Union entre humanisme et patriotisme : le monde intellectuel chinois autour de la signature du traité de Versailles

Yang Zhen (Université Fudan de Shanghai, associé CCJ-CECMC), intervient mardi 25 juin 2019 à la journée d’étude organisée au château de Versailles : “L’art délicat de la paix : les effets du traité de Versailles sur la Chine contemporaine”.

Résumé

La signature du traité de Versailles a pour conséquence le lancement en Chine du mouvement du 4 Mai. Des milliers d’étudiants se réunissent le 4 mai 1919 sur la place Tian’an men pour dénoncer les prétentions de l’empire du Japon sur la Chine et la corruption du gouvernement chinois de l’époque.

Le mouvement du 4 mai est non seulement un événement politique, mais également l’un des points de départ de la culture chinoise moderne. Il est constamment commémoré et réinterprété dans les jours qui suivent. La Chine d’aujourd’hui tend à souligner davantage le patriotisme et le collectivisme, et moins la remise en question des valeurs traditionnelles chinoises. Cette dernière dimension constitue pourtant une marque de fabrique de la revue La Jeunesse, bastion intellectuel du mouvement du 4 Mai.

Nous allons montrer, à travers des articles publiés entre 1918 et 1919 dans La Jeunesse par Chen Duxiu (1879-1942), Zhou Zuoren (1885-1967) et Lu Xun (1881-1936), comment ces figures intellectuelles de l’époque relient le destin d’une nation à l’éveil des individus, tant du point de vue de la dignité de la personne que face aux problèmes sociaux.

Cet éclairage sur la mentalité de ces intellectuels chinois autour de 1919 est étroitement lié au sujet de notre colloque, à savoir l’art de la paix. Il est important pour la Chine d’aujourd’hui, qui joue un rôle de plus en plus important dans le maintien de la paix dans le monde, de maintenir cette ressource humaniste car comme l’écrit Zhou Zuoren dans un article publié le 15 mai 1918 dans La Jeunesse : « Tant que les gens se traitent en tant qu’êtres humains et non pas en tant qu’États, la paix éternelle peut être assurée. Mais pour cela, il faut absolument commencer par l’éveil de ces gens. »

Programme et informations

(Ciquez une première fois sur une image pour l’afficher et une deuxième fois pour l’agrandir)

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.