L’impossible découplage : l’aéronautique civile chinoise dans les chaînes globales de valeur. Le cas du C919

Prochaine séance du séminaire BRICS à l’INALCO, Institut National des Langues et Civilisations Orientales.

Date et heure

  • Mercredi 8 janvier 2020, de 18 à 20 h

Lieu

  • INALCO – Salle 3.15 (3e étage)
    65 rue des Grands Moulins – 75013 Paris

(Rappelons que le métro le plus proche, “Bibliothèque François Mitterand”, se situe sur la ligne 14 qui continue à fonctionner normalement pendant la grève actuelle)

Elle recevra Jean-Paul Maréchal (Université Paris Saclay) qui parlera de : « L’impossible découplage : l’aéronautique civile chinoise dans les chaînes globales de valeur. Le cas du C919 ».

Résumé

Développer un secteur aéronautique exige une maîtrise de savoirs tant techniques qu’organisationnels qui place le pays qui la détient à l’avant-garde de la modernité économique.C’est ce qui explique que tous les grands pays industriels ont mené des programmes aéronautiques ambitieux. La Chine n’échappe pas à la règle. Dix-septième puissance économique du monde à la fin des années 1970, elle accède à la deuxième place en 2010. Développer un secteur aéronautique civil performant est donc pour Pékin un enjeu stratégique aussi bien sur le plan technologique que politique. Y parvenir serait la preuve que l’empire du Milieu est en mesure de faire jeu égal avec les deux champions occidentaux que sont Boeing et Airbus. Il s’agirait d’une performance d’autant plus remarquable que la Chine part de loin face à des nations dont certaines ont des traditions aéronautiques remontant à plus d’un siècle.

L’objet de cette séance est de tenter de comprendre où se situe la Chine sur le chemin du rattrapage technologique en matière aéronautique. Et en particulier si elle continue de dépendre de chaînes de valeur globales.

Document PPT en appui à l’exposé : Marechal. PPT Brics 8 janvier 2020

Jean-Paul Maréchal est Maître de conférences en économie à l’Université Paris Saclay. Rappelons ses derniers articles parus :

  • « Le défi écologique chinois », Reliefs, n° 7, 2018, p. 117-123.
  • « La Chine : nouvel hegemon du régime climatique mondial ? », Monde Chinois Nouvelle Asie, n° 56, décembre 2018, p. 9-27.
  • « Un intérêt bien compris pour la lutte en faveur du climat », La Jaune et la Rouge (École Polytechnique), n° 744, avril 2019, p. 26-28.
  • « Le réchauffement climatique », in Xavier Richet et Julien Vercueil (dir.), Une mondialisation contrariée. L’Europe et la Chine face à de nouveaux enjeux, Paris, L’Harmattan, 2019, p. 33-50.

La séance suivante prévue aura lieu le mercredi 22 janvier 2 020 (18h-20h, INALCO, 65, Rue des Grands Moulins, salle 3.15). Elle recevra Raphaël Chaponnière (Asyalist) et Marc Lautier (Université de Rennes 2) sur les chaînes de valeur en Asie du Sud-Est (titre provisoire).

Pour plus d’informations sur le séminaire, consulter le carnet/blog :http://brics.hypotheses.org

Voir aussi sur le site de la FMSH: http://www.fmsh.fr/fr/recherche/30236

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.