Chine : la couleur de la nuit

À l’occasion de l’ouverture du séminaire « La nuit à la croisée des arts et des cultures : perceptions, imaginaires, représentations » (co-organisé par Marie Laureillard et Patrick Otto, à l’INHA), Danielle Elisseeff (EHESS, CCJ-CECMC) intervient sur le thème : Chine : la couleur de la nuit, vendredi 25 octobre 2019.

Résumé

Noire comme l’encre des calligraphes ‒ ce qui la rend familière et respectable ‒ la  nuit chinoise ne fait pas peur ; elle est l’une des faces du monde céleste dont dépend notre vie. Elle accueille et protège tout ce qui n’est pas ordinaire : les arcanes du pouvoir (quiconque venait jadis à la cour devait se présenter avant le lever du soleil) ; ou bien la fête que les peintres du Sud ont si bien mis en scène ; ou au contraire l’attaque soudaine, le danger, mais aussi la victoire habilement gagnée ; à moins que des hallucinations ne fassent apparaître des fantômes. Aujourd’hui pourtant, alors que s’impose partout la lumière artificielle, tout se passe comme si les hommes organisaient l’absence de la nuit. Mais comment vivre dans un monde sans alternance, sans ce retournement perpétuel d’une chose à son contraire dont les philosophies chinoises soulignent depuis l’Antiquité la nécessité existentielle ?

Plus d’informations sur le séminaire

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search