Aurélia Desplain, post-doctorante au CECMC

Arrivée au CCJ-CECMC d’Aurélia Desplain, pour une durée de 10 mois, du 1er septembre 2019 au 30 juin 2020. Aurélia Desplain a été recrutée en tant que post-doctorante au sein du programme ANR TIANJIN dirigé par Isabelle Thireau.

Présentation

Texte rédigé par Aurélia Desplain

Docteure de l’université de Bordeaux en anthropologie sociale – ethnologie depuis décembre 2017, j’ai rejoint le Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine au 1er septembre 2019 en tant que post-doctorante au sein du programme ANR TIANJIN, coordonné par Isabelle Thireau. L’une de mes missions consiste à développer le volet humanités numériques du programme, par la création d’une base de données rassemblant des matériaux d’enquête variés. La numérisation de médias rares sur l’histoire de Tianjin, la création d’une collection en ligne et les outils de géo-référencement permettront de dessiner une cartographie enrichie de la ville, dont les contours se redessinent rapidement avec les travaux d’urbanisation.

Mes thèmes de recherche croisent l’anthropologie du changement social, l’anthropologie du sujet et l’anthropologie du travail en Chine contemporaine. Ma thèse s’intitule « Les filles du café : Anthropologie de la fabrique du sujet dagongmei et de son empowerment, Kunming province du Yunnan, Chine ».

Résumé de ma thèse : Littéralement « petite sœur travaillant pour un patron », le terme dagongmei désigne la main d’œuvre chinoise féminine salariée non qualifiée composée de jeunes filles non mariées souvent originaires de milieux ruraux, et migrant hors de leur village, parfois hors de leur province pour trouver un emploi. Les dagongmei représentent une catégorie de travailleuses précaires, main d’œuvre occasionnelle facilement interchangeable produite par les politiques de développement économique de la Chine au cours des quatre dernières décennies. Depuis les années 90, la médiatisation de scandales sur les conditions de travail des sujets dagong retentit en Chine et au niveau international, appelant les entreprises à repenser leur rôle social. D’autre part, face aux inégalités socio-économiques et politiques qui déterminent les parcours actuels des Chinoises, le gouvernement adopte un positionnement s’affichant comme résolument en faveur de l’empowerment des femmes. Cette thèse porte sur un groupe de jeunes femmes issues de villages ruraux de la province du Yunnan et employées à Kunming dans une entreprise à capitaux étrangers se définissant comme fonctionnant de manière socialement responsable et pourvoyeuse d’empowerment pour ses employées. Si le projet de modernité et de mondialité de la Chine a façonné de nouveaux sujets-travailleurs dagongmei et dagongzai, par la transformation de corps de migrants ruraux en corps de travailleurs industriels, quels sujets dagongmei un projet d’entreprise socialement responsable se propose-t-il de contribuer à produire ? Comment penser les processus d’individualisation au sein de groupes subalternes selon une perspective prenant en compte les rapports sociaux de sexe ?

Voir la page personnelle d’Aurélia Desplain sur le site du CECMC pour en savoir plus sur ses activités scientifiques.

Aurélia Desplain (mai 2019)

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search