Le Centre d’Études sur la Chine Moderne et Contemporaine en lutte contre le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Motion rédigée lundi 13 janvier 2020 par le conseil d’équipe du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine concernant la LPPR.

Le Centre d’Études sur la Chine Moderne et Contemporaine (CECMC) exprime son inquiétude et son indignation face aux rapports préparatoires de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche. Il souligne que ces rapports et les propositions qu’ils contiennent ne répondent en rien aux diagnostics, propositions et recommandations faits notamment par le Comité National de la Recherche Scientifique et le collectif des Sociétés savantes. Ceci témoigne d’un mépris récurrent envers l’idée même de consultation et de concertation et envers les chercheur-e-s et enseignant-e-s-chercheur-e-s qui ont répondu aux demandes pressantes du CNRS lors de l’enquête préparatoire menée en Avril 2019. Le CECMC constate en outre que les propositions émanant des rapports préparatoires, au lieu de pallier la crise de l’ESR en en traitant les causes profondes, ne peuvent, si elles sont appliquées, qu’aggraver le mal.
Le CECMC est favorable :
– au rétablissement de budgets ambitieux pérennes pour les unités et équipes de recherche – à la fin des évaluations quantitatives, managériales et bureaucratiques qui consomment du temps et de l’argent perdus pour la recherche
– à une politique réellement ambitieuse en SHS, qui, dans le respect de la liberté de pensée et de réflexion des chercheur-e-s, ne les soumettent pas aux contraintes appauvrissantes de « demandes sociales » définies par le haut – à un bilan transparent et impartial sur l’octroi, l’usage et les retombées du CIR (crédit impôt recherche) pour l’ESR
– à la revalorisation et à la généralisation de l’attribution de bourses pour mettre fin à la précarité des étudiant-e-s
– à un financement élargi des doctorats en SHS à la hauteur des sciences dures
– à l’extension du statut de fonctionnaire pour celles et ceux qui travaillent dans l’enseignement et la recherche, y compris les personnels d’appui.

Nous encourageons nos collègues à s’impliquer dans la lutte contre ce projet de loi, par exemple en faisant connaître leur position et celle du CECMC, notamment en intégrant dans la signature de leurs courriels un lien vers le site du CECMC et cette motion.

Pour comprendre de quoi il retourne prenez le temps de lire :

1. La « Restitution des travaux des groupes de travail pour un projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche » sur le site du MSERI : autrement dit, les rapports officiels sur lesquels s’appuiera le gouvernement pour formuler sa loi.
https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid145221/restitution-des-travaux-des-groupes-de-travail-pour-un-projet-de-loi-de-programmation-pluriannuelle-de-la-recherche.html

2. des contributions institutionnelles : diagnostics, bilans et propositions qui n’ont guère été lus par ceux-là mêmes qui les ont pourtant parfois demandés : https://academia.hypotheses.org/7056#more-7056

3. Et surtout, l’analyse, longue mais précise, complète et nécessaire de Sauvons l’Université !
http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8594

4. Et pour finir :
sur le calendrier législatif et les mesures déjà en place :
https://academia.hypotheses.org/7164
ou http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8595

 

Télécharger le texte de la motion du CECMC

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search