Les jeux de l’ombre et de la lumière. Ce que nous disent des tombeaux de saints musulmans sur une forme contemporaine de sainteté (Chine, Gansu, 1968-2018)

Hille, Marie-Paule. Les jeux de l’ombre et de la lumière : ce que nous disent des tombeaux de saints musulmans sur une forme contemporaine de sainteté (Chine, Gansu, 1968-2018). Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], n° 146 (2-2019), avril 2020, mis en ligne le 31 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remmm/13551 (consulté le 21 avril 2020).

Résumé

Depuis le début des années 2010, sur fond de mutation économique et urbaine, une communauté musulmane chinoise, le Xidaotang, s’est engagée dans un processus de patrimonialisation de ses espaces religieux. Face à ces changements profonds, la place accordée aux tombeaux devient un enjeu central. Chaque année, ils attirent des milliers de pèlerins qui célèbrent ensuite de façon collective les fêtes commémoratives dans les différents lieux du complexe religieux. L’analyse du processus de sanctuarisation commencé au début des années 1980, redoublé d’une volonté de patrimonialisation depuis les années 2010, indique tout un jeu de loyautés politiques impliquant des opportunités, des contraintes et des consensus. Comment cette communauté, érigée en modèle par les acteurs politiques et non reconnue officiellement comme soufie, parvient-elle à maintenir les tombeaux, et le culte des saints, au cœur de son dispositif rituel ?

Abstract

Since 2010, in a context of economic and urban transformation, the Xidaotang, a Sino-Muslim community, has been engaging in a process of patrimonialization of its religious spaces. Under these circumstances, what is the place of the Muslim saints’ tombs? These are indeed a core-element of religious life: each year, thousands of pilgrims flock to visit them prior to the whole community’s gathering meant to celebrate the anniversary of one of the dead saints. The analysis of the sanctuarization process, launched in the early 1980s, intensified by a process of patrimonialization in the early 2010s, highlights that at play are political loyalties involving opportunities, constraints, and consensus. How does this community, taken as a model by the political actors and not formally recognized as Sufi, manage to maintain the tombs, and the cult of the Saints, at the core of its ritual system?

Lire en ligne en texte intégral sur le site de la REMMM

Sommaire complet du numéro 146

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search