« Déjà Vu ? Mao et la Photographie comme Métaphore » — Barbara Mittler en dialogue avec Anne Kerlan  

Nous sommes heureux de vous convier à la séance des Rencontres sur le Ring du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, rencontres organisées par Sandrine Ruhlmann.

Date et heure

  • Mardi 10 mars 2020, de 10h à 12h

Lieu

  • EHESS, salle 737 (7e étage)
    54 boulevard Raspail – 75006 Paris

« Déjà Vu ? Mao et la Photographie comme Métaphore » — Barbara Mittler en dialogue avec Anne Kerlan  

Le point d’ancrage d’un projet de recherche conjoint sur les corps paternels de Gandhi et de Mao avec l’historien indien Sumathi Ramaswamy, est l’installation vidéo No Parallel (2010) de Gigi Scaria. Cette œuvre juxtapose avec audace une série d’images photographiques de Mohandas Karamchand Gandhi et de Mao Zedong. Ce qui distingue le travail de Scaria, c’est la mobilisation d’un important fonds d’archives photographiques, mettant en mouvement plusieurs couples de récits “parallèles” pour ces deux figures paternelles qui sont devenus des icônes mondiales. Quel est le travail réalisé par la photographie telle qu’elle est ainsi réutilisée non seulement par les artistes contemporains mais aussi par les médias, et pourquoi ont–ils recours à la photographie pour réaliser ce travail ? Ces questions sont importantes à poser donné la capacité “d’indexation”, de “preuve” et de “vérité” généralement appréciée de la photographie.

En effet, la photographie a été prise comme une métaphore du “documentaire”. Pourtant, le travail de Scaria, en utilisant des vues parallèles de Gandhi et de Mao, joue avec cette métaphore à plusieurs niveaux et ouvre ainsi de nouvelles possibilités pour les penser ensemble. En regardant au-delà de l’œuvre de Scaria, en la lisant “en parallèle” avec d’autres archives d’images et œuvres d’art de Mao d’artistes et photographes chinois et indiens, je me demande ce que signifie le fait de rappeler et de remettre en scène la figure iconique de Mao à l’aide des photographies reconverties. Comment des récits “familiers” sont-ils ainsi perturbés, désintégrés, et en même temps réassemblés et reconsidérés, et au profit de qui ?

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search