[ANNULÉ] Séminaire TerA – Frontières de fleuves & implications de la LPPR pour les étudiants

En raison de la fermeture à partir du lundi 16 mars 2020 de l’ensemble des sites EHESS et de l’annulation de l’ensemble des cours et séminaires en France et ce jusqu’à nouvel ordre, la séance du séminaire TerA du mardi 17 mars est annulée. Conformément au réglement instauré par l’EHESS, celle-ci ne saurait être reportée.

Date et horaires

Mardi 17 mars de 10h à 13h

Lieu

Maison des Sciences de l’Homme, EHESS
salle AS1_24 (premier sous sol)
54 bd Raspail – 75006 Paris
M° Sèvres-Babylone ou Saint Placide

Séminaire ouvert à tous, en fonction des places disponibles !

Programme

La cinquième séance du séminaire « Territoires affectés. Explorations ethnographiques et anthropologiques »  voit son programme originel bouleversé. La discussion à trois voix (Susann Ullberg, Alexis Metzger & Katiana Le Mentec) sur les Watermarks : Flood, Time and Territory in Argentina, France and China est reportée à l’automne 2020 et prendra la forme d’une journée d’étude.

Le programme alternatif se décline en deux volets.
Dans un premier temps, Alexis Metzger propose, à l’occasion de sa venue à Paris, de présenter le projet sur lequel il travaille actuellement à l’Université de Lausanne, intitulé « Vers une gouvernance fluide : analyse hydrosociale des paradigmes et des pratiques de gestion de l’inondation du Rhône et du Gange (Inde, France, Suisse)« . Cette reflexion s’inscrit dans le thème 2 de l’année, portant sur les débordements des eaux et les eaux affectant les territoires et fait suite à la séance 4 qui a discuté deux études de cas de barrages en Chine et en Italie ainsi les mythes et mythologies de la gestion des eaux débordantes en Chine.

Le séminaire TerA, en lutte, propose de dédier la seconde partie de la séance (11h30-13h) à un échange avec les participants, et plus particulièrement les étudiants de Master et les doctorants (de toutes institutions) sur les effets sur eux des mesures du gouvernement Macron pour l’Enseignement et la Recherche Française.

Partie 1 – 10h-11h30 Alexis Metzger

Alexis Metzger est Géographe à l’université de Lausanne (Suisse)

Sa présentation est intitulée « Construire une « frontière étanche » entre le fleuve Rhône et la terre en Suisse »

Dans cette présentation, nous montrons comment le territoire du Valais (Suisse) est devenu petit à petit imperméable au Rhône. Cette imperméabilisation s’est faite en fonction de discours et d’aménagements qui ont commencé principalement au milieu du 19e siècle. Elle a été menée dans le cadre de travaux de « corrections » du fleuve. La dernière, ou troisième correction, menée par le canton du Valais, va durer au moins pendant les vingt prochaines années.
Notre propos s’inscrit dans les recherches du programme FLUIDGOV qui vise à comparer des territoires vivant avec le risque inondation en France, en Inde et en Suisse. Il compte des chercheurs en géographie, histoire, sciences politiques, anthropologie et political ecology. Dans le canton du Valais, la délimitation construite progressivement entre les eaux du fleuve et ses environs a rendu la « plaine » différemment exposée au risque inondation. Cet aménagement du territoire répond aussi à une volonté de réduire drastiquement la proportion d’un certain milieu (humide, liquide) au profit d’un autre (sec, solide). Réduire la perméabilité eau/terre vise à renforcer l’exploitation économique d’une plus grande partie de la plaine mais constitue également un projet politique de gouvernement de la population locale.
Notre présentation s’appuie sur une analyse géographique et géohistorique du territoire valaisan. Elle donne la parole aux acteurs (politiques, habitants, scientifiques…) qui ont concouru à créer cette frontière étanche. Nous verrons pourquoi c’est cette vision d’une frontière qui s’est imposée dans cet espace affecté par les eaux et nous demanderons si ce paradigme de l’imperméabilité est si pertinent. La discussion pourra alors porter sur l’avenir de ce territoire en lien avec le projet de troisième correction. Nous pourrons également discuter des méthodes d’enquêtes envisagées pour voir comment les Valaisans se représentent aujourd’hui cette frontière.

Partie 211h30-13h Réformes actuelles de l’ESR : la perspective étudiante et doctorante

Le Centre Chine, l’UMR CCJ et le séminaire TerA poursuivent leur lutte contre la loi retraite et les rapports du projet de loi recherche 2020.
Comme il est important de savoir de quoi il est question contrètement, à l’occasion de cette 5ème séance nous engagerons avec les participants une discussion sur les mesures que le gouvernement actuel propose pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche et notamment leurs implications et effets sur les étudiants /doctorants d’aujourd’hui et de demain, sur leurs parcours universitaires et leurs perspectives d’embauche dans le milieu de l’ESR.

Les personnes souhaitant participer aux échanges pourront s’informer sur ces réformes en suivant ces liens (ou en m’écrivant pour que je leur donne accès à la dropbox du séminaire qui comprend plusieurs documents et notamment à un document de synthèse que j’ai mis à jour au7/03/2020 – 9 pages).

1) Les 3 rapports remis au premier ministre le 23 septembre 2019 sont disponibles ici : www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid145221/www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid145221/restitution-des-travaux-des-groupes-de-travail-pour-un-projet-de-loi-de-programmation-pluriannuelle-de-la-recherche.html
Les rédacteurs de ces rapports :
Rapport 1 – financement : Antoine Petit /Sylvie Retailleau (présidente de Paris-Saclay)/ Cédric Villani (député La République en Marche chargé des questions de l’ESR, vice-président de l’OPECST)
Rapport 2 – emploi : Philippe Berta (généticien, député LREM), Philippe Mauguin (PDG de l’INRA, ancien directeur de cabinet de Stéphane Le Foll) et Manuel Tunon de Lara (pneumologue, président de l’université de Bordeaux)
Rapport 3 : « Recherche partenariale et innovation » : Francis Chouat (député LREM d’Evry), Isabel Marey-Semper (directrice des moyens communs au sein du département Recherche et Innovation de L’Oréal entre 2010 et 2018 après être passée par PSA Peugeot, Nokia…) et Dominique Vernay (ancien directeur technique de Thales, président du campus Paris-Saclay en 2011, vice-président de l’Académie des technologies depuis janvier 2019).

Le site du gouvernement annonce que « Sur la base de leurs conclusions, la ministre proposera au Premier ministre les grands axes structurant la loi de programmation qui sera adoptée au cours de l’année 2020 et entrera en vigueur début 2021 ».

2) Des synthèses analytiques et critiques de ces rapports sont disponibles sur :
– le blog de Julien Gossa
– le site Sauvons l’université
Voir notamment l’article : http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8594
– ainsi que dans les articles du journaliste scientifique du Monde Sylvestre Huet

Contact

katianalementec[at]protonmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.