés des communications

→ Télécharger les résumés

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search