Comptes rendus : Musulmans de Chine

Comptes rendus de l’ouvrage d’Élisabeth Allès, Musulmans de Chine. Une anthropologie des Hui du Henan,  Paris, EHESS, 2000, 334 p. Coll. «Recherches d’histoire et de sciences sociales»1.

Tous les comptes rendus listés ci-dessous sont accessibles sous format numérique. Certains le sont en libre accès sur des sites de centre de recherche ou sur Internet, ou le plus sur les plateformes Revues.org ou Persée. D’autres sont sur JSTOR et MUSE et donc accessibles pour un certain nombre d’entre vous via le portail BIBLIOSHS. Merci de me signaler tout oubli.

David G. Atwill dans la revue Perspectives chinoises

PC 65, mai – juin 2001, Lecture critique

«L’ouvrage d’Elisabeth Allès, Musulmans de Chine. Une anthropologie des Hui du Henan, constitue la toute première étude en langue occidentale entièrement dédiée à l’analyse d’une communauté chinoise musulmane située en dehors des régions à dominante musulmanes représentées au nord-ouest de la Chine par la « Qur’an Belt ». Dans un remarquable portrait anthropologique de la vie musulmane, l’auteur met en lumière la nature complexe et souvent contestée des musulmans chinois d’aujourd’hui (ou Hui) dans l’est de la province du Henan. Alors que de nombreux travaux ont été publiés sur les communautés Hui des provinces de l’ouest du Yunnan, du Gansu et du Xinjiang, Musulmans de Chine est le premier ouvrage à se consacrer exclusivement à une communauté hui de l’est chinois saisissant ainsi dans tous ses détails la nature d’une minorité au sein d’un peuple à dominante Han» (…).

Lire l’article intégral sur le site du CEFC

Raphael Israeli, dans la revue The China Journal

No. 46 (Jul., 2001), pp. 184-186
«Elisabeth Alles’s new book is a feat that combines field observation, collating of data, digging up oral and documentary information, and synthesizing the lot with a finesse rarely found in the study of Chinese Islam. This splendid volume delivers much more than it promises or than its title suggests. It is far more than a micro-study of the Muslims of Henan. It is, more importantly, path-breaking in its conception of the study of Muslims in China and their relative place in the unfolding of Chinese history in the past millennium.
Since Barbara Pillsbury’s and Dru Gladney’s pioneering studies on Hui identity in modem anthropological terms, we have not been blessed with such a penetrating and wide-ranging analysis of the Chinese Muslims. Rather than contending with Muslim identity in predominantly Muslim areas in the northwest, or with insignificantly small Hui minorities in the southeast, the author has wisely elected to posit the question of Muslim identity of a sizeable, widespread and vital ethnic minority against the background of a large Han majority. Henan province, one of the largest provinces in China with some 100 million population, has close to one million Muslims (these figures are 10 per cent higher than those of the book, which relies on a census a decade old)» (…).
Lire le texte intégral sur JSTOR

Isabelle Thireau, dans la revue Études rurales

2001, p. 159-160

«Cet ouvrage marque une étape importante dans notre connaissance des musulmans de Chine, les Hui. Premièrement parce que nous disposons de très peu d’études sur ce sujet, en langue occidentale surtout. Le livre d’Élisabeth Allès nous offre à cet égard une histoire anthropologique des Hui et de leurs liens avec le monde musulman. Deuxièmement, l’auteur cherche à traiter de la question difficile de l’articulation ethnico-religieuse au sein de l’identité hui. En évoquant, pour ce faire, les rapports entre les Hui et les Han dans leurs différences et leurs similitudes, elle nous conduit à nous interroger sur l’identité chinoise. Troisièmement, en étudiant la communauté hui en des lieux et à des époques précis, É. Allès nous permet de découvrir ce qu’il peut y avoir de spécifique dans les pratiques religieuses des musulmans chinois»(…)..

