Le Parti communiste chinois, le Front Uni et les triades : patriotisme, business et crime organisé

Emmanuel Jourda, « Le Parti communiste chinois, le Front Uni et les triades : patriotisme, business et crime organisé ». Sociétés politiques comparées, n° 47, janvier/avril 2019, [24 p.]. URL : http://www.fasopo.org/sites/default/files/varia3_n47.pdf (consulté le 7 mai 2019)

Résumé

Durant les années 1980 et 1990, le Parti communiste chinois (PCC) a démarché les Triades de Hongkong et Macao afin d’éviter qu’elles ne troublent les négociations puis les cérémonies de rétrocession de ces colonies. Il les considérait alors comme une menace potentielle, puisque historiquement elles étaient affiliées aux troupes et aux gangsters proches du Kuomintang. Dorénavant, vis-à-vis de Taiwan, le PCC favorise les revendications nationalistes des Hongmen, dont se revendiquent les Triades, et leur activisme politique pour promouvoir l’unité de la « grande Chine » contre l’indigénisation de la République de Chine à Taiwan et la montée de l’identité taiwanaise. Cet article met en lumière l’existence, au cours des quarante dernières années, d’un Front Uni continu envers ces marges de la société, mais dans une problématique qui s’est progressivement inversée au gré de l’étatisation et de la nationalisation du Parti communiste.

Abstract

The Chinese Communist Party, the United Front and Triads: Patriotism, Business and Organized CrimeAbstractThe Chinese Communist Party (CCP) engaged actively with Hong Kong and Macau Triads during the 1980s and 1990s, in order to ensure that they would not disrupt the negotiation process and the festivities for the handover of these colonial territories to China. The CCP considered triads as a potential threat, owing to their former links with the Nationalist Party troops and nationalist gangsters. Since then however, to counter the indigenization of the Republic of China on Taiwan and the rise of Taiwanese identity and in order to promote the unity of a “greater China”, the CCP has encouraged the nationalist stance of Hongmen networks, to which the Triads belong, as well as their political activism. This case highlights the reality of a United Front policy that has been ongoing over the last forty years, towards these social margins, yet in a perspective that has gradually reversed as a consequence of a paradigmatic shift that reflects the CCP’s own political transformation.

Lire l’article (texte intégral)

La revue Sociétés politiques comparées est publiée par le FASOPO (Fonds d’analyse des sociétés politiques).

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search