Séminaire TerA podcasté : Du centre épidémique à la marge : le hameau taïwanais de Kim-oo en temps de pandémie

La semaine prochaine pour le séminaire Territoires affectés : explorations ethnographiques et anthropologiques, nous resterons en Asie, mais après une incursion dans le thème 4 « Destruction, table rase et reconstruction », nous retrouverons le thème 3 “Quand la contamination affecte nos rapports à l’espace”  pour le 6éme salon-forum de ce thème.

Lorsque Huang I-ling, étudiante de seconde année de Master Anthropologie à l’EHESS est retournée à Taiwan cet été pour une ultime enquête sur le terrain, elle s’était préparée à rencontrer des effets de la pandémie. Arrivant de France – pays particulièrement affecté – l’accepterait-on? Y aurait-il des modifications voir des annulations de certains rites de la fête honorant annuellement depuis plus d’un siècle les noyés en mer ? Les pratiques et représentations des différents espaces du littoral, dont Huang I-ling analyse les transformations, avaient-elles été affectées par la présence du coronavirus? Sur le point de rentrer en France, Huang I-ling nous livre un récit ethnographique “tout frais”, esquissant déjà quelques pistes d’analyses intéressantes.

Du centre épidémique à la marge : le hameau de Kim-oo en temps de pandémie.
Rites, masques et rumeurs de cas-contact sur mon terrain à Taiwan

Ce podcast s’arrête sur quelques éléments ethnographiques de mon dernier terrain à Taiwan, pays où je suis née. Dans un premier temps je présenterai comment le gouvernement Taiwanais a abordé la situation pandémique, en pointant notamment l’existence des frontières incarnées dans la stratégie antivirus des pays insulaires et continentaux. Ce tour d’horizon permettra par ailleurs de donner à voir les mesures qui affectent l’enquêteur, ses expériences et son parcours pour rejoindre le terrain (y compris la réflexion éthique effectuée en amont et menant à la décision d’aller enquêter) dans ces conditions. Ce rapide panorama sera aussi l’occasion de présenter le contexte dans lequel se trouvent mes interlocuteurs lorsque je les retrouve à la mi-juillet de cette année, et pendant mon enquête ethnographique qui a duré deux mois. J’aimerais partager avec vous mon expérience du déplacement de la France à Taïwan, sous la pandémie qui fait rage, mais aussi celle de mon déplacement de la capitale de Taiwan, Taipei, vers un hameau isolé. Ce parcours m’a permis de ressentir diverses attitudes, et de mettre en exergue celle des habitants, à l’égard du virus.

Mon terrain, le hameau de Kim-oo, se situe sur la côte sud-ouest de Taïwan, où l’activité de subsistance principale est l’aquaculture. L’exode des jeunes, le vieillissement de la population, l’affaissement de la terre et la vulnérabilité aux inondations constituent des risques qui planent sur ce hameau. Dans cet espace rural, la riche culture religieuse et populaire a été préservée. Notamment, la fête de Khan-chui-cheng, qui se tient chaque année en été depuis plus d’un siècle et attire tant les touristes que les chercheurs depuis sa patrimonialisation par le gouvernement taïwanais. Il s’agit d’un rituel destiné à réconforter les âmes noyées, à honorer un héros (d’une terrible inondation) divinisé et à vénérer les ancêtres. Comme de nombreuses fêtes populaires cycliques, elle constitue un moment privilégié pour la réunion des résidents et leurs descendants. Le titre (provisoire) de mon mémoire d’anthropologie, en cours de rédaction, est le suivant : « Le littoral transformé : la réadaptation des riverains à l’aménagement du cadre de vie au hameau de Kim-oo (Taïwan) ». Le sujet porte sur la manière dont les locaux font face à une série de changements territoriaux affectant le littoral : inondations par la mer, construction de digues, affaissement des sols et formation d’un lac d’eau salée, ou encore aménagements touristiques sur ce littoral. Comment les habitants perçoivent-ils ces altérations du paysage, de leurs espaces de vie et de travail? Quels effets ont-elles sur leurs pratiques, leur lien à ces espaces et leurs perceptions des diverses formes d’eau qu’ils côtoient ? Le mythe fondateur et les rites de fête de Khan-chui-cheng étant profondément liés à ces espaces, comment cet événement survit-il dans un territoire en mutation? Mes enquêtes sur trois hameaux de ce littoral ont débuté en 2018, j’y suis régulièrement retourné pour réaliser des enquêtes ethnographiques.

fête de Khan-chui-cheng, sans les masques, juillet 2020, par Huang Iling

À partir de la réflexion menée sur le thème du séminaire de TerA questionnant l’espace et la pandémie de codid-19, je présenterai comment la pandémie affecte les habitants du hameau de Kim-oo. Comment les habitants d’un tel hameau reculé de Taïwan perçoivent-ils la pandémie mondiale ? Quelle est la particularité de la gestion des cérémonies religieuses (dans le temple, sur la digue et sur la mer) sous l’influence de la pandémie ? Quelles nouvelles relations sociales la pandémie apporte-t-elle aux populations locales? Nous verrons que les mesures prises par le gouvernement taïwanais n’a pas semblé changer leurs perceptions des espaces ni leurs pratiques, en intérieur ou en extérieur. Toutefois, les mesures sanitaires leur ont permis d’accéder à une nouvelle ressource : les masques. De même que les informations fiables recueillies sur le nouveau virus, ces objets deviennent un nouveau capital sur lequel s’appuient les habitants dans la négociation de statut privilégié au sein de la société locale. Enfin, la rumeur de la présence d’un “cas contact étranger” dans le hameau lors de la fête sera l’occasion d’explorer la circulation des informations liées à la pandémie à Taiwan et notamment au traçage « territorial » des cas contact. Elle permettra aussi de mettre en perspective l’absence de gestes barrières à Kim-oo (dans l’entre soi) avec la peur de la contamination (venant du dehors de la communauté)

Salon-forum 3.6

Le séminaire reprend sous la forme habituelle. Un podcast est diffusé aux participants qui peuvent ensuite interagir dans le forum privé de discussion en ligne au cours de la semaine qui suit (voir plus longtemps).

Le podcast et le lien vers le salon-forum de discussion seront diffusés aux inscrits le lundi 5 octobre 2020 et une discussion interactive en direct sera prévue le jeudi 8 octobre de 10h-12h.

Aloïs Bellie et Charlotte Hillion, étudiants de seconde année de master d’anthropologie à l’EHESS, prendront le rôle de discutant pour cette séance.

Pour vous inscrire

Contactez l’organisatrice du séminaire, Katiana Le Mentec : katianalementec[at]protonmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search