Savoirs, institutions, économies : histoires connectées et dynamiques globales

Séminaire organisé par Alessandro Stanziani (EHESS, CRH), du 29 novembre 2019 au 5 juin 2020. Participation de Xavier Paulès (EHESS, CCJ-CECMC) et de Pablo Blitstein (EHESS, CRH).

Participants

Pablo Blitstein (CRH), Jawad Daheour (CERCEC), Marc Elie (CERCEC), Corinne Lefevre (CEIAS), Catarina Madeira Santos (IMAF), Natalia Muchnik (CRH), Xavier Paulès (CCJ-CECMC), Antonella Romano (Centre Koyré), Silvia Sebastiani (CRH), Emmanuel Szurek (CETOBAC).Savoirs, institutions, économies : histoires connectées et dynamiques globales

Alessandro Stanziani, directeur d’études de l’EHESS, directeur de recherche au CNRS (CRH).

Date et horaire du séminaire

  • 1er et 5e vendredis du mois, de 13 h à 17 h
    Du 29 novembre 2019 au 5 juin 2020

Lieu

  • EHESS (Salle 4)
    105 bd Raspail – 75006 Paris

Participants

  • Pablo Blitstein (CRH), Jawad Daheour (Cercec), Marc Elie (Cercec), Corinne Lefevre (Ceias), Catarina Madeira Santos (Imaf), Natalia Muchnik (CRH), Xavier Paulès (CCKJ), Antonella Romano (Centre Koyré), Silvia Sebastiani (CRH), Emmanuel Szurek (Cetobac).

Présentation

Ce séminaire vise à discuter – suivant une perspective interdisciplinaire – des trajectoires multiples des circulations des personnes, des idées et savoirs, des institutions et des valeurs au-delà des confins géographiques et politiques. À la différence des programmes déjà existant qui traitent l’histoire globale comme une extension de l’histoire impériale ou de l’économie historique, nous mettons en évidence les connections entre des régions spécifiques et des structures globales. En ayant recours aux comparaisons, connections et aux processus d’intégration globale, nous invitons chercheurs et étudiants à comprendre les forces qui ont contribué à structurer notre monde dans le passé et de nos jours.

Ce séminaire fait partie du programme Global history Collaborative, avec les Universités de Princeton, Tokyo et Humboldt. Les étudiants intéressés seront invités à soumettre leur candidature à l’école d’été annuelle. Pour 2020 elle est prévue à Princeton, septembre 2020.

Programme

29 novembre 2019 : Décadence des civilisations, nationalismes et renaissances dans l’entre deux guerres.
Pablo Blistein, Alessandro Stanziani
Cette séance tâchera à discuter des renouveaux historiographiques dans l’entre deux guerres, notamment suivant les thématiques autour de la décadence-renaissance. Les cas mittel-européens, soviétique, chinois, mais également anglo-indien seront discutés.

6 décembre 2019 : Sources et mémoire
Cette séance discutera de la contribution de supports tels que la photographie ou la digitalisation des archives dans des reconstructions mémorielles difficiles en Afrique du Sud et au Japon.
Johan Fourié, Department of Economics | Stellenbosch University, Writing a biography of an uncharted people: Digital history and the data revolution in South Africa
Prof Takeo Hirase, University of Tokyo, Modern photos of Tokyo Institute for Oriental Culture

31 janvier 2020 : Déconstruire les archives coloniales
Sara Legrandjacques, Élise Abassade, Guillope Thierry, David Leconte, Julie Marquet
Qu’il s’agisse de la restitution d’archives aux pays anciennement colonisés ou de la déclassification de certains fonds jusqu’ici non-consultables, ces vingt dernières années ont été marquées par des controverses vives dont les « archives coloniales » ont été le centre. L’expression « archives coloniales » a désormais fait son entrée dans le débat public, corollaire de la prolifération du terme « colonial ». Ce séminaire se propose de faire l’état de ces débats et de proposer des cas d’étude.

7 février 2020 : Abolitions et esclavages
Cette séance est consacrée aux abolitions de l’esclavage et aux problèmes posés par l’identification des esclaves, de leur valeur et de leurs propriétaires.
Jessica Balguy, Ciresc, « L’indemnité coloniale de 1849, le cas des propriétaires martiniquais ».
Claude Chevaleyre, « L’abolition de l’esclavage en Chine ».

6 mars 2020 : Des lettres comme sources ?
Cette séance discutera des modalités d’avoir recours à la correspondance comme source suivant deux cas très différents l’un de l’autre: d’une part, la correspondance privée d’officiers russes en 1917 et après ; d’autre part, la correspondance d’esclaves, marins, migrants malgaches au XIXe siècle.
Yuri Slezkine, Moscow State University, “The Private Words of Public Officials: The ‘House of Government’ in Moscow and Beyond.”
Pier Larson, Michigan University, “Private Letter Writing and Malagasy Identities in the Western Indian Ocean during the Middle Decades of the Nineteenth Century”.

3 avril 2020 : Identité, nation, mémoire
Cette séance vise à discuter des (re)constructions de mémoires identitaires au sein de configurations nationales et trans-nationales ; le cas de la Turquie post-ottomane et de l’ile Maurice après son indépendance seront évoqués. Sortie d’empire et reconfiguration historique seront discutés.
Mathieu Claveyrolas, CNRS-Ceias, “Indianité et plantation: remarques à partir d’une ethnographie de l’ile Maurice”
Emmanuel Szurek, Cetobac, “L’hyper diffusionnisme turque pendant les années 1930 ou comme les Turcs ont conquis l’Amérique.

29 mai 2020 : Travail forcé: regards croisés
Nous discuterons de la manière dont les formes de l’esclavage et du travail forcé sont qualifiées à la fois au sein d’une société donnée et dans les regards que d’autres apportent. L’exemple du goulag soviétique vu par la Société des nations et l’Office du travail et celui de l’esclavage colonial portugais seront discutés.
Antonio de Almeida Mendes, Université de Nantes, « Esclaves, domestiques, serviteurs, serfs, engagés, contratados : statuts du travail non libre dans les sociétés européennes post-traites (Europe du Sud, Russie, Afrique, XVIII-XIX) ».
Wilson Bell, Thompson River University, “The Gulag in Comparative Context: Forced labour systems in the first half of the twentieth century”.

5 juin 2020 : Decentralizing political economy
Cette séance reprend une thématique déjà amorcée pendant les deux années précédentes, à savoir la possibilité de décentraliser la pensée économique en prenant en considération l’émergence de réflexions à ce sujet dans des mondes non européens mais aussi leurs interactions et influences mutuelles.
Veena Naregal, Institute of Development Studies, Delhi, Political economy in vernacular languages in India, 1850-1930
Alessandro Stanziani, The political economy of bondage, connected histories, Russia-India-Europe.

Plus d’informations sur le séminaire : https://enseignements-2019.ehess.fr/2019/ue/798//

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.