L’art de gouverner en Asie. Sources, héritages, créations et recréations

Journées d’études organisée par l’Association française des amis de l’Orient (AFAO) et le Musée national des arts asiatiques-Guimet.

Argumentaire

Nées très tôt, en Inde et en Chine notamment, les sciences politiques ont en Asie donné lieu à des créations théoriques peu connues encore aujourd’hui. Comparables au « Prince » de Machiavel pour l’Europe, de nombreux textes ont ainsi été présentés aux empereurs, aux rois et aux princes Afin de leur proposer un idéal de gouvernance. Leurs auteurs théorisèrent à travers eux l’histoire de leur pays et tentèrent de définir les conditions d’une paix durable pour l’élu et son peuple. Quel poids et quelles influences ces textes de « sciences politiques » ont –ils eu sur le cours de l’histoire des sociétés asiatiques ? Comment sont-ils entrés en résonnance ou en concurrence les uns par rapport aux autres ? Comment nourrissent-ils encore la vie politique d’aujourd’hui ? Dans une nouvelle dynamique d’échanges, quatre chercheurs et « un grand témoin » nous aident à envisager ces questions en interrogeant quatre textes historiques, et leur portée dans le temps.

Alain Arrault (EFEO/CCJ-CECMC) interviendra sur le sujet suivant : Zizhi tongjian 資治通鑒 (« Miroir général pour aider au gouvernement »)

Résumé de l’intervention

Ayant retrouvé une certaine stabilité sur son territoire au temps des Song du Nord (960-1127), la Chine entend préserver cette stabilité en ouvrant une réflexion sur sa propre histoire. Les premiers empereurs Song décident alors de faire de Kaifeng, capitale de la dynastie, une cité du savoir.et l’empereur Yingzong (r. 1063-1067) charge l’érudit Sima Guang 司馬光 (1019-1086), de réaliser cette « aide au gouvernement », prenant la forme d’une histoire complète de la Chine depuis sa plus haute époque. Cet ouvrage, rassemblant au total 294 volumes et plus de trois millions de caractères eut pour ambition de servir aux empereurs successifs afin de ne pas reproduire les erreurs du passé.

Date

  • Samedi 21 novembre 2020, 10h-17h

Lieu

  • Musée national des arts asiatiques-Guimet
    Salon Paul Pelliot – Hôtel d’Heidelbach
    19 avenue d’Iéna – 75116 Paris

Plus d’informations

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search