Trente ans après Tiananmen : « Les nouveaux intellectuels chinois ne sont pas dans la confrontation avec le pouvoir »

Trente ans après Tiananmen : « Les nouveaux intellectuels chinois ne sont pas dans la confrontation avec le pouvoir »: entretien avec Sebastian Veg. Propos recueillis par Frédéric Lemaître. Le Monde.fr. 2 juin 2019. URL : https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/06/02/trente-ans-apres-tiananmen-les-nouveaux-intellectuels-chinois-ne-sont-pas-dans-la-confrontation-avec-le-pouvoir_5470400_3232.html (consuté le 2 juin 2019)

Après le mouvement étudiant de 1989, une génération d’intellectuels a émergé, posant un regard neuf sur la pensée de leurs prédécesseurs et sur les modes de résistance dans la société chinoise actuelle. Entretien avec le sinologue Sebastian Veg, qui leur a consacré un ouvrage.

Entretien . Sinologue et directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), Sebastian Veg vient de publier aux Etats-Unis un essai sur les intellectuels chinois après 1989 : Minjian, the rise of China’s grassroots intellectuals (« Minjian, l’éveil des intellectuels chinois issus du peuple », Columbia University Press, 368 p., non traduit). Il y montre le dynamisme de la vie intellectuelle en Chine, voire son renouveau après le mouvement de Tiananmen, mais aussi la répression qui s’abat sur elle.

Quel rôle ont joué les intellectuels dans le mouvement étudiant de 1989 ?

Les intellectuels en poste dans les universités ou les centres de recherche ont joué un rôle important, dans les années 1980, pour créer de nouveaux espaces de réflexion entre la société et l’Etat. Quelques-uns seulement sont sortis de ce cadre, attaquant le régime, tel le physicien Fang Lizhi. Mais pendant le mouvement de 1989, la plupart sont restés en retrait et ont cherché à servir de médiateurs entre l’Etat et les étudiants. Fin mai, après la grève de la faim des étudiants, certains sont sortis de cette réserve. Le politiste Yan Jiaqi et l’historien Bao Zunxin ont publié un manifeste comparant Deng Xiaoping à l’impératrice douairière. Néanmoins, les intellectuels sont restés dans une posture de responsabilité et ont cherché à soutenir les réformistes au sein du Parti communiste chinois (PCC). C’est la limite de leur rôle en 1989.

Lire la suite de l’entretien sur Le Monde.fr : https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/06/02/trente-ans-apres-tiananmen-les-nouveaux-intellectuels-chinois-ne-sont-pas-dans-la-confrontation-avec-le-pouvoir_5470400_3232.html

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.