Investissements en Afrique : La Chine et les « partenaires traditionnels »

À l’origine de ce document de travail, il y a la diatribe que m’a adressée un lecteur en colère qui estimait que, dans l’un de mes articles, j’aurais tenté de minimiser l’importance de l’investissement chinois en Afrique pour mieux et indûment valoriser le rôle des anciennes puissances coloniales ou – pour employer une expression politiquement plus édulcorée – des «partenaires traditionnels». Je ne pense pas avoir jamais introduit un tel biais dans mes analyses, d’autant moins qu’en l’occurrence il n’était nullement fait allusion à ces «partenaires traditionnels». En revanche, cette mercuriale m’avait suggéré de m’intéresser à cette question, partant j’avais tenté une première fois en juillet 2018 de réunir les éléments disponibles, en particulier, j’avais analysé les données les plus récemment calculées et accessibles sur le site d’Eurostat (l’office de statistique de l’Union européenne) que je publiais sur mon site sous le titre de Investissements en Afrique : Chine vs «partenaires traditionnels». Eurostat ayant récemment (17 juin 2019) mis à jour sa base de données en ligne, j’en ai profité pour faire un retour sur mon approche et aller plus loin.

Ce document de travail est disponible ici.

Thierry Pairault

Directeur de recherche émérite [CNRS / EHESS] - Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine - UMR 8173 Chine, Corée, Japon

More Posts - Website


Thierry Pairault

Directeur de recherche émérite [CNRS / EHESS] - Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine - UMR 8173 Chine, Corée, Japon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.