Le mouvement migratoire provoqué par la construction du barrage de Xin’an Jiang en Chine : Politique, acteurs, communauté

Chen Zhenduo, doctorant au CECMC, soutient sa thèse de doctorat mardi 7 juillet 2020 à 9h30, par visioconférence. Cette thèse a été préparée sous la direction de François Gipouloux (CNRS/CCJ-CECMC).

Jury

  • M. François Gipouloux (Directeur de thèse), CNRS
  • Mme Isabelle Backouche, EHESS
  • M. Stephan Feuchtwang, London School of Economics
  • Mme Catherine Wihthol de Wenden, IEP Paris

Résumé de la thèse

Cette thèse traite les enjeux du mouvement migratoire provoqué par la construction des grands barrages en Chine, en englobant certains aspects de l’histoire chinoise et le contexte de la modernisation du 20e siècle par une méthodologie multidisciplinaire en sciences sociales. Elle interroge les domaines fondamentaux : politique, acteurs, communauté, en tant qu’éléments constitutifs de la migration de barrage, qui relève également du concept chinois de migration, des processus institutionnels de la gouvernance hydraulique, de l’État-nation moderne, et plus largement, du rapport entre l’État et la société par le biais de moyens institutionnels : les racines, la bureaucratie, la sovietisation, etc. Le mouvement migratoire lié à la construction du barrage dans le contexte chinois est un mouvement multisujets/acteurs, mobilisé principalement selon les dynamiques de la relation État-société. Une étude de terrain sur le site du barrage de Xin’an Jiang, un des trois grands barrages « construits indépendamment par les Chinois nous-même » vient nourrir notre recherche dans des dimensions historique et géographique, révélant entre autres l’institution d’ingénierie, la formation de la migration de barrage, le déracinement, la nouvelle communauté constituée par les mouvements, qui façonnent les subjectivités et les performances des différents acteurs des mouvements autour la migration de barrage du Xin’an Jiang. Cette analyse holistique, structurée et s morphologique cherche à comprendre les relations complexes et les transformations qui opèrent pendant la construction des grands barrages et la migration forcée qui l’accompagne dans l’objectif de mettre en place une économie planifiée nationale et une nation chinoise puissante et moderne. Cette thèse montre que la Chine en cours de modernisation se dirige vers une société déracinée et en suspension par rapport sa tradition de Xiangtu shehui. Le mouvement migratoire de barrage nous permet de saisir ce changement mu par une volonté d’autonomie, dont l’avenir semble incertain, et les enjeux d’autonomie.

Informations pratiques

Annonce sur le site institutionnel de l’EHESS

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.