Raconter le camp de Jiabiangou : Les Âmes mortes de Wang Bing

Raconter le camp de Jiabiangou : Les Âmes mortes de Wang Bing. « Images, lettres et sons », 20 & 21. Revue d’histoire, vol. 145, n° 1, 2020, pp. 177-186. DOI : 10.3917/vin.145.0177. URL : https://www-cairn-info.inshs.bib.cnrs.fr/revue-vingt-et-vingt-et-un-revue-d-histoire-2020-1-page-177.htm (consulté le 8 février 2020)

Pourquoi raconter Jiabiangou ? Parce que ce complexe de camps situés dans la province du Gansu cristallise toute l’horreur du système maoïste : plus de trois milliers de prisonniers politiques (des « droitiers ») y furent envoyés suite à la campagne de « rectification » de 1957. Une politique délirante voulait que ces prisonniers y vivent par leurs propres moyens, alors qu’ils se trouvaient dans une région désertique en pleine famine. Selon l’écrivain Yang Xianhui, l’un des premiers à avoir enquêté sur Jiabiangou, lorsque le camp fut fermé en 1961, il ne restait que 500 prisonniers. (…)

Lire le texte intégral de l’article sur Cairn.info (accès restreint)

  • Pour les membres de l’UMR CCJ, accès en ligne via BibCnrs
  • Disponibilité de 20 & 21. Revue d’histoire [suite de : Vingtième siècle] dans les bibliothèques françaises : http://www.sudoc.fr/099236346

Voir aussi

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.