Journée d’étude annuelle de l’Axe HA!

Le laboratoire Chine Corée Japon est en lutte contre le projet de la LPPR (loi programmation pluriannuelle de la recherche). Pour la motion complète du CCJ cliquez ici, pour la motion complète du Centre Chine cliquez ici.

L’axe “L’habiter en Asie. Espaces physiques et imaginés, d’ici-bas et de l’au-delà” vous invite à sa journée d’étude annuelle.

Lieu

Maison des sciences de l’homme
54 boulevard Raspail
Salle 737 (7ème étage)

Date

Lundi 3 Février

Programme

12h -14h Brown Bag Discussion (chacun peut apporter son pic-nique ; plateaux repas pour celles et ceux qui ont confirmé leur présence en amont)

Echange-repas convivial pour se retrouver et discuter des travaux et envies de recherche des uns et des autres mais aussi, le contexte de mobilisation national les rendant incontournables : des inquiétudes et initiatives de mobilisation à l’égard des lois retraite et recherche. Cette dernière met notamment encore davantage en danger l’indépendance de la recherche, l’attractivité et les conditions d’exercice de nos metiers.

Selon les intérêts : retour sur le week end de coordination nationale facs et labo en lutte par K. Le Mentec, mandatée en tant que déléguée par la direction du CCJ.

14h-16h

Tang Yun (Professeur d’anthropologie, South-West Minzu University – SMU, Chengdu)
From ‘Hierarchy’ to ‘Class’: Housename and Purification Rituals in rGyal rong (Western Sichuan, China)
Pour une présentation de Tang Yun, invitée EHESS, et de son intervention : vous pouvez cliquer ici.

16h-17h30
Jean-Marc Besse (Directeur de Recherche CNRS, et directeur d’études à l’EHESS)
“Habiter le paysage”

17h30-18h30

Coktail de clôture

 

rGyal rong village (Tang Yun)

L’axe

L’axe L’habiter en Asie. Espaces physiques et imaginés, d’ici-bas et de l’au-delà réunit des membres de l’UMR Chine, Corée, Japon menant des travaux de recherches sur les modes de représentation, d’occupation et d’organisation des espaces au sein des populations d’Asie orientale. Partant d’une approche critique de l’espace comme construit social, les recherches menées dans ce cadre questionnent « l’habiter » entendu au sens large d’un rapport au monde sur le plan matériel et immatériel, à différentes échelles (de la nation à la maison, en passant par le quartier, la ville ou la région, ou des lieux plus précis comme un cimetière ou des lieux de mémoires). Cet axe repose sur un dialogue pluridisciplinaire (anthropologie, architecture, ethnologie, histoire, histoire visuelle, géographie, sociologie, etc.). Les recherches analysent les pratiques et les représentations de l’espace en explorant des terrains et des sujets encore peu étudiés en Asie orientale et septentrionale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.