Esquif sur l’océan de la peinture

Shen, Zongqian. Esquif sur l’océan de la peinture. Présenté, traduit et annoté par Yolaine Escande. Paris : Les Belles Lettres, 2019. 456 p. (Coll. “Bibliothèque chinoise” ; 29). ISBN : 978-2-2514-4947-0

Yolaine Escande est directrice de recherche au CNRS, membre du CRAL, associée du CCJ-CECMC.

Présentation

L’Esquif sur l’océan de la peinture (1781) de Shen Zongqian (1721 ?- mort au plus tard en 1803) est un traité de peinture à l’usage des pratiquants et des connaisseurs, qui rend pourtant la peinture chinoise accessible à tous. C’est certainement la raison principale de son succès auprès des artistes et théoriciens chinois du XXe siècle. À mi-chemin entre le Manuel du jardin grand comme un grain de moutarde et le Traité de peinture du moine Citrouille-Amère de Shitao, le texte de Shen Zongqian frappe par son côté pratique et concret allié à un raisonnement théorique poussé. Les deux premiers chapitres portent sur la peinture de montagnes et d’eaux (shanshui), c’est-à-dire le paysage pictural et littéraire. Le chapitre trois est dédié à la « transmission de l’esprit », autrement dit, le portrait, alors que le chapitre quatre conçoit la peinture de personnages comme l’union du shanshui et du portrait.
Le texte, se référant à ses célèbres prédécesseurs, développe et explique quantité de notions techniques, philosophiques ou esthétiques employées en calligraphie et peinture, de façon claire et concrète. Produit de « l’orthodoxie », il en soulève également les contradictions et propose des solutions. Jusque là inédit dans des langues occidentales, le texte est un témoignage précieux de la place et du rôle social, historique, esthétique, technique et idéologique de la peinture lettrée au XVIIIe siècle, et il permet de comprendre les raisons de la récupération de cette dernière par le système impérial à travers l’orthodoxie en place ainsi que de sa fonction de légitimation.

Table des matières, extraits sur le site des Belles Lettres

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search