Lire le texte intégral sur Revues.org

Vincent Goossaert, dans la revue Archives de sciences sociales des religions

 116 | octobre – décembre 2001, p.98-99.
«Les Hui, musulmans de langue et de culture chinoise, à distinguer des populations turcophones (Ouighours, notamment) et persanophones vivant en République Populaire de Chine, forment une minorité singulière à bien des égards. Les neuf millions de Hui sont reconnus par l’État chinois comme une minorité « ethnique», mais leur identité réelle est leur foi musulmane. C’est sur cette contradiction que É.A. construit son terrain, dans le Henan, une province densément peuplée, agricole, pauvre et généralement peu étudiée, du centre de la Chine.
La raison de la définition des Hui comme groupe ethnique a une double origine : le début d’une construction identitaire par les Hui eux-mêmes à partir de la toute fin du XIXe siècle et surtout dans les années 1930, en réaction aux nationalismes han, mandchou etc., et d’autre part les besoins pratiques et les contraintes idéologiques d’un État socialiste. Sur le modèle soviétique, les Chinois ont reconnu comme groupe ethnique les musulmans, qu’ils ne pouvaient ignorer, mais dont ils ne pouvaient ériger la religion comme un facteur positif
d’identité. Cette solution, que les savants ont justifiée en trouvant des ancêtres arabes, turcs et persans venus en Chine au XIIIe siècle et dont les Hui seraient les descendants, arrangeait les deux parties, donnant des avantages aux Hui et facilitant leur gestion par l’État. Les Hui, communauté de croyants, sont donc en train de s’inventer en tant qu’ethnie. Mais cette construction nie la possibilité de conversions ; or si le prosélytisme n’est pas significatif aujourd’hui, il pourrait le devenir, et ruiner dans l’avenir ce bel arrangement.
La question posée par É.A. est la réalité sociale actuelle de cette construction identitaire.
Pour ce faire, elle étudie des Hui dans un milieu où ils sont globalement minoritaires, mais malgré tout assez nombreux et anciennement implantés pour avoir les moyens de maintenir leur identité. Son terrain porte principalement sur un village de tanneurs musulmans proche du fleuve Jaune, mais s’étend aussi aux deux principales villes voisines, Zhengzhou et Kaifeng» (…).
Lire le texte intégral sur Revues.org

Morris Rossabi, dans la revue l’Homme

avril-juin 2002, p. 334-335

«The survival of Islam in China as a decidedly minority religion for more than one thousand years is, as the anthropologist Élisabeth Allès notes, astonishing. Even more remarkable is that Muslims have managed to sustain their religious practices and beliefs even in the interior of China. Muslims living along the northwestern frontiers and in the southeastern ports maintained relations with their co-religionists from Central Asia and from Persia and the Arab world respectively. The Muslims of Henan, the group that Dr Allès has studied, are part of the inland Hui, or Chinese Muslims, a community that persists as a distinct entity, despite occasional conflicts with its Han, or ethnic Chinese, neighbors over the centuries» (…).
Lire le texte intégral sur Revues.org

L. J. Newby, dans le Bulletin of the School of Oriental and African Studies

Vol. 65, No. 1 (2002), p. 213-214
(…) «The principal interest of this book will lie in the final section, chapters ix-xii, in which Alles turns her attention to the religious element of Hui identity and focuses on the mosque, and specifically the women’s mosque. In drawing attention to this little known phenomenon; the existence in China not only of female ahongs, but of mosques run by women for women, Alles (along with Jaschok and Shui whose recent book is devoted to this subject), has opened up a rich field of research. This is a subject set to attract considerable attention, not only among historians and anthropologists, but also among those working in gender studies. Alles, perhaps wisely, however, restricts herself to establishing some basic facts about the physical appearance of the mosques, their location, financial and administrative organization and so on. Even in an interesting section in which she seeks to establish the origin and development of these sites, she seems almost purposefully to side-step any discussion of the contested notions of social and sexual equality that are inherent in the various explanations.
Islam has a long tradition of female religious teachers, notably in Central Asia, but with the exception of parts of South-East Asia (where presumably it is an offshoot of the Chinese tradition), the women’s mosque is unique to China. The phenomenon does therefore require explanation. The existence of women’s mosques in the Central Plains is well attested in Ming dynasty sources, but earlier references, according to Alles, are scarce. Dismissing more common explanations that they were an outgrowth of quranic schools for women (ntixue), she traces their origin back to the Yuan when large numbers of Han women intermarried with the Muslim migrants from Central Asia. According to Allbs, against a backcloth of political crisis these women introduced the Muslim community to the concept of creating women’s associations and places of refuge, as was already well-established among Chinese Buddhists and Daoists. Here, Allks argues, lies the origin of the women’s mosque. It is an appealing argument, which deserves further research, but is there not a strong suggestion here of the merging of two cultures?
There is no doubt that this is a book that will be of interest to students of contemporary China and more generally to anyone interested in the Islamic world. It represents a useful contribution to the field and will hopefully be the first of many more local studies of Muslims in China».
Lire le texte intégral sur JSTOR

