La ruine angkorienne et le fromager : une mise en cloche d’un paysage fantasmé synonyme d’inaction ?

Preuil Sébastien. « La ruine angkorienne et le fromager : une mise en cloche d’un paysage fantasmé synonyme d’inaction ? ». Projets de paysage [En ligne], n° 21 (2019), mis en ligne le 30 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/paysage/2717 ; DOI : https://doi.org/10.4000/paysage.2717

Sébastien Preuil est docteur en géographie et économiste, membre associé au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine.

Résumé

Porte sud du temple de Ta Som (Sébastien Preuil, 2008)

Porte sud du temple de Ta Som (Sébastien Preuil, 2008)

De la rizière à la grande mégalopole, les images qui circulent des paysages sous les tropiques prennent aujourd’hui des formes diverses et variées. Si la plupart de ces représentations correspondent à la réalité, il en existe d’autres qui sont plus fantasmées ou issues d’une autre époque à l’instar de la cité ancienne reconquise par la jungle. C’est l’image que l’on se fait des temples khmers au Cambodge. Pour le cas plus spécifique d’Angkor, fleuron architectural de la civilisation khmère, certaines représentations paysagères forgées à l’époque coloniale, aujourd’hui relayées par les médias et les réseaux sociaux, ont des répercussions quant à la gestion de certains temples. En 2019, alors que la plupart des Khmers ne partagent pas cette idée de temples reconquis par la forêt, l’associant au non-respect des divinités et à la déchéance de leur civilisation, certains monuments sont ainsi maintenus volontairement par l’autorité Apsara à l’état de ruine afin de perpétuer des images romantiques et romanesques qui exaltent les touristes étrangers. Mais cette mise sous cloche est-elle pour autant synonyme d’inaction ? Cette étude a été menée au cours des années 2010 et 2011 en marge de notre thèse, dans le cadre de nos recherches sur la patrimonialisation et le simulacre à Angkor. Nous avions alors étudié, via des entretiens de type quantitatif, le rapport à la ruine selon que l’on soit un touriste étranger ou un visiteur khmer.

Lire le texte intégral sur Journals.openeditions.org

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search