Être ou ne pas être ? L’école confucéenne à l’épreuve des textes de l’antiquité chinoise

IMPORTANT !!! Mise à jour de l’AFEC (4 décembre 2019)

En raison des sérieuses difficultés de transport annoncées pour ce vendredi 6 décembre, le conseil de l’AFEC a pris la décision de reporter la table ronde « Être ou ne pas être ? L’école confucéenne à l’épreuve des textes de l’antiquité chinoise » organisée à l’occasion de son Assemblée générale, et lors de laquelle sera également remis le prix de thèse AFEC 2018

Les trois événements se tiendront le mercredi 15 janvier après-midi, à la Maison de l’Asie, Grand Salon, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris, et nous espérons vivement vous y retrouver nombreux ! 

L’ordre du jour initialement annoncé pour le 6 décembre restera identique et vous recevrez prochainement les horaires précis de notre programme.

Bien cordialement,

Alice Bianchi pour les membres du conseil de l’AFEC

 

L’AFEC a le plaisir de vous inviter à une table ronde intitulée « Être ou ne pas être ? L’école confucéenne à l’épreuve des textes de l’antiquité chinoise »,

Les participants à cette table ronde autour de l’article « Les Assassins de Confucius » par Jean Levi seront Anne Cheng, Stéphane Feuillas, Marc Kalinowski (sous réserve), Béatrice L’Haridon, Jean Levi et Olivier Venture.

Présentation

Ces dernières années ont vu se développer en sinologie, notamment dans les milieux académiques d’outre-Atlantique, des thèses qui mettent en doute l’existence d’écoles de pensée distinctes sous les Royaumes combattants (Ve-IIIe siècles av. J.-C.), et ce malgré quatre décennies de fouilles archéologiques attestant la surprenante fiabilité de la transmission scripturaire en Chine ancienne. Pour les tenants de ces thèses, l’usage du mot ru (儒), employé pour désigner des ritualistes professionnels, ne saurait renvoyer à la réalité d’une filiation intellectuelle dont on pourrait dire qu’elle coïnciderait sans équivoque avec l’enseignement de Confucius et de ses continuateurs. Nul document authentique, d’ailleurs, ne permettrait de retrouver le Maître historique, et ce que nous tenons pour être l’expression de la société chinoise des Ve-IIIe siècles avant notre ère ne serait que pure tradition inventée sous les Han (206 av. J-C.-220 apr. J.-C.).
À l’occasion de son assemblée générale annuelle qui se tiendra le vendredi 6 décembre 2019 à la Maison de l’Asie, l’AFEC proposera une table ronde en présence de Jean Levi pour débattre de cette « révision » radicale de l’histoire chinoise qu’il s’emploie à réfuter dans un article à paraître prochainement dans la revue Études chinoises, sous le titre « Les assassins de Confucius : de quelques tendances récentes de la sinologie ». Cet événement sera ainsi le lieu d’une discussion et d’un échange de points de vue sur la question de l’existence ou non en Chine, à date ancienne, d’une école confucéenne à proprement parler.

Date

  • Vendredi 6 décembre 2019, à 17h

Lieu

  • Maison de l’Asie (Grand Salon)
    22 avenue du Président Wilson – 75116 Paris

La table ronde est ouverte à tous, membres de l’AFEC ou non membres.

Elle sera précédée par l’Assemblée générale annuelle à 15h00.

Vers 16h30, la présidente et le vice-président de l’AFEC remettront le prix de thèse de l’AFEC 2018 aux lauréates (ex aequo) :

Un buffet convivial clôturera l’après-midi.

Affiche à télécharger : Table ronde AFEC_2019

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.