Mohammed Hocine Benkheira, dans la revue Studia Islamica

No. 96, Écriture, Calligraphie et Peinture (2003), pp. 113-114

(…) «L’ouvrage d’E.A., sans fournir une description totale et encore moins une interprétation globale de l’islam chinois, constitue dans la recherche francophone une contribution importante à une meilleure connaissance de cette situation particulière. Outre qu’il fournit de de nombreuses informations sur les usages et les modes de vie des Hui contemporaina, il permet également d’aborder la question  des rapports entre loi islamique et coutumes mocales, ainsi que celle de l’évolution et du comportement  des populations musulmanes en situation minoritaire. Sa lecture peut par exemple être d’un grand profit aux spécialistes de l’islam dans le contexte européen ou nord-américain».

Lire le texte intégral sur JSTOR

Ben-Dor, Zvi Aziz, dans la revue China Review International

Volume 10, Number 1, Spring 2003.

«The past several years have seen a burgeoning academic interest in Chinese Mus- lims, part and parcel both of a general academic trend focused on so-called “mi- nority” peoples and of a growing interest specifically within Chinese studies in overturning long-standing models of interpretation that assume the existence of a monolithic “Chinese” entity and overlook much of the cultural complexity of Chinese society. Within the discipline of history, for example, such scholars as Jonathan Lipman have written extensively on Chinese Islam, while anthropolo- gists such as Dru Gladney and Maris Gillette have also focused specifically on the Muslim communities of China.

What little attention had in the past been lent to the Muslims of China came largely from Western missionaries, who, particularly in the nineteenth century, came to regard China’s Muslim communities as likely fertile grounds for the dis- semination of Christianity. These missionaries—who viewed Chinese Muslims as anomalous, fundamentally alien in China—set the tone, until very recently, for documentation of the Hui, as China’s Muslims are collectively termed today.

Recent scholarship, however, attempts a different approach, one that does not have as its point of departure the assumption that the presence of Islam in China is an anomaly that must somehow be accounted for. The work of these scholars suggests that the “Chineseness” of the Hui is not necessarily undermined by their status as Muslims.

Gladney was perhaps the first of this new brand of scholars, documenting in his book four distinct types of Chinese Muslim communities, ranging from the urban communities of the east (who follow virtually no precept of Islamic law, yet retain an identity as Muslims) to the groups of devout rural Muslim villagers who are found in the northwest. Gladney’s work did much to erase the essential- izing view that held that China’s Muslims could be understood and viewed as a homogeneous group, artificially grafted onto Chinese society. Maris Gillette’s work on the Muslims of Beijing has furthered this new view, by minutely docu- menting the subtle ways in which Muslim identity is lived and understood in the setting of one of China’s most important contemporary urban centers.

We now have another important anthropological work to add to this trend, Elisabeth Allès’ Musulmans de Chine: Une anthropologie des Hui du Henan. Allès’ book makes contributions of both a methodological and an interpretive sort» (…).
Lire le texte intégral sur Project MUSE DOI: 10.1353/cri.2004.0001

Françoise Aubin, dans la revue T’oung Pao

Vol. 90, fasc. 4/5 (2004), p. 421-428

(…) Parmi cette floraison de travaux pionniers, quelle place occupe le présent ouvrage ? Il faut reconnaître qu’il se situe, lui aussi, au premier rang des études appelées à faire définitivement date. Nul doute qu’il ne devienne rapidement un classique de la discipline, dans les cinq voies qu’il contribue à éclairer d’une manière fascinante. (…)

