Étudier les mœurs : un nouveau regard sur l’histoire de l’Asie de l’Est

La prochaine séance du séminaire interne du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine recevra Ju-Ling Lee (post-doctorante, Université de Genève). Elle parlera de : « Étudier les mœurs : un nouveau regard sur l’histoire de l’Asie de l’Est ».

Alain Delissen (CCJ-CRC) sera répondant.

Date

  • Lundi 18 mars 2019, de 16 à 18h

Lieu

  • EHESS (Salle 737)
    54 boulevard Raspail – 75006 Paris

Résumé

Du milieu du XIXe au milieu du XXe siècle, le gouvernement impérial du Japon et de la République de Chine lancent successivement des campagnes visant à réformer les modes de vie de leur peuple. Le contenu de ces campagnes balaie un champ très large : hygiène, sexualité, tenue vestimentaire, manière de vivre,etc. Les mouvements s’alignent toutefois sur un objectif commun, celui de l’établissement d’un ordre moral. Ils touchent en premier lieu à tout ce qui concernait le «corps » dans la vie courante, jusqu’aux détails les plus intimes. A l’expérience de l’archipel japonais et de la Chine continentale s’ajoute celle de Taiwan qui a vécu successivement au cours du XXe siècle les règnes autoritaires du Japon (1895-1945) et du Kuomintang (KMT, 1945-1987). Les deux régimes y mettent en pratique leur politique des mœurs lorsque leur pouvoir s’étend sur l’île, avec certaines différences néanmoins par rapport à celles pratiquées en métropole. Les politiques des mœurs sont mises en pratique dans des périodes critiques liées à la naissance de l’État-nation moderne du Japon et de la République de Chine et à la question de leur survie au cours de l’histoire moderne et contemporaine de l’Asie de l’Est. Elles sont donc considérées par les classes dirigeantes comme un moyen primordial pour créer une identité politique originale et maintenir l’ordre social. La question des mœurs est avant tout celle du corps: corps dressé ou libéré, corps sain ou malade, corps exposé ou caché. C’est alors en dressant les corps et les âmes que les classes dirigeantes tentèrent de créer l’ordre et de forger une identité commune parmi leur peuple.Toutefois, les politiques des mœurs semblent ambiguës autant dans leur construction idéologique que dans les pratiques. En effet, l’expression « ordre moral » renvoie difficilement à une réalité clairement identifiée, tandis que le raisonnement équivoque de « nuisance aux bonnes mœurs » est facilement employé par les pouvoirs étatiques pour décrédibiliser des actes, des manières de penser et des opposants. De même, on se demande comment certains détails de la vie courante qui semblaient insignifiants et sur lesquels les campagnes mirent l’accent, tels que « ne pas cracher en public », «interdire le travestissement », « ne pas se mettre torse nu en public », parviennent à façonner une identité commune et contribuer finalement au renforcement de la puissance d’un pays. Il reste alors nombre d’interrogation:qu’entendent le Japon et le KMT par « norme » morale? Comment l’État s’avise, spontanément ou par contrainte, de certaines constantes ou normalités, du jeu de certaines tendances qui se favorisent ou se contrecarrent, afin de (re)déterminer la frontière entre « bonnes » et « mauvaises » mœurs ? Comment les politiques relatives aux mœurs participent-t-elles et à quelle échelle à un processus de normalisation des comportements sociaux ? Comment certaines personnes/groupes sociaux participent aux campagnes de redressement moral que mènent les classes dirigeantes, tandis que d’autres résistent à la tentation de ces dernières d’imposer selon leurs critères la répartition du « normal » et de l’« anormal » à la société?A partir de ces questions, nous pourrions envisager de proposer une nouvelle perspective de l’histoire du pouvoir en Asie de l’Est à travers les études des mœurs, et aussi celle d’une histoire plurielle intégrant institutions, société et individus. Les mœurs, jusqu’aux plus intimes, peuvent expliquer les changements structuraux les plus conséquents tels que la naissance de l’État-nation, le remaniement d’un système social et l’établissement de hiérarchie sociale et coloniale.

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.