Texte intégral disponible sur JSTOR

 A. Ayati, dans la revue Euroorient

 (…) Qui sont les Hui ? Les Chinois musulmans sinophones, appelés Huizu depuis l’avènement de la république populaire de Chine le 1er octobre 1949, font partie des cinquante-six nationalités qui composent la Chine, ils sont près de 9 millions (la deuxième des minorités de Chine) et appartiennent, comme leurs coreligionnaires (Ouighour, Kazakh, Kirghiz, Salar, Bao’an, Uzbek, Dongxian, Tatar)de langue turco-mongole, au sunnisme et à l’école hanéfite, dominante dans cette partie du monde musulman, comprise dans un vaste ensemble composé de l’Asie centrale, de l’Inde et de la Chine. Seule une petite communauté persanophone, celle des Tadjik, est chi’ite ismaélienne. A l’instar des autres communautés religieuses en Chine, placées sous l’égide d’une association nationale, les musulmans sont coiffés par l’Association islamique de Chine créée en 1953.
Les autorités les considèrent comme : un minzu (peule, nationalité, communauté), et ils constituent une minorité nationale. Ils sont disséminés dans toutes les provinces de Chine et résident dans la plupart des districts et des grandes villes en communautés indépendantes les unes des autres, attachées à une mosquée. Leur concentration est plus dense (2,5 millions) dans les deux provinces du Nord-ouest, le Ningxia- province qui leur a été attribuée en 1958- et le Gansu. Les Hui n’ont pas de langue spécifique, ils sont, comme leurs voisins, des locuteurs des langues locales (fangyn) et de la langue nationale(guoyu)) ; toutefois, dans la pratique religieuse les termes persans et arabes sont d’usage courant. Les sourates du Coran ont toujours été dites en arabe, et jusqu’à une période récente le savoir religieux se transmettait en persan.
L’auteur justifie son choix de terrain : la région d’Hanan, pour situer ses enquêtes dans une zone intermédiaire où les Hui sont à la fois assez nombreux pour affirmer leur identité, et assez minoritaires pour se confronter en permanence avec les Han et être constamment obligés de redéfinir leur différence. Les enquêtes de terrain sont effectuées sur une longue période, de 1990 à 1997 et des séjours réguliers d’un à trois mois.
Allès divise son étude en trois parties : 1)- Dans la première partie(pp. 23-106), l’auteur aborde les Hui dans le passé et le présent, leurs liens avec le monde musulman et les trois modalités de leur implantation au Hanan : un village dont la population est entièrement Hui, une ville ancienne, et une ville moderne(pp. 23-98). 2)- La deuxième partie est consacrée aux : particularités, similitudes et confrontations(pp. 109-191), où l’auteur s’intéresse aux signes de nature – représentations, emblèmes, comportements – au moyen desquels les Hui expriment leur différence , à leur propres yeux comme au regard de leurs partenaires. Dans cette partie l’étude de la parenté, de l’organisation clanique et lignagère et de l’alliance, aussi la biographie de quelques personnages représentatifs, est donc abordée. 3)- La troisième partie traite des mosquées masculines et féminines(pp. 195-287), celles-ci étant une spécificité particulièrement remarquable de l’islam chinois. Soulignons – nous que dans la conclusion(289-297), l’auteur réfute les notions d’assimilation et de syncrétisme. Par-delà les différences entre courants, la doctrine professée par l’islam des Hui est conforme en tous points à l’orthodoxie générale de l’islam sunnite et aucun ingrédient extérieur ne vient en corrompre la « pureté ». Les éléments de la culture chinoise présentent dans le rituel – comme la marque générationnelle lors des funérailles ou la plupart des épisodes de la séquence du mariage- sont clairement identifiés en tant que tels.. Il a y , non pas mélange, mais juxtaposition, et dans l’esprit des intéressés, cette juxtaposition ne semble pas faire problème ; là où l’observateur étranger s’attendrait à trouver des tensions, la coexistence des éléments disparates paraît toute naturelle. Cependant au cours de cette étude , le problème de l’identité Hui est posé à la fois dans son histoire et dans sa pratique de façon à dépasser l’alternative à laquelle la recherche se croit aujourd’hui confrontée, « ethnie » ou « religion ». Selon l’auteur : il n’y a pas eu jusqu’à présent d’ethnie Hui, mais sous l’effet de minzu qui a été attribué aux Hui, elle est manifestement en cours de formation. En outre, ce livre contient : une introduction(pp. 9-20) une bibliographie détaillée (pp. 299-322), en langue chinoise et occidentale, un glossaire et index des noms propres.

Texte intégral disponible

 

 

 

  1.  Traduction espagnole, Musulmanes de China. Antroplogía de los Hui de Henan,  ediciones Bellaterra, Barcelone, 2008, 266 p. Coll. «Biblioteca de China Contemporanea» []

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search